Année Saint-Joseph

Au cœur du mystère de Noël

par Gérard Leclerc

mercredi 16 décembre 2020

Nativité, Notre-Dame-des-Champs, Paris.
© Philippe Lissac / Godong

Le pape François est donc venu confirmer le grand attachement des papes de l’ère contemporaine à la figure de l’époux de la Vierge Marie et du père de Jésus. C’est à l’occasion des 150 ans de la décision de son prédécesseur, le bienheureux Pie IX, d’invoquer saint Joseph comme patron de l’Église universelle, que le Souverain pontife adresse sa lettre apostolique aux fidèles. Dans le but «  de faire grandir l’amour envers ce grand saint, pour être poussés à implorer son intercession et pour imiter ses vertus et son élan  ».

Nul doute qu’il recevra un accueil fervent à son initiative, tant le patronage du juste par excellence est cher aux chrétiens, qui l’invoquent dans leur vie quotidienne et dans certains moments difficiles. Faut-il sous-entendre que les fidèles du rang soient sur ce point plus attentifs que les théologiens patentés ? Lorsque saint Jean XXIII décida d’introduire le nom de Joseph dans le canon de la messe, il fut critiqué par certains liturgistes pointilleux. Mais le jésuite Jorge Bergoglio trouve dans la tradition de sa compagnie de solides appuis à sa propre dévotion. Un grand mystique du XVIIe siècle, le Père Lallemant, n’hésitera pas à invoquer saint Joseph au cœur même de sa méditation du mystère chrétien. Ce qui peut expliquer la persistance d’un attachement de la part des fils de saint Ignace.

Le gardien et le guide

Le pape François n’explique-t-il pas que, tous les jours depuis quarante ans, après les laudes, il récite une prière à saint Joseph tirée d’un livre français de dévotion des années 1800 ? On comprend qu’il ait le vif sentiment de rejoindre dans l’épreuve actuelle tous ceux qui ne font pas la Une des journaux, mais n’en sont pas moins «  en train d’écrire les événements décisifs de notre histoire : médecins, infirmiers et infirmières, employés de supermarché, agents d’entretien, fournisseurs de soin à domicile, transporteurs, forces de l’ordre, volontaires, prêtres, religieuses et tant d’autres qui ont compris que personne ne se sauve tout seul  ».

Joseph est l’homme inaperçu, dont la présence est indispensable à l’avènement du Salut. Il faut absolument méditer le texte magnifique de François, qui intervient aussi providentiellement à l’approche de Noël. Dans toutes les crèches du monde, Joseph est bien à sa place comme point de repère mais aussi comme premier acteur dans les circonstances de l’avènement du Sauveur. Il est le gardien et le guide, l’homme de toutes les déterminations. Et il sait, de révélation divine directe, qui est cet enfant : «  Elle (Marie) enfantera un Fils, et tu lui donneras le nom de Jésus, car c’est lui qui sauvera le peuple de ses péchés  » (Mt 1, 20-21). C’est Joseph qui donne son nom «  Dieu sauve  » à l’héritier des promesses, ce qui lui vaut à jamais notre attachement et notre tendresse.

Messages

  • - Joseph ou "qu’IL AJOUTE" dit la forme littérale de ce nom biblique à son origine.

    - Joseph rappelle toute paternité de ceux qui, un jour, ont connu cette union désirée, spontanée, ou détournée..

    Tant de situations aujourd’hui constatées dans les couples jeunes qui se découvrent au fil d’une relation copain-es, compagnons, amis et en couples dans un déroulé imprévu et observable de leur union.

    Joseph père d’un enfant qui surprend son propre émerveillement !

    Ces familles insolites qui contrastent bien souvent avec les conventions sociales de jadis qui traverseront les décennies passées et perpétuent ce désir de vie, de procréation inscrit dans notre nature.

    - Joseph " le père de l’antichambre " qu’une romance littéraire ironique qualifie par défaut, requalifié et reconnu pleinement comme un acteur de vie.

    - Joseph ajouté par l’Eternel dans une mission exceptionnelle !

    En voulant réhabiliter le personnage biblique, celui de nos familles, et de toute paternité spirituelle agissante dans toute vie partagée entre des parents en chaque génération, le pape François renoue avec l’histoire des origines de la sainte famille, un peu la nôtre !

    - Il AJOUTE ce que tout un chacun ne peut décider par lui même, ni proposer par ses propres forces.

    L’altérité de toute naissance dépasse tout entendement de nos parents qui mesurent au fil de la procréation de chaque vie, la dimension invisible, indicible, mystérieuse qui la porte.
    - Joseph parle aux plus jeunes d’entre nous.

    La paternité est le privilège de la jeunesse.

    La procréation de toute vie humaine vient de la jeunesse des hommes.

    Accomplir cet acte souverain de la vie, parfois de la part de ceux qui n’en ont pas toujours saisi la dimension, donne de la dignité à ces jeunes parents aujourd’hui qui se découvrent ainsi, sans l’avoir voulu, ni envisagé.

    - En temps de pandémie universelle qui a bouleversé en des pays particulièrement affectés, la fonction des parents et de la paternité même, Joseph - que Dieu ajoute - prend un nouveau sens dans des familles où le veuvage, le statut d’orphelin ou quelque privation de père se rapportent dans les faits sanitaires du moment.
    - Etre père aujourd’hui devient une mission renouvelée de l’altérité parentale, spirituelle et personnelle bien loin des caricatures exposées de la fonction selon des raccourcis standardisés.

    - Pris entre un matriarcat excessif et un patriarcat possessif, Joseph parle aux papas qui cherchent leur voie propre dans le fil du temps de leur propre histoire familiale !

  • St Joseph est le père adoptif de Jésus, et non pas son père.

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.