Discrimination et anti-racisme

par Gérard Leclerc

mardi 26 janvier 2016

Y a-t-il vraiment de la discrimination dans les choix de l’Académie des Oscars aux États-Unis ? Discrimination à l’égard des Noirs et des Hispaniques, non représentés dans la dernière sélection pour la fameuse cérémonie qui aura lieu dans deux jours ? Tout dépend de la façon dont on considère les choses. Faudrait-il satisfaire à des quotas proportionnels aux différentes catégories ethniques de cette grande nation ? Je crains qu’alors nous tombions dans des critères racialistes assez redoutables. C’est le piège d’un certain anti-racisme, qui, sous couvert de combattre les discriminations, finit lui-même par canoniser des catégories de type racial. C’est en ce sens que Charlotte Rampling a pu s’insurger contre « un racisme anti-blanc ». Mais, faute d’avoir une connaissance exhaustive du dossier, je poserai la question autrement. Y a-t-il eu, oui ou non, exclusion d’œuvres et d’artistes au prétexte non avoué qu’ils n’appartiendraient pas au socle central de la population américaine, anglo-saxonne, protestante, blanche, pour reprendre la fameuse expression ?

Dans ce cas, la protestation serait vraiment légitime, car il s’agirait d’un déni de talents indiscutables et non pas de sélection en vertu de critères discutables. Il n’y a pas qu’aux États-Unis que le problème se pose. On l’a vu chez nous avec l’exclusion de Julien Lepers de l’émission « Question pour un champion ». « On a une télévision d’hommes blancs de plus de cinquante ans et il va falloir que ça change » aurait déclaré Delphine Ernotte à son arrivée à la direction de France Télévision en septembre dernier. Julien Lepers a fait le lien entre son éviction et les propos de sa patronne. A-t-il raison de s’indigner de la discrimination dont seraient victimes « les visages pâles » ? J’espère que non, sans être sûr qu’il n’y a pas du vrai dans cette histoire, tant elle est dans un certain air du temps. Vilain temps. Je ne voudrais pas en faire un drame. Mais ne faudrait-il pas se calmer un peu ? L’anti-racisme, qui attise les rancunes, travaille pour créer plus de querelles et d’incompréhension. Il joue dans le sens d’une concurrence mimétique qui ne fait qu’aggraver les divisions, en multipliant les antagonismes. Il y a sûrement mieux à faire en faveur de la concorde et de la fraternité.

Chronique diffusée sur Radio Notre-Dame le 26 janvier 2016.

Pour aller plus loin :

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.