Espace

Apollo 11 : quand Aldrin invoquait le Christ avant de marcher sur la Lune

mardi 9 juillet 2019

Buzz Aldrin marche sur la Lune le 20 juillet 1969 (Crédit : NASA)

Le dimanche 20 juillet 1969, quelques instants avant que Neil Armstrong ne pose le pied sur la surface de la Lune, son coéquipier Buzz Aldrin prit l’initiative d’une cérémonie sobre et rapide articulant lecture de l’évangile et communion presbytérienne. Sous la pression des organisations athées, la NASA a tout fait pour dissimuler cet acte de foi.

20H17 (temps universel). Le module lunaire Eagle vient de se poser sur la mer de la Tranquillité. A son bord, Neil Armstrong et Buzz Aldrin ne doivent pas se laisser submerger par l’émotion. Leurs gestes sont millimétrés et minutés, tandis que leur camarade Michael Collins, à bord du module de commande, est resté en orbite en attendant de les récupérer. Pourtant, malgré l’intensité du moment, Buzz Aldrin suspend quelques instants les procédures. L’ex-as de l’US Air Force, devenu astronaute, s’empare d’un sachet en plastique duquel il extrait un récipient contenant du vin, un morceau de pain et un petit calice qui lui ont été fournis par l’église presbytérienne de Webster, située près d’Houston.

Dans le micro qui le relie au poste de commandement de la NASA, il prononce alors quelques mots : « Je vous demande quelques instants de silence et je voudrais inviter les personnes qui écoutent, qui et où qu’elles soient, à s’arrêter un instant pour considérer les événements des quelques dernières heures, et à rendre grâce à sa façon  ». Puis il lit un extrait du chapitre 15 de l’évangile de Saint-Jean («  Je suis la Vigne, et vous les sarments… ») qu’il avait copié à la main sur un morceau de papier avant d’embarquer.

Au nom du Christ

Une fois ces paroles prononcées, sous le regard de Neil Armstrong demeuré silencieux, Buzz Aldrin s’administre lui-même la communion presbytérienne en vertu d’une autorisation spéciale qui lui a été délivrée par l’église de Webster. « J’ai versé le vin dans un calice que notre église m’avait remis. Avec une gravité six fois moindre que sur la terre, le vin effectuait des courbes doucement et avec grâce sur les parois de la coupe. Il était saisissant de penser que le premier liquide versé sur la Lune, et que la première nourriture absorbée, étaient les substances de la communion », écrira-t-il plus tard. C’était, dira-t-il aussi, sa façon à lui de rendre grâce et d’exprimer qu’en explorant l’espace, il agissait au nom du Christ.

Sans doute Buzz Aldrin aurait-il voulu donner beaucoup plus de retentissement à sa démarche, et répéter sur la Lune le geste de Christophe Colomb, plantant une Croix sur le sable des plages inexplorées qu’il abordait. Mais le politiquement correct était déjà à l’œuvre à l’époque et la NASA lui avait demandé d’agir en toute discrétion de crainte de s’attirer les foudres des organisations athées. « Allez-y. Communiez. Mais contentez-vous de commentaires généralistes » lui avait ainsi intimé Deke Slayton, le chef du bureau des astronautes. C’est ainsi que seules les équipes au sol avaient entendu les paroles religieuses d’Aldrin, et non le grand public pourtant avide des moindres faits et gestes des trois héros de la conquête lunaire.

Offensive athée

Il faut dire que la NASA avait été échaudée par les actions intentées par Madalyn Murray O’Hair, militante de l’association « American Atheists », qui se surnommait elle-même la « femme la plus détestée d’Amérique ». Elle avait en effet intenté un procès contre l’Etat, au nom du Premier amendement, après que les trois astronautes de la mission Apollo 8, le 24 décembre 1968, avaient lu un extrait de la Genèse au cours de la rotation autour de la Lune. Auparavant, cette activiste s’était fait connaître pour sa contestation du caractère obligatoire des prières et lectures religieuses dans les établissements publics, et dans les écoles en particulier. Désormais, interdire l’expression aux astronautes en service l’expression de leur foi sur Terre, dans l’espace et sur la Lune, était son nouveau cheval de bataille.

L’offensive de Madalyn Murray O’Hair ne réduit en rien la portée symbolique du geste de Buzz Aldrin (à la différence des catholiques, les presbytériens ne croient pas en la transsubstantiation : la communion est avant tout un rite qui exprime la présence spirituelle de Dieu dans une assemblée, même réduite). Ainsi, chaque année encore, en juillet, l’église presbytérienne de Webster commémore la cérémonie de Buzz Aldrin au cours du "dimanche de la communion lunaire". En invoquant le Christ par ses paroles et par ses gestes, l’astronaute a su redonner à l’événement mondial que fut le premier pas de l’homme sur la Lune sa dimension réelle : une prouesse sans commune mesure, mais qui ne saurait en aucune manière faire oublier à l’homme son rang de créature.

Messages

  • Comme, je le suppose, l’écrasante majorité de mes contemporains, jusqu’à cet article, je n’avais jamais entendu parler de cet épisode émouvant qui donne un relief particulier à cette conquête spatiale plutôt mégalomaniaque et non dénuée d’arriére-pensées bellicistes.

  • Aldrin raconte en effet cet épisode dans son livre "Magnificent Desolation : The Long Journey Home from the Moon". Mais il y ajoute ceci :
    "Perhaps, if I had it to do over again, I would not choose to celebrate communion.
    Although it was a deeply meaningful experience for me, it was a Christian sacrament, and we had come to the moon in the name of all mankind – be they Christians, Jews, Muslims, animists, agnostics, or atheists." que l’on peut traduire par :
    "Peut-être que si je devais recommencer, je ne choisirais pas de célébrer la communion.
    Bien que ce fût une expérience profondément significative pour moi, c’était un sacrement chrétien et nous étions venus sur la Lune au nom de toute l’humanité - qu’ils soient chrétiens, juifs, musulmans, animistes, agnostiques ou athées. "

  • Si le "regret" d’Aldrin n’était pas dû à, entre autres, d’éventuelles représailles de la dite terrifiante Madalyn Murray O’Hair, pourrait-on oser penser qu’il pourrait, peut-être, trouver ses racines dans le fait que pour l’astronaute presbytérien le "sacrement chrétien" qu’il décrit n’est pas constitué du "corps et du sang" du Christ.

    Aldrin dit regretter son geste au prétexte que l’exploit d’aller sur la Lune était au nom de "toute l’humanité", toutes religions, agnosticismes et athéismes confondus. Si Aldrin était catholique et qu’il avait eu la même idée de communier sur la Lune, n’aurait-il pas, on ne sait jamais, placé au coeur de cette Eucharistie (du grec ephkharisto ou action de grâce) tous ses frères humains au lieu de les en écarter ? Juste une idée peut-être saugrenue...

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.