Changer souvent

Fr. Paul D. Scalia, traduit par Vincent

mardi 16 juin 2020

Les tentations au désert par Briton Riviere, 1898
[Guildhall Art Gallery, London]

Il y a plusieurs années, j’ai vu une voiture avec l’autocollant de pare-chocs suivant : Si vous n’êtes pas scandalisé, vous ne faites pas attention. J’étais complètement d’accord avec ce sentiment. Mais à en juger par les autres autocollants sur les pare-chocs de la voiture, probablement pas pour les mêmes raisons que son conducteur. En tout cas, ce conducteur inconnu et moi partagions cette conviction : quelque chose doit changer.

En fait, tout le monde est d’accord sur cette simple vérité. Nous voyons et expérimentons la discorde et les conflits à travers le monde, dans notre pays, dans nos communautés et en nous-mêmes. Nous concluons à juste titre que les choses ne sont pas ce qu’elles devraient être. Elles sont hors de propos, décalées. Quelque chose doit changer.

Bien sûr, comme pour ce chauffeur et moi, nous ne sommes pas d’accord sur ce qui doit changer ni comment. La plupart du temps, nous pensons que le problème est en dehors de nous. Si seulement nous pouvions tout contrôler et réparer tout ce qui nous entoure, alors les choses iraient bien. Si nous pouvions réparer l’économie, l’environnement, le gouvernement ou quoi que ce soit... alors il y aurait la paix. Si j’avais un travail, une maison, une femme ou un corps différent... alors je serais heureux. Bien sûr, personne ne peut tout contrôler, et essayer de le faire n’apporte pas la paix. Cela rend seulement une personne plus anxieuse - et ennuyeuse.

Chaque religion essaie de répondre à ce besoin de changement. Les anciens païens pensaient que pour arranger les choses, ils devaient sacrifier plus d’animaux - ou de personnes - aux dieux. L’Islam proclame que le changement nécessaire est la soumission à Allah. Le bouddhisme propose un changement pratiquement sans fin et ouvert. La Science Chrétienne nous dit que tout est dans nos têtes ; il n’y a en fait rien de mal du tout. Etc.

On dit que, lorsqu’un journal londonien a demandé à Chesterton de contribuer à un article sur la question Qu’est-ce qui ne va pas dans le monde ?, il a envoyé une réponse simple : Moi. Bien que probablement apocryphe, l’histoire capture l’esprit de Chesterton et, plus important encore, la réponse chrétienne appropriée sur ce qui doit changer. C’est nous.

Notre Seigneur fournit l’articulation faisant autorité de cette vérité : Convertissez-vous, car le Royaume des cieux est proche. Ce ne sont pas seulement les premiers mots de son ministère public ; ils en caractérisent également l’ensemble. Il est venu annoncer le changement nécessaire, qui est intérieur, continu et centré sur Lui. Nous devons nous changer, nous détourner du péché et nous tourner vers le Royaume.

Le mot grec d’origine pour « convertir » - metanoiete - a deux sens complémentaires. Le Douay-Reims le traduit par Faire pénitence, qui indique un changement de comportement extérieur, la réforme de ce que nous faisons. Nous devons cesser de faire le mal et apprendre à faire le bien (Is 1, 16-17). Mais plus important encore, metanoiete indique quelque chose d’intérieur : un changement de mentalité, une nouvelle façon de penser et de voir le monde. Il nous faut rejeter la façon dont le monde voit les choses et adopter celle de Dieu.

En effet, le sens extérieur de la conversion dépend de l’intérieur. Un changement de comportement extérieur sans une conversion authentique du cœur produit un disciple superficiel et cassant. Il essaie juste de maintenir tout cela ensemble sans aucune ressource intérieure pour le faire. Comme la graine sur le sol pierreux, sa conversion se flétrira faute de racines.

Ensuite, il y a cette deuxième partie de la proclamation de notre Seigneur, la raison de cette métanoïa : le Royaume des cieux est proche. La conversion n’existe pas pour elle-même. Elle est ordonnée vers le Royaume, qui est le Christ lui-même. Le disciple du Christ se détourne du mensonge et de l’irréalité du péché et se tourne vers la vérité et la réalité de Christ. Si la métanoïa n’avait pas cet objectif, elle nous condamnerait à l’ornière du progressisme de changement sans fin et sans but.

Ce qui ne veut pas dire que la métanoïa chrétienne est chose faite une fois pour toutes. Au contraire, ce changement du péché à la croyance doit être un mouvement fondamental et constant dans la vie chrétienne. Les Bénédictins font vœu de « conversion de la vie », non pas comme la décision d’un moment mais comme un mode de vie, et pour le reste de leur vie. La célèbre phrase de Saint John Henry Newman - vivre, c’est changer et être parfait, c’est avoir souvent changé - exprime la métanoïa continue du chrétien, du péché au Royaume (et n’a de sens que dans ce contexte).

Pour apprécier le défi de cette conversion continue, nous devons entendre les paroles de notre Seigneur dans leur contexte immédiat : après sa lutte avec le diable et après l’arrestation de Jean-Baptiste (cf. Mt 4:12). Ce contexte de lutte et de persécution indique que la métanoïa chrétienne rencontrera de l’opposition. Le diable et le monde déchu résistent à ce changement. Ils tenteront de nous faire nous contenter de quelque chose de moins - une conversion partielle ou un compromis avec le monde.

Dans sa mission de poursuivre l’appel du Christ à la conversion, l’Église fait face à la même opposition que Lui. Même certains membres de l’Église essaient de l’en dissuader. Les singes de l’abandon théologique affirment que ce qui doit changer, c’est l’Église elle-même. Si seulement elle mettait de côté les enseignements pesants et s’adaptait au monde, alors les gens trouveraient la paix. Telle a toujours été la tentation de l’Église de s’éloigner de cette métanoïa à laquelle son Époux l’appelle.

Intériorité, continuité et christologique. Ces trois qualités caractérisent cet acte déterminant du chrétien : se convertir, car le Royaume des cieux est proche.

— 

À propos de l’auteur

Le Père Paul Scalia est prêtre du diocèse d’Arlington, en Virginie, où il est vicaire épiscopal pour le clergé. Son nouveau livre est That Nothing May Be Lost : Reflections on Catholic Doctrine and Devotion (« Que rien ne peut être perdu : réflexions sur la doctrine et la dévotion catholiques »).


Voir en ligne : Source

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.