Une droite en recomposition

par Gérard Leclerc

vendredi 26 janvier 2018

L’étonnante victoire d’Emmanuel Macron doit-elle être interprétée à l’aune d’un progressisme revivifié, ou comme le veut le politologue Philippe Raynaud [1], d’un centrisme enfin assumé au sein de la Ve République ? Ce n’est qu’à l’épreuve du temps que pourra se confirmer la volonté de dessiner une voie originale, qui concilie «  en même temps  » des inclinations contrastées. Ce qui est sûr, c’est que la droite et la gauche, qui ont assumé alternativement le pouvoir depuis 1958, se trouvent l’une et l’autre «  à la ramasse  » et dans la nécessité d’une refondation. Du côté socialiste, cette refondation est d’autant plus problématique qu’aucun leader n’apparaît encore sur la scène publique, capable de fédérer les énergies et d’apporter une impulsion idéologique pour marquer un espace de gauche entre le réformisme macronien et le gauchisme mélenchoniste. La droite a trouvé, elle, en la personne de Laurent Wauquiez un authentique chef de file, en dépit de l’opposition directe des principales figures de l’ancienne UMP juppéiste. Mais la volonté farouche de se revendiquer d’une droite décomplexée n’est pas indemne d’ambiguïtés intellectuelles et de difficultés stratégiques.

Le principal reproche adressé au nouveau président des Républicains consiste dans la proximité de sa thématique avec celle du Front national. Son insistance sur l’angoisse identitaire, ses réserves prononcées sur le fonctionnement des institutions européennes, et plus encore son inflexibilité sur les flux migratoires le placeraient sur le même terrain que Marine Le Pen, dans une sorte de rivalité directe. L’objection est d’autant plus recevable que la dirigeante du Front national est elle-même dans un processus de refondation de son parti, pour parachever sa rupture avec l’extrémisme provocateur de son père et passer d’une posture contestataire à une position d’accession aux responsabilités. L’échec cuisant du face-à-face avec Emmanuel Macron entre les deux tours de la présidentielle a imposé la nécessité d’une métamorphose décisive, qui place le Front national dans une situation stratégique où il ne peut que disputer le leadership de la droite aux Républicains. Sauf à envisager une alliance avec eux, qui apparaît d’autant plus improbable que Laurent Wauquiez y perdrait toute chance d’affirmer son orthodoxie farouche.

Le fait de ne pas être aux affaires du pays laisse plus de possibilité de redéfinition intellectuelle, le pouvoir obligeant le plus souvent à privilégier le pragmatisme face aux problèmes concrets à résoudre dans l’urgence. La droite est-elle disposée à se remettre en cause, en participant notamment à la réflexion de tout un secteur en effervescence, où s’affirment singulièrement les jeunes talents ?

La Manif pour tous, de ce point de vue, a constitué un choc moral qui a désinhibé une pensée, jusqu’ici interdite d’expression publique du fait d’une hégémonie de gauche, singulièrement de ce que Jean-Pierre Le Goff appelle «  le gauchisme culturel  », tel qu’il s’est façonné depuis 1968. Cette effervescence se manifeste de diverses manières, dans des cercles de pensée, dans des publications périodiques, dans des ouvrages qui révèlent des personnalités. C’est à un point tel qu’on a pu dire que le mouvement des idées en France, défini par Albert Thibaudet (comme «  sinistrogyre  », c’est-à-dire inéluctablement tiré vers la gauche) s’était inversé pour devenir «  dextrogyre  ».

Quoi qu’il en soit, une des manifestations de cette tendance dextrogyre, s’est traduite dans la publication d’un Dictionnaire du conservatisme [2], qui a le mérite d’approfondir une pensée de droite, au-delà des clichés et des stigmatisations. Le principal avantage d’une telle entreprise est de montrer, en effet, la complexité d’une histoire qui ne se ramène pas aux réflexes primaires que l’on reproche aux adversaires prétendus du progrès. Y a-t-il un raccord possible entre cette réflexion dévolue aux spécialistes proches des cercles universitaires ou familiers de certains cénacles avec le monde de la politique pratique ? Oui, sans doute, mais il n’est pas totalement avéré. Dans la vaste recomposition actuelle, il reste une hypothèse qui pourrait prendre corps.


[1Philippe Raynaud, Une révolution bien tempérée, DDB, 200 pages, 16,90 €.

[2Dictionnaire du conservatisme, sous la direction de Christophe Boutin, Frédéric Rouvillois, Olivier Dard, Cerf, 1 072 pages, 30 €.

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.