Chantage migratoire

par Gérard Leclerc

mercredi 17 novembre 2021

Le chantage exercé par la Biélorussie à la frontière polonaise repose toute la question des migrations. L’union européenne est-elle en mesure de définir une politique claire en ce domaine ?

La crise enclenchée par le dictateur Loukachenko, jouant d’une concentration de migrants à la frontière de la Biélorussie et de la Pologne est-elle sur le point de se résorber ? C’est possible si l’on en croit l’intéressé qui s’engage à persuader les migrants-otages à rentrer chez eux. Il n’empêche que cette nouvelle crise a valeur d’exemple et qu’elle met, en quelque sorte, l’Union européenne au pied du mur.

Ainsi que l’écrit Renaud Girard, bon observateur des questions internationales pour Le Figaro : « L’union européenne étale son impuissance institutionnelle. En six ans, elle n’est pas parvenue à une réponse commune et efficace sur la question des migrants. » Sans doute, cette question est-elle plus que complexe, et elle met aux prises ce qu’on peut appeler la realpolitik et les sentiments humanitaires. Les États européens peuvent-ils renoncer aux principes qui font partie de leur identité morale ? Mais du point de vue même de la morale, on est en droit de s’interroger sur l’immense trafic que constituent les mouvements migratoires, avec des passeurs qui amassent des fortunes et sont au carrefour de la drogue et du djihadisme. Leurs réseaux peuvent s’étendre jusqu’aux quartiers perdus de la République.

Mme Merkel elle-même ne saurait renouveler son geste de générosité à l’égard d’un million de réfugiés. Alors, il va falloir prendre des mesures claires pour ne pas donner de faux espoirs et de ne pas encourir de nouveaux chantages à nos frontières. Ce qui n’empêche pas de traiter humainement les personnes, sans devenir les idiots utiles d’un trafic très intéressé.

Chronique diffusée sur radio Notre-Dame le 17 novembre 2021.

Messages

  • L’union européenne a pour but, c’est son cœur de métier, de soutenir inconditionnellement la submersion migratoire. Un immigré : c’est un consommateur, un excellent agent économique et démographique. dans son pays, il ne dépense presque rien. Là, il fait tourner la machine. La soit disant "UE" est restée un "marché commun".
    Qu’on ne se fasse aucune illusion sur cela.

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.