Vél d’hiv : Où était la France ?

par Bertrand Renouvin

lundi 17 juillet 2017

Le 16 juillet, lors de la commémoration de la rafle du Vel d’Hiv, Emmanuel Macron a déclaré que « c’est bien la France qui organisa la rafle puis la déportation… » avant de récuser « les accommodements et les subtilités de ceux qui prétendent aujourd’hui que Vichy n’était pas la France » et d’accuser de « mensonge » ceux qui ont établi l’illégitimité et l’illégalité de Vichy.

http://www.bertrand-renouvin.fr/emmanuel-macron-le-vel-dhiv-la-memoire-et-lhistoire-chronique-140/

Vous trouverez ci-dessous la liste des articles par lesquels je récuse les accusations portées contre la France :

http://www.bertrand-renouvin.fr/la-france-nation-criminelle-rene-fievet/

http://www.bertrand-renouvin.fr/la-france-etait-a-londres-hommage-a-rene-cassin-2-chronique-138/

http://www.bertrand-renouvin.fr/la-france-etait-a-londres-hommage-a-rene-cassin-1-chronique-137/

http://www.bertrand-renouvin.fr/marine-le-pen-vichy-et-le-veldhiv-chronique-136/

http://www.bertrand-renouvin.fr/10-juillet-1940-naissance-dune-dictature/

http://www.bertrand-renouvin.fr/chronique-54-francois-hollande-le-vel-d%e2%80%99hiv-et-la-france/

http://www.bertrand-renouvin.fr/chronique-35-pitie-pour-la-france/

http://www.bertrand-renouvin.fr/vichy-mensonges-par-omission/

http://www.bertrand-renouvin.fr/deportation-un-jugement-aberrant/

http://www.bertrand-renouvin.fr/la-france-nest-pas-coupable-2/

http://www.bertrand-renouvin.fr/la-france-nest-pas-coupable/

http://www.bertrand-renouvin.fr/vichy-un-pouvoir-de-fait/

Messages

  • L’histoire et la mémoire

    La Rafle du Vel d’Hiv, c’était la France, si l’on en croit Emmanuel Macron. On peut admettre cette affirmation un peu sommaire tout en remarquant son ironie. Après tout, cela revient à donner raison à la phrase fameuse de "Maréchal nous voilà" : "Pétain c’est la France". Et si la Rafle du Vel d’Hiv était le crime de la France, était-ce aussi le crime des résistants de l’intérieur et des combattants de la France libre, sans parler des justes qui cachèrent et protégèrent des Juifs pendant l’Occupation ?

    La simplification est un peu la loi de ce genre de discours, plus destinés à frapper les esprits qu’à exposer la complexité d’une période historique. Le président de la République a voulu marquer les esprits et non donner un cours d’histoire. C’est ainsi qu’il faut comprendre la dénonciation de l’antisionisme en tant que faux nez de l’antisémitisme. Emmanuel Macron a sans doute oublié (s’il l’a jamais su) que, pendant l’immédiat après-guerre, la création de l’Etat d’Israël a suscité de fortes réticences, et même de violentes oppositions au sein de la communauté juive, tandis que nombre de militants sionistes ne voulaient pas entendre parler de la Shoah. Il aura fallu le procès Eichmann, en 1961, pour que les mentalités changent.

    Cependant, le discours de Macron ne doit pas être tenu pour anodin : il participe à la construction d’une mémoire collective, une mémoire d’autant plus menacée que s’éteignent irrémédiablement les voix des derniers témoins. Il s’agit, non pas d’entretenir une blessure toujours saignante, mais de garder au passé sa valeur d’avertissement. Cette mémoire a les défauts de ses qualités. Sa forte charge émotionnelle lui interdit la nuance et la pousse parfois à écrire une histoire en noir et blanc avec ses biais et ses points aveugles.

    Tout autres sont les nécessités de l’histoire. Cette fois, il ne s’agit plus seulement d’entretenir le souvenir du passé mais d’en analyser toute la complexité. Les motivations d’un Laval ou d’un Bousquet – ou l’antisémitisme ne paraît pas le seul ressort – sont du domaine de l’histoire, mais l’énormité de leur crime fait partie de notre mémoire.

    Rien donc ne serait plus dangereux que de séparer totalement la mémoire et l’histoire, même si leur cohabitation peut se révéler conflictuelle (on le voit encore lorsqu’il s’agit de la Révolution française). S’il nous rappelle cette nécessité, le discours d’Emmanuel Macron n’aura pas été inutile.

    Serge Plenier

  • L’affaire est grave. Ce n’est pas parce que je me sens assez peu "Macron-compatible" que j’affirme cela mais bien parce qu’une analyse objective des déclarations et des faits historiques y conduit.

    Dieu merci, de nombreux observateurs honnêtes (*) et compétents ont réagi aux propos présidentiels.

    L’article ci-dessus de B. Renouvin (dont l’histoire personnelle le rattache plus que beaucoup d’autres au cœur de cette époque historique) constitue à cet égard un dossier riche et des plus instructif. Les treize références communiquées en liens sont absolument à lire et à méditer pour bien comprendre de quoi il retourne. Comprendre les enjeux et les racines de cette affaire (bien plus que polémique) que le tout nouveau président vient de créer par ses déclarations intempestives et provocatrices.

    Cette affaire ne jaillit pas ex-nihilo mais se situe dans une continuité, une sorte de révisionnisme historique qui, depuis quelques décennies, sous prétexte de repentances diverses, s’attache à discréditer l’image de la France historique (à commencer auprès de ses propres citoyens) lui déniant ainsi toute légitimité à prétendre à sa souveraineté.

    Cette falsification calomnieuse de l’histoire n’est pas fortuite, elle vient en complément utile du soft power qui, petit à petit, nous a installés dans la vassalité et dans la tutelle de la culture anglo-américaine.

    Jusque au débarquement de juin 1944, Roosevelt s’est obstiné à considérer que la France était incarnée et représentée par Vichy et par Pétain, et uniquement par eux.

    La boucle est aujourd’hui bouclée. Les atlantistes sont en passe d’imposer cette vision et cette doctrine américaines. La France de Leclerc, de De Gaulle et de la Résistance se doit de passer définitivement à la trappe pour laisser place à un pion docile de l’Otan, une pièce soumise à l’oligarchie atlantico-bruxelloise et à son empire financier et marchand.

    Jacques Sapir nous livre une analyse de qualité, comme à l’accoutumée, sur cette question.
    http://russeurope.hypotheses.org/6148
    http://russeurope.hypotheses.org/6150

    A l’instant, j’apprends en direct la retentissante démission du général de Villiers, chef d’Etat-Major des Armées. Ces deux affaires n’en sont, en fait, qu’une seule et même. Voila une confirmation de plus de l’amateurisme tragique de celui qui s’est installé dans le fauteuil de l’Elysée.

    Narcisse se voudrait Jupiter, mais il ne peut tolérer que Mars lui fasse la moindre ombre...

    * Il me semble que l’usage du qualificatif s’impose pour opérer une indispensable distinction. Les médias sont en effet saturés de commentateurs et d’"experts" en tout genre qui ne sont que les perroquets de la pensée unique et les propagandistes obtus de quelques idéologies dominantes. Un véritable fléau donc, au regard de ce que devrait être l’information

  • Je suis d’accord avec le commentaire du 19 juillet 10.30 en ce qui concerne les repentances diverses pour discréditer la France
    On en a vu la preuve cette semaine avec le quasi silence des médias à la mort de Max Gallo. Certes on n’était pas toujours d’accord avec ses écrits,mais un de ses derniers livres n’était-il pas intitulé "fier d’être Français" ? Comment un écrivain qui s’affirme immigré, passionné de l’histoire de France, qui a fait sienne cette histoire et l’a rendu fier d’être Français, et qui a affirmé un jour à la télévision que le socle de la civilisation chrétienne était judéo-chrétien, et pour finir s’est converti au catholicisme. Il y a des décès qui ont occupé dernièrement plus de place dans les médias
    Pour le rôle de la France dans les déportations : Vichy avait-il la possibilité de résister aux ordres allemands ? c’est le rôle des historiens de répondre à cette question pas à un financier. Dans le domaine de la STO on sait qu’il y eut 40 000 volontaires mais il a fallu réquisitionner 700 000 réfractaires sans compter ceux qui ont disparu dans la résistance. . Les alliés anglo-américains ont déversé 590 000 tonnes de bombes sur 703 agglomérations françaises de 1940 à 1945 souvent par "erreurs" (ainsi Saint-Omer en 1943 et 1944 et Royan en 1945) , il n’y a pas eu de repentance

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.