Accueil du site > Actualités > L’article du jour > Colloque Arts, Mythes et Religions

envoyer l'article par mail envoyer par mail Imprimer cette page

A Vannes, du 26 au 30 mars un événement national

Colloque Arts, Mythes et Religions

par Marie-Madeleine Martinie

jeudi 5 avril 2012


Un passionnant colloque sur « le fait religieux » s’est tenu dans le Morbihan à la fin de mars. Son titre, Arts, Mythes et Religions, en disait long sur la largeur de vue des organisateurs, dont le but était d’aider les enseignants à présenter à leur élèves l’importance du fait religieux.

On est venu de loin à ce colloque. Et malgré l’absence (due à la maladie) de deux personnalités vannetaises éminentes (M. Dominique Ponnau et M. Yves Coppens), les congressistes, accueillis le premier matin par M. Martial Limouzin, du Comité académique de l’enseignement catholique (CAEC) de Bretagne, ont beaucoup vu et sans doute beaucoup appris.

Ils ont vu, évidemment le patrimoine historique et artistique de la ville de Vannes. Mais ils ont aussi été emmenés à Ploermel pour visiter les lieux du patrimoine arthurien, et aussi, promenés jusqu’à Gavrinis, Carnac, Locmariaquer, où ils ont été initiés à ces preuves archéologiques d’une recherche spirituelle.

Mais ces promenades alternaient avec des conférences de haute qualité dont celles de M. René Nouailhat et de M. Gérard Gobry. Conférences entendues soit à la « maison du diocèse » soit sur le site du Vincin en Arradon.

Le site du Vincin abrite à la fois la branche bretonne de l’Université catholique d’Angers (l’UCO) et le centre de formation des professeurs de l’Enseignement catholique (l’ISFE).

Outre un bel amphithéâtre, on y trouve de nombreuses salles où purent avoir lieu des « ateliers pédagogiques » animés par des professeurs ayant tenté d’intéressantes initiatives pédagogiques d’enseignement religieux à des niveaux divers.

Quelques livres furent proposés aux congressistes, dont celui de Régis Debray, et les bandes dessinées de Brunor, qui expliquent si bien que la foi chrétienne n’a rien à craindre de la science d’aujourd’hui.

Marie-Madeleine Martinie

Répondre à cet article