Batailles picrocholines autour des crèches de Noël…

par Denis Lensel

samedi 6 décembre 2014

Cette fois, c’est parti : comme s’il n’y avait rien de plus urgent à faire dans une France en pleine crise matérielle et morale, les dinosaures idéologiques qui déclarent sans rire représenter la… « Libre Pensée » sont partis en guerre contre… les crèches de Noël aménagées dans différents endroits de notre pays : comme on pouvait s’y attendre, c’est en Vendée qu’a eu lieu la première de ces batailles dignes de l’absurde Picrochole de Rabelais, petit chef mais grand querelleur devant l’Eternel. Bien sûr, la Vendée, terre de tradition catholique diversement vécue, mais restée la cible préférentielle des artisans d’un déracinement antireligieux en réalité très hasardeux…, tant cette animosité peut ranimer la flamme de fidélités parfois vacillantes.

Et puis, nouvel objectif des pourchasseurs des santons de l’Enfant-Jésus, de la Vierge-Marie, de Saint Joseph et de leurs humbles compagnons, voici la ville de Béziers, où le nouveau maire Robert Ménard fait désormais figure d’Astérix méridional, en maintenant la crèche qu’il vient d’installer, en dépit d’un sectarisme inepte.

Dans l’Ouest, où comme ailleurs, l’autorité de l’Etat est régulièrement bafouée par des groupuscules violents qui sabotent l’économie nationale, certains fonctionnaires zélés de la Justice administrative ont… jugé bon de bannir la mémoire de l’Enfant Jésus des lieux publics. Il y a 2000 ans, le roi Hérode craignait déjà sa présence, de peur d’être détrôné, au point quant à lui d’ordonner le massacre de milliers d’enfants innocents. La Sainte Famille, déjà mal hébergée, s’était alors réfugiée quelque temps dans un pays voisin, en l’occurrence en Egypte. Mais le Christ, Sauveur de l’Humanité, est revenu ensuite chez lui, pour y porter la Croix, décidément déjà un signe de contradiction… Aujourd’hui encore, alors qu’on continue à tuer çà et là des innocents, qu’il s’agisse d’enfants à naître ou d’adultes jugés indésirables, la présence de l’Enfant Jésus est toujours redoutée par les petits maîtres de la politique contemporaine. Pauvre monde qui ne comprend plus ni le Christ, ni sa crèche, ni sa croix !

Messages

  • Le titre de cet article est presque une atténuation que le reste heureusement ne confirme pas. J’ai réagir dans un site au profil sociologique pour y dénoncer un niveau de plus dans le Kulturkampf que l’Etat, voire les Etats les plus engagés dans le nihilisme latent des sociétés de la mondialisation (en tout cas celles dont les élites politiques médiatiques et financières n’en sont pas seulement les supports d’un processus mais les acteurs d’une stratégie politique et culturelle), contre l’héritage chrétien. Mais j’ajouterai qu’il s’agit d’une couche supplémentaire en un autre registre, celui de la disqualification des cultures populaires, ici notamment celles de l’enfance. Cet antipeuplisme accompagne comme son compère nécessaire la désouverainisaiton des nations et des peuples dont l’Union européenne est le vecteur principal, à l’avant garde désormais du Kulturkampf, ancienne spécialité français quoique le terme soit Bismarckien. L’ensemble pose une nouvelle fois la question que j’ai déjà soulevé dans des tribunes, de la difficulté qu’ont les catholiques à voir la réalité "européenne" en face et intégrer ce constat imparable que ce qui fut le fétiche politique de l’Eglise, l’Europe, l’Europe... est devenu un Baal Moloch, image qui vient spontanément au constat des politiques imposées ou tentant de s’imposer concernant l’avortement, notamment tardif, etc. On est loin de Pichrocole mais dans une problématique de tyrannie, celle des oligarchies nihilistes mondialisées.

  • Le titre de cet article est presque une atténuation que le reste heureusement ne confirme pas. J’ai réagir dans un site au profil sociologique pour y dénoncer un niveau de plus dans le Kulturkampf que l’Etat, voire les Etats les plus engagés dans le nihilisme latent des sociétés de la mondialisation (en tout cas celles dont les élites politiques médiatiques et financières n’en sont pas seulement les supports d’un processus mais les acteurs d’une stratégie politique et culturelle), contre l’héritage chrétien.

    Mais j’ajouterai qu’il s’agit d’une couche supplémentaire en un autre registre, celui de la disqualification des cultures populaires, ici notamment celles de l’enfance. Cet antipeuplisme accompagne comme son compère nécessaire la désouverainisaiton des nations et des peuples dont l’Union européenne est le vecteur principal, à l’avant garde désormais du Kulturkampf, ancienne spécialité français quoique le terme soit Bismarckien.

    L’ensemble pose une nouvelle fois la question que j’ai déjà soulevée dans des tribunes, de la difficulté qu’ont les catholiques à voir la réalité "européenne" en face et intégrer ce constat imparable que ce qui fut le fétiche politique de l’Eglise, l’Europe, l’Europe... est devenu un Baal Moloch, image qui vient spontanément au constat des politiques imposées ou tentant de s’imposer concernant l’avortement, notamment tardif, etc.
    On est loin de Pichrocole mais dans une problématique de tyrannie totalitaire, à la fois effective et rampante, celle des oligarchies nihilistes mondialisées.

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.