À nouveau, la pédophilie

par Gérard Leclerc

mercredi 6 mai 2015

Le drame de la pédophilie est revenu en force, avec deux affaires qui concernent l’Éducation nationale. La découverte de deux cas d’enseignants soupçonnés d’atteinte sexuelle à l’enfance, en Isère et en Bretagne, a suscité un grand émoi, d’abord chez les parents d’élèves concernés, blessés et furieux, puis graduellement les ministres de l’Éducation nationale et de la Justice se sont retrouvés en première ligne, pour tenter de répondre à l’accusation de négligence dans la surveillance de personnes signalées à l’attention de la police. Mesdames Vallaud-Belkacem et Taubira entendent joindre leurs efforts pour éviter à l’avenir toute fâcheuse surprise dans ce domaine. Faut-il rappeler que ce n’est pas une nouveauté, et qu’en son temps Ségolène Royal, sous le gouvernement de Lionel Jospin, avait déjà évoqué clairement le problème, notamment à l’Assemblée nationale.

Quand éclate un scandale de cette nature, il faut faire extrêmement attention de ne pas se prêter aux amalgames et aux généralisations. Ce n’est pas tout notre système éducatif qui doit être mis en cause. Souvenons-nous de ce qui s’est passé à propos du cas de prêtres accusés de pédophilie dans divers pays. À cette occasion, une large part des médias s’est signalée par une stigmatisation de l’institution ecclésiale et même du Pape. Le réflexe de la recherche du bouc émissaire jouait à plein. Il y avait tout de même une sérieuse question de déontologie et même plus directement de rigueur professionnelle. Qui, à l’époque, s’est donné la peine d’enquêter sur le phénomène social dans toute son amplitude ? Il aurait fallu interroger d’abord ceux qui sont en contact direct avec les milieux concernés.

J’avais la chance, pour ma part, de pouvoir interroger un de mes amis proche, psychiatre de profession et expert auprès des tribunaux dans ce domaine précis. Il m’expliqua alors que le phénomène concernait d’abord les familles elles-mêmes, puis l’ensemble des professions attachées à l’enfance. Les prêtres représentaient l’exception dans le long cortège des délinquants qui prenait le chemin de son cabinet. C’est donc ce phénomène social qu’il faut envisager dans son ensemble, avec les pathologies dangereuses qu’il développe.

Chronique diffusée sur Radio Notre-Dame le 6 mai 2015.

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.