Ce que l’Église peut offrir à la nation

par Gérard Leclerc

mardi 18 décembre 2018

Le Conseil permanent de la Conférence des évêques de France, dans sa déclaration du 11 décembre, entend mettre le maillage de solidarités que constitue le corps ecclésial au service du pays, particulièrement en cette période de crise : « L’Église catholique dispose d’un maillage de milliers de paroisses réparties sur l’ensemble du territoire et riches de la présence de multiples mouvements, aumôneries et associations de fidèles. Lieu de prière, en particulier liturgique, la paroisse est aussi par nature et par vocation la “maison de famille fraternelle et accueillante” pour tous et “la famille de Dieu, fraternité qui n’a qu’une âme”. À ce moment de notre histoire, nous pouvons le montrer et apporter notre contribution pour aider notre société tout entière à surmonter la crise qu’elle traverse. Sans se substituer aux politiques, l’Église offre un espace pour faire grandir la fraternité. » Cette proposition épiscopale est inédite dans notre histoire. Il importe d’en saisir l’importance, avec la mission confiée à l’ensemble des catholiques de France.

À juste titre, on insiste, aujourd’hui, sur le défaut de représentation dont souffre une grande partie de la population française, celle de la France périphérique. Mais préalablement, ce défaut trouve sa cause dans l’absence de solidarité organique de régions entières. Dans un entretien au Figaro (17 décembre), l’écrivain François Sureau met bien en évidence en quoi le mouvement des gilets jaunes recrée ponctuellement des liens de solidarité : « Quand on va sur les carrefours, on voit bien que les gens y cherchent une sociabilité oubliée depuis longtemps entre la vie solitaire, les courses au supermarché, la télévision, la laideur des endroits. Il y a des braseros, des amis, du vin chaud, on parle et surtout l’on retrouve une forme d’engagement, de présence au monde, d’utilité personnelle, de sens, tout ce que le monde moderne paraît conspirer à nous enlever. »

De son côté, le philosophe Jean-Claude Michéa met en cause un processus de déshumanisation, qui se caractérise par l’individualisme, le culte de la performance, l’économisme débridé, la marchandisation de tous les biens, la juridicisation des rapports humains, la darwinisation des rapports sociaux, la technicisation de l’homme et de son environnement, la standardisation des biens culturels, la normalisation des comportements, l’uniformisation des modes de vie, la religion du chiffre dans tous les domaines de l’action humaine [1]. On ne pourra reconstruire du lien social sans une réanimation économique adaptée à nos territoires. Mais celle-ci est dépendante de ce remaillage des solidarités. Les chrétiens, forts de leurs fraternités paroissiales sont en mesure de coopérer efficacement à cette transformation profonde, sans laquelle une colère sans remède ne produira que des dégâts.

— 

Photo Felletin (Creuse)


[1Jean-Claude Michéa, Le loup dans la bergerie, Climats, 166 p., 17 €.

Pour aller plus loin :

Messages

  • L’Eglise dispose aussi d’une doctrine sociale et politique qui inclut une critique précise du libéralisme individualiste . Il serait urgent qu’elle la fasse entendre .

  • La rencontre des hommes par delà les encartés de toutes philosophies, de toutes les églises et de tous les partis politiques du moment crée cet environnement inédit, insolite et inattendu.
    Depuis fort longtemps on ne participait plus aux élections civiles dans le pays pour des populations jugées périphériques qui cultivent le canal des réseaux sociaux privé, individualisé, de corporatistes satisfaits de leurs compagnons d’échanges privés.
    Ces mouvements singuliers à la croisée de l’écologie, d’un mode de vie revisité dans ses codes habitués engendreront-ils des espaces sociétaux prometteurs pour l’avenir ?
    "Ces gilets jaunes" de la résistance et de la contestation construiront-ils des voies nouvelles du dialogue et de la rencontre des humanités ?
    Bien des interrogations viennent à l’esprit, aujourd’hui et pour demain.
    Nul ne semble contenir cette irruption des mécontents, et la voie à connaître est encore incertaine, car le risque de soutenir sans condition la revendication ne suffit à convoyer vers des horizons plus constructifs pour tout un chacun.
    Les associations sont bien placées pour conduire cette aventure civique et personnelle.
    Les maires bien situés pour comprendre leurs administrés et tous ceux qui ne sont plus dans les clous de la vie sociale conventionnelle.
    Les communautés spirituelles traversées par ces opinions individuelles.
    Changement de monde en l’état, changement de générations que l’on disait endormies ou peu représentées par les institutions.
    Quelque chose se passe désormais bien au delà du phénomène des gilets jaunes.
    Le courant actuel se voulut en marche il y a peu, la marche pressée des plus actifs du mouvement n’a pas encore fini de se rappeler à notre présent.

    A suivre sans disposer pour l’heure de tous les éléments réunis pour le saisir dans sa globalité !

  • Puisque lÈglise est en effet si centrale et si visible a travers la France entiere...pourquoi ne pas y installer une banque alimentaire et vestimentaire, ainsi quùne banque solidaire pour toutes les personnes ayant un besoin de nourriture ou de quelques sous ? On pourrait meme structurer les offrandes avec une liste de courses suggeree : lait, brioche, beurre, saucissons, oeufs, sucre, farine, eau, bougies, allumettes etc. etc. etc. ? Et des manteaux ? Chaussures ? Gants ? Couvertures aussi ? Cela serait tres facile a mettre en place avec des equipes de 2-3 benevoles qui accueillent et/ou qui distribuent par roulement tous les jours ...pourquoi pas jusquàu 2 fevrier, en la Fete de la Presentation ? Demander votre presse locale de faire un sondage des besoins concrets et specifiques aupres des plus demunis. Laisser la presse locale faire connaitre notre presence a la population generale. Cela serait visiblement lÈglise qui aide et non pas une association lambda....
    ET si jamais nos bons cures courageux et aimables en auraient lènvie....de presenter la Creche aux visiteurs ? De proposer une priere avec les personnes qui visitent ainsi nos eglises ? Et encore mieux...pourquoi ne pas y exposer tous les jours Jesus Reellement Present au Tres Saint Sacrement ? Vous leur diraient que vous avez un Ami Important qui attend a lìnterieure de lèglise et qui a demande de les rencontrer...
    Soyons concrets, directs et veritables dans nos demarches avec toute la population car personne refuseraient la chaleur de la misericorde corporelle et spirituelle.
    Ou encore plus simple et visible : Que les eglises de la France entiere designent une journee precise chaque semaine de Portes Ouvertes de la Misercorde pour recevoir ou distribuer offrandes ?

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.