Thierry de Roucy renvoyé de l’état clérical

mercredi 27 juin 2018

Le fondateur de Points Cœur, association internationale qui envoie, depuis 1990, des jeunes volontaires en mission à l’étranger, a été renvoyé de l’état clérical le 22 juin, a appris La Croix. Cette décision exceptionnelle du Vatican intervient au terme de plusieurs années de procédures et de relations complexes entre l’ancien prêtre, âgé aujourd’hui de 61 ans, sa communauté, son évêque et Rome. En 2011, Thierry de Roucy avait été déclaré coupable d’abus de pouvoir ecclésiastique, d’abus sexuel sur son adjoint, et d’absolution du complice.

Journal La Croix, 27 juin 2018, p. 19, et en ligne :

https://www.la-croix.com/Journal/essentiels-Religion-2018-06-27-1100950440?utm_source=Newsletter&utm_medium=e-mail&utm_content=20180627&utm_campaign=newsletter__crx_subscriber&utm_term=1104146&PMID=f9cc1a468969bdbd94fb99a3584e3753

http://www.liberation.fr/france/2017/03/16/thierry-de-roucy-le-pretre-intenable-que-l-eglise-menace-d-excommunier_1555922

https://www.famillechretienne.fr/eglise/vie-de-l-eglise/le-pere-thierry-de-roucy-renvoye-de-l-etat-clerical-239420

https://fr.wikipedia.org/wiki/Thierry_de_Roucy

On peut lire sur la page Facebook de La Parole libérée (l’association qui a révélé l’affaire Preynat) ce qui a été reproché à Thierry de Roucy :

« Il me disait : “Si tu veux rester mon adjoint, il faut qu’on prenne notre douche ensemble”, il se servait de son autorité pour me faire accepter les attouchements », se souvient Nicolas*, aujourd’hui âgé de 45 ans. [...] « Ce qui était difficile dans cette procédure, c’est qu’il n’y avait que quatre témoignages en ma faveur »

https://www.facebook.com/laparoleliberee.lpl/posts/1417596051881159/

* Le prénom a été changé pour respecter son anonymat. Si on se réfère à l’âge actuel de T. de Roucy (61 ans) - et à l’âge actuel de son accusateur (45 ans) tels qu’ils nous sont donnés dans les articles de presse, et puisque ce dernier a porté ses accusations auprès de Mgr James, évêque de Beauvais en 2004, en lui décrivant « les abus qu’il a subis dans les années 1994-95. », il y a donc entre 25 et 26 ans, on en déduit que la victime aurait eu au moment des faits dans les 21-22 ans et l’accusé 36 ans.

— -

Thierry de Roucy a été condamné à verser 80 000 euros d’indemnités à son accusateur, en appel, par l’officialité de Montpellier.

La Congrégation des serviteurs de Jésus et de Marie, fondée par Thierry de Roucy, a été condamnée à verser 15 000 euros au même.

— -

Thierry de Roucy a rappelé dans une réaction non publiée qu’il a toujours récusé les accusations portées contre lui et estime que même s’il était réellement coupable « — ce qui n’est pas le cas — [elles] ne sont pas, à ma connaissance, des raisons suffisantes pour réduire un prêtre à l’état laïc ».

— -

Ailleurs, il écrivait

« Je n’ai jamais été condamné, ni même mis en examen, par la justice civile de mon pays pour le soi-disant délit dont on m’a accusé. Cette affaire, déclenchée par une unique dénonciation, a seulement fait l’objet d’une procédure de la justice ecclésiale, entièrement à charge. Cette procédure s’est surtout appliquée à tenter d’assécher, notamment sur le plan financier, une organisation en plein développement. »

http://compassion-et-verite.org/2016/03/24/droit-de-reponse-du-pere-thierry/


Les évêques ne condamnent pas l’œuvre ’Points-Cœur’, mais mettent en garde

https://fr.zenit.org/articles/france-les-eveques-encouragent-les-jeunes-au-service-des-plus-pauvres-dans-le-cadre-des-points-coeur/

https://www.cath.ch/newsf/les-eveques-ne-condamnent-pas-loeuvre-points-coeur-mais-mettent-en-garde/

https://eglise.catholique.fr/espace-presse/communiques-de-presse/457617-oeuvre-points-coeur/

https://www.vaticannews.va/fr/eglise/news/2018-07/points-coeur-communique-eveques-de-france.html


On attendra que les pièces du jugement soient un jour rendues publiques pour se faire une idée de la manière dont les juges ecclésiaux se sont fait leur certitude en particulier sur « l’absolution de complice »

Frédéric Aimard

Messages

  • Pour information , voici les mots de l avocat - docteur en droit civil et droit canon, avocat à la Rote et à la cour de cassation italienne, américain et italien- qui a défendu (le père) Th de Roucy « Je ne pense pas qu il y ait des raisons suffisantes pour que vous soyez réduit à l’etat laïc mais si vous l étiez ce serait une parodie monumentale de la justice... » C est toujours bon à savoir .

  • Ayant eu à connaître cette situation, je considère comme très partiales les appréciations de cet avocat. La révocation de l’état clérical est une décision prise "pour des raisons très graves" (Canon 290). Parmi ces raisons, la constitution psychique de Thierry de Roucy qui le pousse à des délires construits et lui permet d’organiser autour de lui un entourage à sa dévotion, a été essentielle. Ont joué aussi son amour de l’argent ; la faiblesse de sa doctrine malgré la citation de grands noms et la publication de quelques ouvrages ; son refus constant de rendre des comptes à qui que ce soit ; sa propension à se présenter comme une victime, etc. Comme toutes les personnes de ce style, il a réussi à faire illusion jusqu’au jour où la réalité s’est imposée. Face à ses victimes, de Roucy s’est révélé chicanier et procédurier à l’extrême. Cela aussi a joué en sa défaveur malgré le lobbying qu’il a constamment entretenu, notamment à Rome, avec l’aide de ses adeptes. De Roucy a su séduire les grands noms de France, se faire donner beaucoup d’argent par eux et engager leurs enfants dans un faux idéal pour lequel beaucoup sont restés sur le carreau. Sous le couvert de la compassion, dont il a un sens déviant, il a insufflé à ses fondations un système de contrôle qui lui a permis d’arriver jusqu’à l’ONU. L’heure des comptes sonne aujourd’hui. Sa pathologie lui permettra-t-elle de retrouver le chemin de l’humilité et de sortir du déni ? Ce qui est terrible, c’est qu’il a failli détruire la congrégation dont il était supérieur général et qu’il a entraîné une belle jeunesse, dont il a trompé l’idéalisme, dans une impasse. Cette catastrophe, aujourd’hui bien documentée, est riche d’enseignements pour l’avenir des communautés dans l’Eglise. Thierry de Roucy sera pour la postérité un cas d’école de ce qu’il ne faut pas faire. Il est regrettable que la protection de certains cardinaux, éblouis par les citations de Hans-Urs Von Balthasar et d’Adrienne Von Speyr, ainsi que par celles de Luigi Giussani, lui aient permis d’échapper à toute régulation ecclésiale et, quand elle existait, de la neutraliser. Enfin, il faut rendre hommage aux victimes qui ont eu le courage inouï de le dénoncer. Elles ne regrettent pas d’avoir persévéré malgré les calomnies qu’elles on dû supporter ; leur patience leur a permis de voir, après 13 ans de procédure, la dénonciation de celui qui désirait prendre la place du Père céleste dans leur vie. On pourra raconter ce qu’on voudra, surtout si on ne connaît pas l’affaire, mais l’Eglise, à travers cette décision, se révèle d’une grande sagesse.

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication