Du conflit à la communion

par Gérard Leclerc

mercredi 2 novembre 2016

De la rencontre du Pape avec les responsables et les fidèles de l’Église luthérienne à Lund en Suède, un document rend compte de l’esprit et des suites qu’il convient de lui donner. Il s’agit d’un engagement commun et d’un engagement pour un témoignage commun. Dans le langage ecclésiastique courant, on pourrait qualifier ce document de pastoral. Il rend compte d’une attitude spirituelle. Il ne cherche pas à dénouer toutes les difficultés théologiques, à propos desquelles il souhaite un progrès dans le dialogue. Il est patent que toutes les difficultés n’ont pas disparu. C’est manifeste à propos d’une participation plénière à une même eucharistie. Mais ce ne doit pas être un motif de découragement.

L’essentiel tient en un changement d’attitude intérieure. Celui qui consiste à passer du conflit à la communion. Changement qui peut aussi se manifester à l’égard des conflits du passé. Certes, on ne peut rien contre le fait qu’il y ait eu déchirures et désaccords, mais on peut modifier profondément ce regard, pour relire dans d’autres dispositions de cœur et d’esprit, les événements d’hier. Sans doute s’agit-il d’un parti pris de bienveillance qui peut s’exercer d’abord à l’égard du premier responsable de la Réforme, Martin Luther lui-même. La personnalité de Luther a donné lieu à des jugements négatifs, voire très polémiques. Le père Congar remarquait que l’intéressé pouvait donner prise à la critique, mais qu’il débordait en quelque sorte ses propres défauts, par sa richesse intérieure incontestable. Tel était bien l’avis de Benoît XVI, repris par François.

Mais cette révision du passé ne suffit pas. Le théologien Ratzinger marquait déjà l’insuffisance des accords doctrinaux partiels. C’est en dégageant l’avenir par des pas en avant que l’on pourra susciter une dynamique spirituelle commune. Il me semble que telle est bien l’intention du document que le pape François a signé à Lund. Document qui doit déterminer autant les luthériens que les catholiques, et par contagion tous les autres chrétiens, et qui doit nous tirer vers l’en-avant des promesses que le Christ a faites à l’Église indivise.

Chronique diffusée sur Radio Notre-Dame le 2 novembre 2016.

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.