L’exemple de Birthe Lejeune

par Gérard Leclerc

mercredi 13 mai 2020

Le couple Lejeune avec Jean-Paul II.
© Fondation Lejeune

En présidant le 12 mai à Saint-Germain l’Auxerrois les obsèques de madame Jérôme Lejeune, l’archevêque de Paris a insisté sur son amour inconditionnel de la Vie, en solidarité avec son époux. Un très bel exemple qui doit nous éclairer et nous encourager.

Mardi 12 mai, en l’église Saint-Germain l’Auxerrois, Mgr Michel Aupetit, accompagné de l’évêque de Nanterre Mgr Matthieu Rougé, célébrait les obsèques de Mme Birthe Lejeune, veuve du professeur Jérôme Lejeune. Impossible de dissocier ces deux époux indissociablement liés par un amour d’une extraordinaire fécondité et par une œuvre commune, le service des personnes handicapées par la trisomie 21. En avril 1952, avant de découvrir la cause de ce handicap, Jérôme Lejeune avait reçu de son chef de service la charge des enfants que l’on appelait alors mongoliens. Il en instruit alors sa fiancée, qui habite au Danemark et à qui il demande toute son aide : « C’est un but passionnant qui nous demandera de grands sacrifices, ma chérie, mais si tu es d’accord pour accepter une vie assez précaire mais juste et saine, basée sur cet espoir-là, je suis sûr que nous y arriverons. »

Nous devons la connaissance de cette correspondance à Aude Dugast, postulatrice de la cause de béatification de Jérôme Lejeune, qui a rassemblé toutes les pièces du dossier. Nous savons, par elle, le oui immédiat que la jeune fiancée à accordé à son futur mari. Un oui qui devait entraîner une extraordinaire aventure au service de la Vie. Je suis de ceux qui ont eu la chance de rencontrer Jérôme et Birthe Lejeune et d’apprécier la chaleur et la joie de leur foyer, avec toute une postérité d’enfants et de petits-enfants engagés à leur suite dans une tâche de transmission. Après la mort du professeur, j’ai eu l’occasion de revoir Mme Lejeune des quantités de fois. C’est simple, elle était au rendez-vous à chaque fois qu’il fallait être présent pour servir la vie sous toutes ses formes ainsi que la famille.

Il y a unanimité à son sujet. Elle était elle-même la vie. Une prodigieuse vivante, jamais lasse, sans cesse encourageant les uns et les autres. Avec son mari, elle partageait aussi cette étonnante mémoire qui lui permettait de reconnaître d’innombrables visages. À la Fondation Jérôme Lejeune, elle avait choisi la mission d’accompagner tous ceux qui s’y dévouaient et les milliers de donateurs auxquels elle adressait ses remerciements. Oui, c’est vraiment une belle personne qui nous a quittés et dont nous pouvons être persuadés qu’elle continuera à nous accompagner depuis le Royaume qu’elle a rejoint.

Chronique diffusée sur Radio Notre-Dame le 13 mai 2020.

Retrouvez la Grand Angle consacré à Birthe Lejeune dans le magazine.

Messages

  • Ayant un Père Victor Nolf professeur en médecine à la Catho de Lille, et ardent défenseur du respect de la vie, je suis heureuse de remercier le Professeur Lejeune et Madame Birthe Lejeune pour leur Oeuvre d’amour envers les enfants trisomiques , respectant la dignite de la vie de la conception à la mort.Leur Témoignage de vie envers les plus faibles est poignant
    Nous suivons leur exemple là ou Dieu nous a placés pour vivre et témoigner.

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.