Convertis de l’islam

Du croissant à la Croix

par Constantin de Vergennes

mercredi 11 mars 2020

Lors du forum, l’Évangile traduit en arabe, à côté d’une fiche présentant Jésus-Christ, à destination des musulmans.
© C. V.

Avec quelque 300 baptêmes de musulmans convertis par an, la question de leur accueil dans l’Église se pose, aussi bien du côté des laïcs que des évêques. En parallèle, des catholiques tentent de s’organiser pour proposer des moyens d’évangélisation à destination des musulmans. Choses vues, et entendues, lors d’un récent forum de formation à un dialogue en vérité. Reportage.

Un profond silence vient de tomber sur la salle paroissiale de Notre-Dame-du-Chêne de Viroflay (Yvelines), qui accueille ce samedi 29 février une édition du forum «  Jésus le Messie  ». En ce début de matinée, Pierre Chevalier [1], son coordinateur, vient de prendre la parole pour donner clairement la couleur, quitte à provoquer la stupeur : «  Il faut que soit bien clair dans votre esprit que l’islam est une religion qui est fausse.  » En face de lui, la centaine de participants acquiesce, timidement, peu habituée à entendre ce genre de paroles. «  Car l’islam dit le contraire du christianisme, explique-t-il tout de suite après. Donc, le fait de savoir que des musulmans sont dans l’erreur nous donne une responsabilité.  »

Organisées depuis 2013, ces journées pour l’évangélisation des musulmans se veulent en fait «  un laboratoire de recherche en mission  ». «  On peut même dire que c’est une sorte de forum des métiers  », souligne Pierre Chevalier. Le public, lui, est constitué d’une écrasante majorité de jeunes, auxquels est destinée cette nouvelle édition du forum [2].

Se former au dialogue

Selon les organisateurs, ce sont eux qui sont le plus confrontés à la question de l’islam : «  Contrairement à leurs parents, ces jeunes ont beaucoup de camarades musulmans sur les bancs de leurs écoles ou universités et sont donc plus exposés au discours islamique  » analyse Pierre Chevalier. Au programme de la journée, des témoignages de convertis, ainsi que des conférences de formation au dialogue avec les musulmans.

Parmi ceux venus se former, Raphaël et Christy, deux jeunes de 20 ans chacun, originaires de Carrières-sous-Poissy, à une trentaine de kilomètres de là. Venus avec un groupe d’amis, ils s’amusent bruyamment lors des pauses, mais redeviennent sérieux à l’instant même où on leur parle d’évangélisation. «  L’islam est présent au quotidien chez nous  », explique le premier. Avant d’énumérer : «  Notre commune s’islamise : des mosquées se construisent, un de nos amis est salafiste… » Un jour, un ami musulman de Raphaël lui soumet une série d’objections à la foi chrétienne à laquelle il ne sait pas répondre. C’est la raison de sa présence aujourd’hui. «  Il faut cette formation, car beaucoup de chrétiens sont tombés dans le relativisme  », plaide Éric, ancien musulman devenu chrétien à l’armée, après que son supérieur lui a proposé d’aller à la messe. Comme tous les convertis présents ce jour-là, il fustige le «  dialogue islamo-chrétien  » lorsque celui-ci n’est qu’un tiède babillage. «  Quand je discute avec un musulman, je ne suis pas là pour faire salon de thé  », commence-t-il. «  Il est insupportable d’entendre dire par exemple “on a le même Dieu”. Moi, quand un musulman me dit ça, je lui demande s’il est capable de me dire “Jésus-Christ est le Sauveur, le Fils de Dieu”. Non ? Alors nous n’avons pas le même Dieu.  »

Retrouvez l’intégralité de l’article et du dossier dans le magazine.


[1Le nom a été changé

[2Le prochain rendez-vous aura lieu le 14 mars, de 9 h à 18 h, au Bon Conseil, 6, rue Albert de Lapparent à Paris 7e. Avec pour thème «  Un Sauveur pour les musulmans ! », cette nouvelle édition du forum «  Jésus le Messie  » accueillera notamment le directeur de Mission Angélus, Jean-Yves Nerriec, mais aussi le Père Frédéric Guigain, maronite, l’ancien directeur de l’Aide à l’Église en détresse Marc Fromager, l’historienne Lina Murr Nehme ou encore Philippe d’Iribarne, directeur de recherches au CNRS. Le forum se déplacera ensuite à Lyon le 4 avril prochain, à la Communauté de l’Épiphanie et de la Croix de Saint-Cyr-au-Mont-d’Or.

Messages

  • Ce seul extrait (avant de prendre connaissance de l’article intégral) est susceptible d’approfondir chez le chrétien pratiquant le sens d’un devoir qui lui incombe face aux musulmans qui se trouveraient sur sa route. Il est certain que l’Evangile proposé ou offert à un musulman pourrait lui ouvrir les yeux et l’esprit sur la réalité de Celui qui est la Voie, la Vérité et la Vie, et on ne peut qu’être d’accord avec Pierre Chevalier sur le fait que le contexte évoqué met le chrétien face à sa responsabilité avec les moyens adéquats comme, par exemple, la "formation au dialogue" et autres moyens.

    Serait-il superflu d’exprimer, par anticipation, une idée car probablement contenue dans l’article : le comportement du chrétien qui, en toutes circonstances, essaye de mettre ses pas dans ceux de Jésus. Voilà aussi une très grande, une immense responsabilité face aux non-chrétiens.
    Et c’est peut-être cela le plus difficile...

  • Enfin, vais-je avoir quelques réponses à nos nombreuses interrogations déjà anciennes, à propos de l’Islam ? Souhaitons que la recherche actuelle soit honnête et crédible pour confirmer une réalité indiscutable , ou bien pour révéler et démontrer une imposture menée depuis plus de quatorze siècles... ?

  • Dans le fameux "dialogue avec les musulmans", il y a une chose qui me heurte profondément et qui heurte de façon très douloureuse les catholiques issus de l’islam , c’est la question de la liberté religieuse.
    Nous savons tous, et nos frères et sœurs catholiques issus de l’islam encore davantage que nous, que quand un musulman se convertit pour devenir chrétien , il est dans la quasi totalité des cas l’objet d’ostracisme de la part de sa famille et de sa communauté et peut même recevoir des menaces de mort. Il y a d’ailleurs aujourd’hui de nombreux convertis issus de l’islam qui cachent leur conversion douloureusement ; y compris en France. Nos évêques sont aussi leurs pasteurs et doivent protéger ces brebis contre les loups.
    Pourquoi ce sujet de la liberté de conscience, de religion et de culte n’est-il pas clairement posé par nos évêques dans leurs rencontres avec les représentants du culte musulman ? C’est pourtant la priorité des priorités dans un pays comme le nôtre , tant que cela est encore possible. Bientôt le poids de l’islam en France sera tel qu’il ne sera même plus possible de traiter cette question comme c’est le cas dans les pays où l’islam est majoritaire.

  • "Quand un musulman se convertit pour devenir chrétien il est, dans la quasi totalité des cas, l’objet d’ostracisme de la part de sa famille et de sa communauté et peut même recevoir des menaces de mort." Des convertis de l’Islam au christianisme" ont, en effet, été déshérités et obligés de quitter leur pays et, cas particulier, celui de ce jeune homme qui a failli mourir empoisonné par sa propre mère parce qu’ayant embrassé la religion catholique. Encore mieux : il a été consacré prêtre ! (faits rapportés par témoin oculaire).

    "Pourquoi ce sujet de la liberté de conscience, de religion et de culte n’est-il pas posé clairement par nos évêques dans leurs rencontres avec les représentants du culte musulman ?"
    Cette "lacune", pour être enregistrée, nécessite confirmation de participants à toutes ces rencontres ou par des personnes présentes à titre de simple observateurs. Merci.

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.