COMÉDIE MUSICALE

Catherine de Sienne

par Pierre François

mardi 27 novembre 2018

Le père Jean Marie Luc Brun présente une nouvelle comédie musicale, constituée et répétée lors de camps de jeunes en été, en tournée durant l’hiver.

L’association Révélateur production n’en est pas à son coup d’essai en matière de comédie musicale. Il y a eu Maximilien Kolbe en 2010, puis d’année en année Jean-Paul II, Ozanam, Mère Teresa, Claire de Castelbajac, Padre Pio, Louis et Zélie, Hildegarde de Bingen l’an dernier.

Pour raconter l’histoire de Catherine de Sienne, les responsables du projet ont décidé non pas de parler directement de la sainte connue pour avoir été stigmatisée, bénéficié d’obsèques solennelles présidées par le pape lui-même ou être devenue la première femme Docteur de l’Église en même temps que sainte Thérèse d’Avila, mais de procéder par une mise en abyme. En effet, l’héroïne est une femme étrangère au milieu du théâtre qui se trouve plongée parmi des comédiens répétant une pièce au sujet de Catherine, qu’elle interprète, et qui va évangéliser ces artistes sans religion par son comportement [1].

Afin de garder une cohérence, les scènes sont présentées dans l’ordre chronologique de la vie de Catherine de Sienne. Le metteur en scène explique que les moments la montrant en train de prier sont éclairés de sorte qu’on ne sache plus si on a devant soi une comédienne répétant ou le personnage lui-même. Il utilise habilement le fait qu’il s’agit d’une comédie musicale, donc avec des parties dansées et chantées, pour alléger les parties graves du spectacle, comme la correction du pape par exemple.

Certes, on ne doit pas s’attendre à un spectacle de niveau professionnel : les comédiens sont des amateurs n’ayant parfois jamais pratiqué le théâtre avant le camp de vacances de vingt jours. Quant à l’encadrement, ce sont trois professionnels (les deux auteurs et le compositeur) et des semi-professionnels (en général en école pour le devenir). L’esprit est celui d’une prise en charge chrétienne des 14-19 ans, sans cependant que l’on cherche à convertir qui que ce soit. Car si la majorité des jeunes a reçu une foi transmise par ses parents, il y en a 10 à 20 % qui viennent sur la recommandation d’un ami. Enfin, chaque camp comporte deux raids en pleine nature. Et lorsque vient le moment de faire tourner le spectacle – parfaitement identifié puisqu’il s’agit toujours de la vie d’un saint – le public, nombreux, est à l’image des participants aux camps : si le premier cercle est catholique, d’autres personnes viennent de plus loin.

— 

Catherine de Sienne, le spectacle catho de cet hiver, du P. Jean Marie Luc Brun et Véronique Ebel, scénaristes. Avec environ 180 jeunes. Les 8 décembre (16h30 et 20h30), 9 (14h30), 15 (16h30 et 20h30), 16 (14h30), 9 février (16h30 et 20h30), 10 (14h30), 16 mars (16h30 et 20h30), 17 (14h30) salle Rossini à Notre-Dame-de-Grâce de Passy, 8 rue de l’Annonciation, 75016 Paris. tél.  : 06.78.66.57.63, info@revelateur.org, www.catherine-lespectacle.fr

[1Pour être exact, la comédie musicale au sujet de Hildegarde mêlait déjà époque de la sainte et temps contemporain tandis que cette année toute l’action se passe de nos jours. Par ailleurs, on s’interrogera, peut-être, sur le fait que dans la pièce les artistes professionnels soient tous « sans religion » et aient besoin d’être guidés dans ce chemin par une personne étrangère à leur milieu.

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication