Une drôle de chose s’est produite sur le chemin du Colisée

James Matthew Wilson, traduit par Vincent

vendredi 19 juin 2020

Il y a près d’un an, j’écrivais sur ce site pour annoncer les débuts du Colosseum Institute, une organisation consacrée à « l’art de la poésie et le renouvellement des lettres catholiques à notre époque ». En tant que directeur fondateur de l’Institut, je devais également servir de rédacteur en chef pour Colosseum Books, une empreinte de l’Université franciscaine de Steubenville Press, et en tant que principal membre du corps professoral du Colosseum Summer Institute, un programme de quatre jours en philosophie de l’art, en beauté et théorie, et en art de la poésie.

Cette annonce n’est pas moins opportune aujourd’hui qu’en mars dernier. Au cours de la dernière demi-décennie environ, en grande partie grâce à l’essai de Dana Gioia diffusé sur First Things, The Catholic Writer Today, les écrivains catholiques sont venus jouer un rôle beaucoup plus important dans la culture littéraire américaine, une culture qui s’est avérée suffisamment sens dessus dessous pour nous encourager à persister.

Lorsque l’essai de Gioia est apparu pour la première fois, l’establishment littéraire américain semblait largement défini par une confiance obstinée, laïque et ennuyeuse, qui ne faisait que louer des livres peu ambitieux, tandis que la vie littéraire en Amérique dans son ensemble déclinait. Les articles dénonçant la perte d’ambition du roman et le fait de ne pas poser les « grandes questions » de l’éducation américaine, étaient monnaie courante.

L’essai a encouragé les écrivains catholiques à faire quelque chose de profond - pour permettre à la pensée et à l’expérience religieuses de réintégrer la littérature - et à le faire par eux-mêmes. Les catholiques qui écrivent ou s’intéressent à la littérature devraient prendre la responsabilité de cultiver une meilleure culture littéraire, très probablement plus près de la périphérie des choses, du moins au début. Si la littérature américaine est devenue superficielle, au moins il serait possible de trouver la profondeur et la substance quelque part.

Pourtant, le monde littéraire a changé depuis. Un régime impitoyable et totalement insipide de « politique identitaire » et de « justice sociale » a pris le dessus, comme il l’a fait dans de nombreuses autres institutions culturelles et éducatives. Les normes esthétiques et le goût littéraire sont tournés en dérision comme de simples outils des puissants ; tout ce qui compte maintenant, c’est la couleur de la peau d’un auteur. Les feux de joie de la rage « intersectionnelle », dans nos revues et journaux littéraires, pourraient bien vous donner envie de l’ancien esthétisme séculier qu’il a effacé.

Il a cependant laissé une place aux écrivains et aux artistes pour faire quelque chose à la fois de très ancien et de très nouveau : construire une littérature authentique, ancrée dans l’expérience humaine, mais s’élevant à ce qui la transcende magnifiquement. Une culture longtemps en déclin s’est aujourd’hui effondrée et, pour mélanger les métaphores, a commencé à s’auto-dévorer. Pour nous, cela clarifie que, comme toujours, notre choix est entre le Christ et rien.

La nouvelle écriture catholique fournit quelque chose que tout le monde désire déjà, qu’il le comprenne explicitement ou non. Nous allons à la littérature pour une vérité plus profonde que les faits. Il est maintenant clair que le courant dominant de la culture américaine ne croit même pas aux faits. La nouvelle écriture catholique croit qu’elle a quelque chose à nous apprendre sur la méchanceté et la bonté humaines.

Personne ne trouverait valable la contemplation de l’art et de la littérature si la beauté n’était pas réelle. La nouvelle écriture catholique part du principe que la splendeur de la vérité - la beauté - peut se révéler à nous en image, en histoire et sous forme esthétique.

La longue popularité de la littérature enracinée dans « l’expérience ethnique » et la politique identitaire reposait sur la croyance conventionnelle que l’Amérique devenait progressivement une monoculture par le biais du melting pot ; les récits d’expériences d’immigrants ou de sous-cultures étaient des rappels sentimentaux des peuples curieux dont nous étions issus. Maintenant, nous voyons le long ferment d’une telle pensée se dégager dans une vision radicalisée et matérialiste du monde qui pense que tout est politique et que toute politique concerne l’identité raciale ou la sexualité.

La nouvelle écriture catholique reconnaît des traditions particulières, et la Tradition elle-même, non pas comme un souffle mélancolique de nostalgie ni comme une cause politique bouillonnante, mais comme un trésor pour l’artiste et une source de sagesse pour nous maintenant et toujours. C’est un chemin vers la vérité.

En bref, il y a seulement quelques années, la tâche des catholiques dans la culture contemporaine était de démontrer - au milieu des scandales et des mauvaises nouvelles au sein de l’Église - que, par rapport à la réalisation modeste et aux horizons bas de la culture laïque contemporaine, nous pouvions au moins offrir quelque chose de mieux. À cette heure, il serait plus juste de dire que les écrivains et les artistes catholiques offrent quelque chose de réel, quelque chose de bien, quelque chose de beau, tandis que notre Rome moderne et laïque n’offre rien du tout, à l’exception de la vitupération sauvage et de l’air chaud.

Un exemple de cela est le volume d’essais publiés par Gioia cette année, The Catholic Writer Today and Other Essays, que les lecteurs loin du catholicisme ont apprécié, précisément parce qu’il exprime une véritable joie dans les belles choses que les écrivains et les artistes ont faites.

Nous en voyons un autre exemple dans le poème épique de Michael O’Siadhail, Five Quintets. Là, le poète irlandais nous emmène dans un voyage dantesque à travers l’ère moderne, depuis ses débuts passionnants, ses mornes chutes dans la laïcité, une anthropologie et une métaphysique diminuées, et, dans notre nouveau moment présent, dont les grandes luttes rendent au moins possible d’envisager une renaissance de la vraie foi et de la vraie raison.

Permettez-moi également de mentionner le travail que Colosseum Books a commencé à publier, à commencer par le grand poète Samuel Hazo When Not Yet Is Now, un livre dont la voix familière et le sens de l’humour ironique invitent un public qui, autrement, ignore la poésie contemporaine. Et permettez-moi de terminer en mentionnant ceux qui ont participé à notre premier Colosseum Summer Institute, des écrivains de 18 à près de 80 ans, venus avec un vif intérêt pour la pratique de la forme poétique et une intelligence vivante pour l’Incarnation. Leur travail a déjà commencé à apparaître dans des magazines et des anthologies (en voici un, par Clinton Collister) et bien d’autres sont en cours.

J’invite les personnes intéressées à se joindre à nous pour le deuxième Colosseum Summer Institute annuel, qui se tiendra à l’université Villanova, du 24 au 27 juin 2020, au cours duquel Michael O’Siadhail fera la lecture d’ouverture. Cette année, nous avons établi un partenariat avec l’éditeur de Wiseblood Books, Joshua Hren, pour accueillir les participants à la fois dans la poésie et la fiction en prose.

— 

À propos de l’auteur

James Matthew Wilson a publié huit livres, dont, dernièrement, The Hanging God (Angelico) et The Vision of the Soul : Truth, Goodness, and Beauty in the Western Tradition (CUA). Professeur agrégé de religion et de littérature au Département des sciences humaines et des traditions augustines de l’Université Villanova, il est également rédacteur en chef de poèmes pour le magazine Modern Age et rédacteur en chef de séries pour Colosseum Books, de l’Université franciscaine de Steubenville Press.


Voir en ligne : Source

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.