Caries spirituelles

par Jules Budzynski

lundi 1er avril 2019

Les conseils d’hygiène alimentaire peuvent se transposer au soin de notre âme.

Il faudrait vous procurer cette plaquette instructive que l’on retrouve dans toutes les salles d’attente des dentistes ! Elle est claire et bien faite.
Elle dit : « Le sucre, ce n’est pas parce qu’on ne le voit pas qu’il n’y en a pas. » En deuxième page : « Le sucre, dans nos cœurs et au cœur de notre alimentation. » En troisième page : « Et les caries dans tout ça ? » Enfin, en quatrième page, on trouve quelques conseils dont celui-ci : « Opter pour une alimentation variée et équilibrée, limiter le grignotage. »
Impossible de laisser passer ce prospectus sans le détourner à notre propre fin, celle de l’éducation, non de l’hygiène corporelle, mais de la santé de l’âme !

Il suffit, en effet, de changer quelques mots pour que l’adaptation et la mission soient claires et simples. Sans compter que le ciel est doux comme le sucre !

Première évidence : « Le ciel, ce n’est pas parce qu’on ne le voit pas qu’il n’y en a pas. » Dieu ne se voit pas. Ne s’entend pas avec nos appareils auditifs, ni même avec nos amplificateurs modernes. Déjà l’Écriture sainte le confirmait. Ce n’est ni dans le fracas, ni dans les manifestations extérieures que sa présence se fait sentir. Il est à l’intime de l’être. Comme l’Amour qui nous habite mais que nous ne saurions ni ne pourrions rendre visible en tant que tel.

Deuxième évidence : « Dieu, dans nos cœurs et au cœur de notre vie. » Dieu ne sera jamais une entité morale, un système philosophique ou un artifice de l’esprit. Il ne se conçoit que dans le cœur de chacun : « Voici que je me tiens à la porte et que je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et qu’il m’ouvre, j’entrerai et nous dînerons ensemble, lui près de moi et moi près de lui » dit le Seigneur. Nous invitant ainsi à cette intimité absolue qui chasse la façade, la seule religiosité extérieure, l’attitude croyante sans implication du cœur.

Les maladies de l’âme

« Et le péché dans tout ça ? » La troisième évidence est qu’il y a bien des maladies de l’âme. Des imprudences et des indifférences qui causent de grands dégâts en nos âmes. Si nous n’y prenons pas garde, la « carie spirituelle » créera des troubles plus graves. « Comment agir ? », interroge notre prospectus. Le remède spirituel est, lui aussi, confirmé. Ancien et éprouvé, il consiste en trois moyens efficaces : prière, sacrements, et direction spirituelle… Qui ne sont pas facultatifs ! Les éviter, c’est se priver de guérison et de prévention.

Quatrième évidence, parmi tous les conseils : « Opter pour une vie spirituelle profonde et équilibrée », loin des élucubrations qui effraient ou éloignent nos enfants et « limiter le papillonnage spirituel » qui consiste toujours à être à l’affût du bricolage ecclésiastique et des dernières nouveautés apostoliques…

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.