Instructif et intéressant

Charles Péguy, le visionnaire

par Pierre François

lundi 19 novembre 2018

Certes, la forme de Charles Péguy, le visionnaire est sans surprise – une interview entrecoupée de scènes illustrant le thème qui vient d’être abordé – et on regrette que les protagonistes soient caricaturés à travers des accents provinciaux. Mais le propos est passionnant.
Socialiste dreyfusard anticlérical puis nationaliste et, à partir de 1908 à la suite d’un «  approfondissement du cœur  » mystique et nationaliste catholique, mais refusant toujours de se marier religieusement comme d’adhérer à l’hypocrisie des conventions sociales, on imagine que le personnage a eu des échanges riches avec ses contemporains.
On apprend à connaître la multiplicité et la grande liberté de ce chrétien qui, même après son retour à la foi, ne pratiquera pas et ne recevra les sacrements qu’un mois avant sa mort, sur le front. Là est le second legs qui nous est transmis par ce spectacle : il faut aller jusqu’au bout de ses convictions, quelles qu’elles soient et les assumer.

— 

Charles Péguy, le visionnaire, de Samuel Bartholin. Avec Bertrand Constant. Mise en scène : Lætitia Gonzalbes. Dimanche (18h30) jusqu’au 25 novembre au Théâtre de la Contrescarpe, 5, rue Blainville, 75005 Paris, tél. : 01.42.01.81.88, www.theatredelacontrescarpe.fr

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication