Des racines à faire vivre

par Gérard Leclerc

lundi 23 mai 2016

Dans le grand entretien que le Pape a donné à La Croix, le mardi 17 mai, son propos liminaire sur les racines chrétiennes de l’Europe a suscité la controverse. C’est bien dans son tempérament, lui qui aime bousculer les conformismes, mais jamais gratuitement. Le père Matthieu Rougé a fort justement expliqué qu’il cherchait toujours à mettre l’Église en mouvement. Il est vrai que la contrepartie d’une telle attitude, c’est la possibilité de réactions aussi vives que les « provocations » qui les suscitent. Mais préalablement à tout commentaire, il convient de citer les paroles exactes de François : « Il faut parler des racines au pluriel car il y en a tant. En ce sens, quand j’entends parler des racines chrétiennes de l’Europe, j’en redoute parfois la tonalité, qui peut être triomphaliste ou vengeresse. Cela devient alors du colonialisme. Jean-Paul II en parlait avec une tonalité tranquille. L’Europe, oui, a des racines chrétiennes. Le christianisme a pour devoir de les arroser, mais dans un esprit de service comme pour le lavement des pieds. »

Le Pape rappelle alors la belle figure d’Erich Przywara, qui fut le maître de Romano Guardini et de Hans Urs von Balthasar… mais aussi d’Edith Stein, qui avait tellement insisté sur la dimension du service évangélique. Ce rappel est précieux, tant il est vrai que le message du Christ ne saurait équivaloir à une idéologie qui domine et écrase… A contrario, on pourrait avancer qu’il existe parallèlement une tentation d’effacer la marque que le christianisme a imprimée à l’histoire européenne, précisément au nom d’une idéologie rationaliste dominatrice. Mais François le sait fort bien, qui met par ailleurs en garde contre les exagérations d’une certaine laïcité à la française, qui pourrait aller jusqu’au déni du droit à la transcendance.

Dans le climat actuel, où l’Europe se trouve bousculée dans son identité, un tel débat s’avère hautement utile. Quand Jean-Paul II rappelait à la France en particulier ses origines chrétiennes en partant du baptême de Clovis, certains le soupçonnaient d’avoir en tête une sorte de stratégie de la reconquista, ce qui était très loin de ses intentions. Non, l’esprit évangélique n’agit pas sur les sociétés de manière intrusive, même si des circonstances historiques parti­culières ont pu créer de graves équivoques sur la mission de l’Église. Aujourd’hui, il s’agit de faire rayonner l’Évangile pour qu’il éclaire les consciences et inspire les conversions intérieures nécessaires. Selon les préceptes du Seigneur, « on n’allume pas la lampe pour la mettre sous un boisseau, mais sur un chandelier, et elle éclaire tous ceux qui sont dans la maison » (Mt 5,15). S’il faut parler des racines chrétiennes de l’Europe, le Pape nous convie à les faire vivre au service de tous, il ne s’agit pas de dominer mais de servir. 

Pour aller plus loin :

Messages

  • BAVARDAGE INSIPIDE POUR SOUTENIR UN DESPOTE !

    • Toujours les mêmes contorsions pour justifier les écarts de com du pontife. Quand on a un pape de gauche, il faut assumer. Jusqu’à présent les papes veillaient à ne pas se connecter trop précisément dans le politique mais celui-là ne peu pas s’en empêcher. Nous pardonnerons à cet homme venu d’u pays à 1% de musulmans de venir donner des leçons à nos pays qui ont encore Lépante ou Vienne en souvenir et la Turquie moderne à leurs portes, sans compter quelques ennemis intérieurs. Dommage que nous n’ayons pas eu droit aussi à la prose de Gemayel dont je me régale à la veillée, toute en papolâtrie fine.

    • Il faudra bien peut-être, un jour, finir par assimiler le fait que les notions "droite" et "gauche" relèvent de la politique. Pourquoi coller
      ces étiquettes à la foi ? Il y a quelques années on distinguait les, je
      cite "chrétiens engagés", alors que pour moi, rien que le fait d’être
      chrétien et d’essayer de le vivre était déjà un engagement. Hier, donc,
      les chrétiens engagés, de nos jours, les chrétiens de gauche et les autres de droite, et à présent, un pape de gauche !

      Bienvenue à ce "nouveau" contributeur alias "Jaum" dans ce modeste espace. A propos de "papolâtrie", il est à craindre qu’"on" fasse fausse route. Si la prose de Gemayel vous gêne, pas obligé de la lire, comme disait l’autre. Et à propos de gauche et de droite, voyez votre bras gauche, puis votre bras droit, mettez-les vous tous les deux sous le nez et mélangez bien. Ensuite, bien zyeuter...et deviner quel est celui de droite et quel est celui de gauche...

      Bonsoir et faites de doux rêves pleins à ras bord de papes François.

      MERCI.

    • Mais pourquoi tant de louange à l’esprit du temps vaticanesque de la part de tous les grands médias de gauche ?
      Pourquoi le pape ne recadre pas vertement son porte parole à la mort de Marco Panella et fréquente bruyamment Scalfari ?
      Pourquoi pas de recadrage non plus de Ravasi et de ses chers amis francs-maçons et leurs valeurs communes ?
      Pourquoi le même discours que Mélenchon sur l’islam ? avec une mise en parallèle de l’évangile de Mathieu avec l’envoi au djihad.
      Pourquoi n’aime-t-il pas vraiment la marche pour la vie ?
      Pourquoi cette joie à encenser les écrivaines ouvertement avorteuses, les journalistes ouvertement anti-chrétiens, ou à inviter Bernie ?
      Pourquoi ce "je n’ai jamais été de droite" que nous n’avions pas besoin d’entendre plusieurs fois sans l’assortir de son pendant...de gauche.
      Pourquoi le "pape qui ne juge pas", juge-t-il sans cesse les catholiques légalistes ou attachés à de solides doctrines ?
      On va finir par faire se de la peine alors qu’au fond...tout va bien.

    • cf. : 23 mai 22:54

      Quel morceau de lyrisme presse-glandes lacrymales ... Non, "on ne va pas se faire de la peine" cette littérature à l’emporte-pièce...Mais bon. Quand on ne raffole pas vraiment des "effets slogan" on tourne la page noircie. Pas avant d’avoir dit ce qu’elle inspire.

      Quand des pans de morceaux choisis hors contexte, des phrases et insinuations picorées on ne sait où, des provocs’ bon marché et autres attaques gratuites, tous ces tas de, enfin ces paquets vous tombent dessus dans un espace forum, quand on constate que règlement de compte est confondu avec discussion...

      Comment comprendre que le langage et les propos du pape François peuvent gêner ceux-là mêmes qui lui font une concurrence mortelle par la qualité et le niveau de leur propre bavardage... Y a pas photo : le pamphlet ci-dessus est d’une facture qui encourage bien plus la zizanie que la discussion honnête. Mais on n’obligera personne à mettre, à son tour, les deux pieds dans le même plat.

      Continuer sur les ondes "gauche-droite et/ou droite/gauche", à chacun sa déviation. Tamtamer sur le pape comme le faisait naguère "Y a bon banania" n’est-ce pas...Ou le vide qui fait beaucoup de bruit... S’en prendre ainsi à l’"Argentino" a comme des relents suspects de, de, comment déjà ?... Bref, le poser à gauche, là, à l’extrême-gauche, le déplacer comme un pion sur un échiquier selon ses propres fantaisies ou fantasmes et autres fanat.. Transformer cet espace en tribune de parlement - européen ou autre -. On croit rêver...

      Au nom de la très chère - onéreuse -"liberté d’expression", continuer à se gargariser avec François pourquoi pas, si "à la française"... "on ne va pas se fâcher ...tout va bien" comme l’a dit un... après d’autres... Sauf que

      La-chasse-aux-sorcières-made-in-cow-boys a fait son temps.

      MERCI.

  • Qui écrase aujourd’hui comme hier ?

  • Commentaire inspiré.

    Merci, cher Gérard Leclerc, pour cette brise de Galilée !

    • Oui, bien dit, la brise de Galilée... Poétique...

      Il y a aussi le Lac de Tibériade...Piquer une tête ça remet les idées en place. C’est de l’eau douce, et il n’y a pas de requins, ceux-ci ils sont tous dehors. Bon plongeon...le plus longtemps possible.

      MERCI.

    • Il n’y a pas non plus d’oursins, qui sortent les piquants à tout bout de champ...

      Oui, mais l’eau était encore un peu froide début mai à Kare Deshe. En revanche, la Galilée à cette époque de l’année ressemble à une corbeille de fleurs...L’époque idéale pour un pélé. On a vu des ruisseaux dans le Néguev...

      Dommage, des juifs intégristes anti-chrétiens ont mis le feu dans une annexe de l’église de Tabgha célèbre pour ses belles mosaïques (cinq pains, deux poissons)...Heureusement, l’église n’a rien, si le cloître a été endommagé par la fumée.

      Voici un exemple de religieux un peu trop près de leurs racines. Selon eux, la greffe chrétienne doit être supprimée...

      D’accord, les racines d’Israël c’est le judaïsme mais désolé, il y a aussi des chrétiens et des musulmans sur les lieux. De plus, les arabes sont en Judée-Samarie (Cisjordanie), précisément là où il y a le plus de racines juives...

      Il n’y a pas 36 solutions : s’entretuer ou cohabiter...

      Bref, des racines pour faire vivre et pas pour étrangler...Ici comme là-bas...

      Shalom lé-Gemayel !

    • cf. : 24 mai 13:29

      Merci pour ce message envoyé à titre gracieux n’ayant, pour ma part, rien demandé. De dimension acceptable ce bout de papier semble toutefois farci d’éléments probablement intéressants, "probablement" parce que, bien que lettré, j’ignore ce langage. De ce fait je n’ai pu décrypter que "Galilée", "racines" et "juifs intégristes". Va pour Galilée et racines qui entrent dans le thème de l’article, quant au reste il serait peut-être de bon aloi d’éviter toute stigmatisation et couleur politique pour respecter les limites du sujet débattu.

      Vu ce qui précède j’ai donc pris la peine de cliquer "supprimer" sur cette dissertation "hors sujet", décision dont on ne pourrait, mais bien au contraire, m’en tenir rigueur.

      Adieu donc, et bonne route le plus loin possible.

      MERCI.

    • Vous avez un charisme indéniable pour ne pas vouloir entendre ce qui vous dérange...Je ne suis pas sûr que ce soit sous la motion de l’Esprit saint !

      Je suis dans le sujet, et puisque nous prenons l’exemple du Proche-Orient, je fais observer que

      - des juifs radicaux qui veulent se débarrasser du christianisme enraciné en Terre Sainte ;

      - mais aussi des arabes musulmans qui veulent se débarrasser des racines juives en Israël ;

      - et des colons israéliens qui veulent en finir avec l’enracinement des arabes en Judée-Samarie,

      c’est tout aussi invivable et ça donne un conflit ouvert et insoluble.

      En voulons-nous un sur notre propre sol que Daech serait trop content d’allumer ?

      Il faut composer avec la complexité du terrain et le pape ne dit pas autre chose en ce qui nous concerne. Il prend acte de la présence d’un nombre important de musulmans en Europe et notamment en France, qu’il faudra bien intégrer à la citoyenneté française car on ne les remettra pas tous dans des avions pour l’Algérie ou le Maroc...

      Pour ce faire, il va falloir penser autrement qu’en termes seulement de racines chrétiennes. Racines aujourd’hui recouvertes par une épaisse couche de béton libertaire au point que les surgeons chrétiens sont condamnés à passer par les interstices...

      Je vous rappelle que je me suis décarcassé pour attirer l’attention du forum sur l’un des livres les plus intelligents parus sur le sujet (Pierre Manent, Situation de la France). Comme par hasard, vous n’avez pas voulu entendre non plus ce discours...Vous avez là encore tourné casaque...

      Vous me faites penser à ces arabes qui s’imaginent pouvoir résoudre le conflit israélo-palestinien en ne parlant jamais d’Israël et en excluant de leur sphère intellectuelle le fait même d’Israël que vous n’avez pas l’air de bien connaître sinon mes références auraient été très claires...Ils ne sont pas au bout de leurs déconvenues...

      SI l’Europe est l’Europe, c’est précisément parce que nos prédécesseurs n’ont pas "fait les arabes" vis-à-vis du monde qui les entouraient...C’est ça nos "racines"...

    • @Romain
      Vous prenez l’expression " racines chrétiennes "ou du moins son affirmation uniquement d’un point vue agressif, qui risque de nous pousser à l’affrontement et vous vantez l’ouvrage de Pierre Manent qui prend acte de la situation si complexe et tente de trouver une en issue et vous voulez éviter la « montée aux extrêmes. » Je vous accorde qu’il peut y avoir un mésusage de cette expression et que ces fameuses racines il faut d’abord les faire vivre avant de les proclamer.
      Vous voulez éviter la guerre ou le conflit. Moi aussi, justement la paix ne pourra se rétablir que par des relations concrètes, donc pour vouloir la paix il faut la voir dans le regard de l’autre ce qui est éminemment chrétien Il faut faire ce pari et à ce titre e l’ouvrage d e Pierre Manent est intéressant, ouvre le débat, mais apporte-t- il la solution définitive ? Il n’ya pas que la laïcité à la française qui pose problème à certains Musulmans. Rappelons-nous le sort « des croisés abattus à la terrasse des cafés.
      Il faudrait donc par une politique de médiation, revenir au droit des gens, au dessus des nations, et le refus des conquêtes, des ingérences, notions justement issues de ces racines chrétiennes. Talleyrand n’était pas un modèle de vie chrétienne, c’est pourtant lui en 1814, qui avec l’appui du Roi a rétabli au nom du droit des gens la paix en Europe pour un siècle, en exorcisant la tentation totalitaire et la démesure de Napoléon., otage de la révolution française. Il a tenté de sauver la civilisation européenne, et implicitement ses racines chrétiennes qui l’avaient forgée à travers une histoire souvent tourmentée et lui a permis de respirer.
      Pendant la première guerre mondiale, c’est bien implicitement et explicitement au nom de ces racines chrétiennes que Benoit XV s’est adressée à l’Europe pour la sauver du désastre.
      Le pape alors n’était pas en mesure d’imposer sa médiation pratique mais s’il avait été plus écouté, et compris et si on n’avait pas saboté les offres de L’’Empreur Charles d’Autriche-Hongrie, on aurait évité de retomber dans l’affrontement idéologique et d e nourrir les convulsions e l’Europe ensuite. Ceux qui ont ensuite résisté à ses conséquences, le communisme et le nazisme, c’est au nom en général d’une reviviscence de leurs racines chrétiennes s. Certains n’avaient plus la foi comme Camus, mais ils en étaient baignés. ,
      Donc, Il ya donc un bon usage du rappel de ces racines chrétiennes justement pour rétablir la paix et nous défendre quand nous sommes agressés et c’est le cas.
      Toute la difficulté est de trouver le bon interlocuteur quand nous sommes agressés, et c’est bien le cas
      Quand le pape François par tactique ou autre raison met publiquement en examen l’évocation des racines chrétiennes » se focalisant sur son mauvais usage, cristallisant sur elle la tentation »d e la montée aux extrêmes, »avec son mot malheureux sur le colonialisme, et la fuite en avant idéologique alors que c’est justement par leur bon usage qu’on peut . Rétablir la paix, en Europe, il nous plonge dans le désarroi.
      Ce qui me parait préoccupant, c’est qu’il semble oublier, que si Jean –Paul II les a nommément évoquées et revendiquées, c’est au nom de la vérité historique et pour nous prémunir de cette tentation des totalitarismes qu’il a vécus dans sa chair en Pologne, et on ne bâtit rien dans la durée sans la vérité historique. C’est toute la volonté de transmettre en cette période trouble qui est jeu transmission qui est en jeu. Et de quoi souffrent les Musulmans sinon de notre er manque de consistance, de notre nihilisme sournois Après avoir rendu hommage à Dostoïevski et au sortir d’un office orthodoxe qui l’a bouleversé Hans s Scholl écrit en aout 1942 six mois avant son exécution, mort en héros de la Résistance.
      « Le nihilisme spirituel a été un grand péril pour la culture européenne. Mais des qu’il a connu son ultime conséquence dans la guerre totale, à laquelle nous avons fini par succomber et où il a voilé le ciel magnifique sous une mer de nuages gris, il a été vaincu. Après le néant, plus rien ne peut venir. Mais il faut bien que quelque chose arrive, parce que toutes les valeurs ne sauraient être détruites chez tous les hommes, et qu’il existe toujours des gardiens pour rallumer la flamme, et la transmettre de l’un à l’autre, jusqu’à ce qu’ une nouvelle vague de renaissance submerge la terre.. Le voile gris des nuages sera pour ainsi dire déchiré par le soleil d’un nouveau réveil religieux. »
      N’est-ce pas une invocation aux racines chrétiennes de l’Europe, un appel au secours aux antipodes de toutes formes de pression, un pas vers les Musulmans sincères en quête de sens et d‘une commune transcendance et non otage du pire de notre nihilisme (Là aussi François délégitime Benoit XVI) à confesser et de l’Islamisme.
      Enfin dernier point Romain faut-il invoquer l’Esprit Saint pour l’emporter en discussion, ou plutôt pour nous aider à nous reconvertir. N’allons pas dire L’Esprit Saint avec nous ! Seuls les témoignages comptent.

    • @ 25 mai 08:40

      C’est étonnant comme cette littérature nous rappelle quelqu’un...

      « je me suis décarcassé pour attirer l’attention du forum sur l’un des livres les plus intelligents parus sur le sujet (Pierre Manent, Situation de la France) »

      Un peu comme pour une vieille carcasse de poulet, il n’y a pas grand chose d’intéressant à ronger sur le susdit essai. En son temps, sont parus quelques commentaires qui ont remis à sa juste place cet ouvrage creux et sans intérêt à propos du sujet qu’il prétend éclairer.

      Pas la peine de nous resservir indéfiniment cette vieille carcasse en guise d’os à ronger.

  • Il n’y a pas tant de racines que cela : Rome, Athènes et Jérusalem....
    Ou s’il y en a d’autres, c’est peut être les paganismes d’avant la conquête romaine..........Quant à la belle figure d’Erich Przywara, rappelons qu’un de ses maitres livres, consacré à l’influence de Saint Augustin sur "les destins de l’Occident"illustre justement la part essentielle du christianisme dans l’histoire de notre civilisation....

    En tout état de cause, je ne vois nulle part d’affirmation écrasante de nos racines sinon le constat d’une évidence historique....

    • Serait-il inutile ou inconvenant d’ajouter que Saint Augustin (Aghostinos ou Ghostine) puisque mentionné à juste titre, est né en Afrique du Nord, (Algérie plus précisément ?). Il était donc Africain d’origine. Même si l’empire romain... Mais pas de prolongation.

      Lu dans l’article et en référence à la phrase du pape : "Il faut parler des racines au pluriel car il y en a tant", il ne semble pas que le pape François se soit trompé même s’il n’a pas entrepris un décompte en règle. Sans prétendre se hasarder sur un chemin épineux, peut-on mentionner, au hasard, seulement quelques noms : Grégoire de Naziance, Athanase d’Alexandrie, Ignace d’Antioche... Ah oui ! Antioche, cette localité alors sur la frontière syro-turque, où "c’est là que les disciples de Jésus reçoivent pour la première fois le nom de "chrétiens" ", si l’on en croit les Actes des Apôtres. Mais tout cela est tellement lointain qu’il est permis, peut-être, de l’oublier.

      D’où justement, pour me rafraîchir la mémoire. Et par souci de complément d’objectivité. Et, pardon, s’il y a erreur.

      MERCI.

    • Il serait regrettable qu’un tel sujet se termine sur un malentendu, des incompréhensions, parfois un goût d’amertume. L’idée et les écrits de Benoît XVI sur les racines chrétiennes de l’Europe : Rome, Athènes, Jérusalem. C’est exact. "Les racines chrétiennes de l’Europe". D’après François il faut mettre au pluriel. Ces trois villes ne forment-elles pas déjà un pluriel ? Le pape explique sa pensée : voir plus large, vers la notion de "service", "être des serviteurs", pour éviter tentation de pouvoir d’où, colonialisme etc... Il a paru utile de citer des noms en terminant par Ignace d’Antioche pour rappeler le lieu "d’origine" du christianisme selon les Actes des apôtres pour bien faire ressortir la différence et éviter la confusion avec "les racines chrétiennes de l’Europe"...
      En tout état de cause, et bis repetita, la suggestion de G. Leclerc de lire le discours de François "en son intégralité", était pertinente. Il n’aura échappé à personne que media et sites internet auront repris "par tranches" le discours de François, extrayant et interprétant ce qui leur convient le mieux au détriment de la pensée de l’auteur.

      L’intervention d’Henri du 23 mai 10:21 sous la rubrique "Le pape dans La Croix" a vocation à être mieux prise en compte, car non dénuée de sens et de justes questionnements lesquels auraient pu et auraient dû appeler plus d’attention. D’autre part, il y a un message où Cordouan écrit (je le dis avec mes mots) que ce n’est pas la pensée du pape qui fait problème mais notre difficulté à déchiffrer son langage. D’autres contributeurs s’étaient déjà exprimés dans ce sens. A retenir.

      Exprimer son désaccord avec untel, fut-il le pape en personne, c’est le cas de le dire, est un droit. Les réactions que cela suscite, également. Nul doute que ce point attire l’unanimité, respect des limites compris.

      MERCI.

    • PS

      La conclusion de l’article de G. Leclerc : une citation du Nouveau Testament suivie de "...Il ne s’agit pas de dominer mais de servir".

      Il n’en fallait pas plus pour que "Mt 5,15" serve subrepticement à diriger le lecteur vers la "brise de Galilée"... C’est là où le "Lac de Tibériade", se trouvant dans les parages..., et trop tentant pour ne pas y plonger, entraîne en ses profondeurs les "juifs radicaux, arabes musulmans, colons israéliens" et enfin "Daech etc..."... Que faudrait-il d’autre pour mieux illustrer cette - que de fois dénoncée - stratégie du parasitage !

      Pour en revenir au coeur du sujet et mieux percevoir la différence entre "origines" et "racines", il n’aura pas été vain de suivre le long périple de la pomme de terre "originaire" des Andes qui a fini par "prendre racines" en France grâce principalement à Parmentier... Comme quoi, à être continuellement déviés, les meilleurs articles courent, hélas, le risque de finir en purée.

      Il n’ est que trop grand temps d’arrêter définitivement ces tentatives de massacre.

      MERCI.

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.