Mobilisation

Du pavé à l’autel

par Constantin de Vergennes

mercredi 9 octobre 2019

Manifestation du 6 octobre 2019 contre la PMA sans père et la GPA
© Michel Pourny

Réalistes face à la loi sur l’ouverture de la PMA aux femmes seules et aux homosexuelles, les catholiques redécouvrent le combat spirituel. Reportage.

Une ambiance festive, des chansons à la mode reprises par les manifestants, une foule de drapeaux des différentes régions françaises, certains ornés du Sacré-Cœur... Comme en 2013, lorsque des manifestations monstres contre le projet de loi ouvrant le mariage aux couples de personnes de même sexe. En ce 6 octobre, la centaine de milliers de manifestants présents à Paris semble avoir instantanément repris ses marques d’il y a six ans, portée par l’affluence du jour. Certains, comme Ghislain, venu des Deux-Sèvres, affirment ainsi être toujours prêts à « ne rien lâcher ». Comme d’autres, il veut croire au succès politique de la manifestation, ayant en tête la reculade du gouvernement Ayrault sur la loi Famille, à défaut d’abandonner le « mariage pour tous ».

Lire l’intégralité de l’article dans le magazine.

Messages

  • En cette ère matérialiste qui veut tout simplement ignorer Dieu, on pourrait se réjouir de la (re)découverte du combat spirituel.

    Mais, là, ce n’est pas de « combat spirituel » dont on nous parle, c’est d’un combat sociétal ! Il s’agit donc de bien tout autre chose...

    Il va sérieusement falloir relire sainte Thérèse d’Avila, les mystiques et les Pères du désert pour sortir de la confusion.

  • Ne trouvez-vous pas qu’une fois de plus, les opposants à une loi dite progressiste se fourvoient dans leur angle d’attaque ? S’opposer à la PMA pour tous avec en tête la défense du modèle familiale "famille = papa+maman+enfants", c’est se tromper de sujet. Le problème de la PMA pour tous, c’est la victoire de l’eugénisme et du transhumanisme. C’est l’idée même que l’on se fait de l’humanité qui est en cause. C’est le hasard, l’inconnu, qui fait partie de notre humanité et ce, dès notre conception, qui n’a plus le droit d’être derrière la PMA et son cortège de "progrès" attachés. Ce n’est pas "un papa, une maman" qu’il faut défendre, c’est le droit de faire des enfants librement, et non sous le contrôle de l’Etat et de l’industrie médico-scientifique, via les médecins, les laboratoires. C’est le droit qu’un enfant, ce soit un nouveau monde qui commence (selon l’expression d’Hannah Arendt) et non un évènement planifié avec une équipe médicale dans le cadre d’un projet parental - novlangue. Se reproduire, pour l’humain, ce n’est pas pareil que changer de voiture. L’opposition à la PMA pour tous devrait se faire sous des banderoles "Non à l’eugénisme", "Non au transhumanisme", "Non aux docteurs Frankenstein du XXIème siècle" et pas au nom de "papa+maman".

  • @ Thierry Bruno
    Vous avez raison de souligner le rôle délétère et inacceptable de l’eugénisme et du transhumanisme qui sont les poisons de notre société post-moderne.

    En outre, ce vous appelez le “papa+maman” risque en effet d’abuser les honnêtes gens. Le modèle parental actuel, largement gagné à la morale nouvelle et à toutes ses dérives sociétales, revêt de multiples réalités fort contrastées. A voir le taux de divorces, colossal, on peut se demander s’il n’est pas illusoire et hypocrite de réclamer un papa+une maman quand on sait que cet assemblage sera transitoire dans 45 mariages sur cent. Avec, à la clef, des recompositions pas toujours équilibrantes ni bénéfiques pour les enfants concernés (en précisant que les couples homos ne sont en rien à l’abri de ces vicissitudes, contrairement à la propagande admise...).
    Peut-être faut-il revoir l’amont (le modèle parental, tel qu’il est devenu) avant de se prévaloir d’un modèle devenu largement théorique...

  • @Réginald de Courcy. Je vous remercie de votre réaction. Je considère que la réthorique "familiale" défendue lors de l’opposition au mariage homosexuel et ré-employée pour celle à la PMA est la réthorique espérée par ceux qui se présentent comme des "progressistes" : ils vont ringardiser cet argumentaire (bien faible) en montrant qu’il n’existe plus, de nos jours, de modèle familial. Donc, d’un point de vue tactique, cette réthorique est dévastatrice. Mais elle l’est aussi sur le fond car justement elle nous détourne de la monstrueuse réalité du sujet qui est l’avènement du transhumanisme. et de son corollaire, l’eugénisme, grâce à la marchandisation de l’humain, des gamètes à l’individu. (L’eugénisme est déjà à l’œuvre.) En se focalisant sur la famille, on permet aux "progressistes" d’y aller de leurs gros mensonges : la PMA, c’est un projet d’amour ; les enfants seront mieux désirés et donc plus aimés... des fadaises de ce genre énoncées avec le plus grand sérieux (entendues hier de la bouche de l’ultra-libéral Nicolas Bouzou, qui, s’il vivait encore, Georges Bernanos aurait classé parmi "les imbéciles").
    Est-ce de la maladresse ou une incompréhension de ce qui est en jeu, j’avoue être de plus en plus perplexe.

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.