Jean-Frédéric Poisson

Tant pis pour les candidats sourds et muets : est venu celui qui ne parle pas pour ne rien dire

par Dominique Daguet

mercredi 19 octobre 2016

La Manif pour tous, qui a permis à quelque deux cent mille marcheurs de témoigner de leurs convictions, n’a apparemment pas été prise au sérieux par les candidats officiels, qui pourtant s’emploieront bientôt à réclamer nos voix... Ils peuvent s’asseoir sur leurs bonnets, nous avons découvert, il y a peu, un homme politique sérieux, intelligent, cultivé, droit, non « dans ses bottes », mais bien en son esprit comme en ses « vues » ; il ne refuse pas, Jean-Frédéric Poisson, que ses réflexions et convictions soient aussi les nôtres.

Pour donc ce qui est désormais de mon choix - je ne parle bien entendu qu’en mon nom, tout en espérant n’être pas seul - je me découvre sans hésitation aucune, contrairement à ce que j’imaginais avant la réunion des Sept : nous savons d’avance ce que prononceront les avisés et les connaisseurs, assurés que son éventuelle élection sera « probablement (ou peut-être ?) » impossible, et nous aurons « probablement (ou peut-être ?) » à la tête de l’État le Revenant aux propos des plus habiles dont les Bordelais pourtant ont tout bonnement refusé qu’il continue de mettre leur ville en faillite. Les Français devraient y réfléchir car s’ils le portent à la direction de la France, nous serons perdus pour dix ans : en effet la gauche après lui aura des chances d’être victorieuse, surtout s’il barbouille Paris de bouillie bordelaise.
Cependant, le principal de ce que doit faire un Président de la République ne se juge pas à la seule gestion de l’Économie comme cela semble la règle chez les Six premier nommés : un peuple ne se dirige point en variant adroitement les lois et les principes de l’intendance [1], comme le laissait entendre le général de Gaulle. Une ville peut à la rigueur s’en satisfaire, une nation vieille de seize siècles mérite plus de soins et de grandeur comme de reconnaissance.

Jean-Frédéric Poisson est un OVNI d’un genre nouveau : il n’a aucunement besoin de nous tenir des discours de la taille de la Tour Effel : son assurance tient tout entière en la visibilité de ses convictions ; en l’intransigeance de ses certitudes forgées au métal de sa culture et de sa foi : il sait qu’il faut en premier lieu et pour toujours affirmer l’ensemble des principes d’un véritable crédo politique adapté à ce qu’est la France. Et ce crédo a pour préambule, nécessairement, l’affirmation solennelle de ce que notre patrie se trouve être encore aujourd’hui pour chacun des citoyens conscients de vivre à son niveau : celui qui se refuserait à cette reconnaissance ontologique n’aurait plus, naturellement, qu’à prendre se cacher en un quelconque bistrot. Reste ensuite à préciser qu’il est impensable d’imposer à cette nation et à son peuple les dérives outrageantes que, depuis trente ans, des trublions à l’esprit « champignonesque » ne cessent d’affecter croire être justes et bonnes.
Ce nouveau venu, catapulté dirait-on par la Providence, n’a eu besoin que de quelques heures pour être ainsi « reconnu » en celui qu’il est, alors que désormais ses six adversaires paraissent n’avoir soudain revêtu que des vêtements de nains. Les voici tels que nous pouvons les surprendre, sans projet politique réel, d’une ampleur et d’une profondeur satisfaisante, sans valide connaissance de la patrie dont pourtant ils prétendent être fils. Ils n’ont eu, par exemple, aucun mot pour traiter en leur vérité les mesures insanes adoptées par nos actuels gouvernants.

C’est assez dire que les citoyens avisés me semblent devoir prendre les « Bottes de géant » chères à Charles Perrault afin de bien user du peu de temps offert à Jean-Frédéric Poisson.


Le samedi 12 novembre prochain (ouverture des portes 9h30),
grand meeting national avec Jean-Frédéric Poisson au Palais des Congrès d’Issy-les-Moulineaux (92) ! Inscrivez-vous :

http://jfpoisson2016.fr/inscription-meeting-national-12-novembre-paris/


[1Je ne nie pas le bon travail fait par Fillon, mais ses propos sur la France et ce qu’elle est ne parviennent pas à atteindre toute l’élévation désirée. On pourrait l’imaginer plus sérieusement en Premier ministre…

Messages

  • Le problème est qu’il ne s’agit que des primaires. Et si par malheur il était battu il serait réduit à "négocier" les voix de ses partisans avec le vainqueur des primaires.
    Sans pouvoir soutenir au premier tour le candidat qui lui est le plus proche, Didier TAUZIN, https://rebatirlafrance.fr/.

    • Je ne pense pas que M. Poisson puisse négocier quoi que ce soit si ce n’est une promesse des 2 candidats de la "finale" aux primaires d’adopter ses vues... ce qui "honnêtement" parait peu probable !
      Ce serait alors l’abstention au 2ème tour de la primaire ?.....quid aussi de l’élection présidentielle de 2017 ?

    • Oui, mais "Monsieur"TAUZIN ne répond pas aux questions que les Français lui posent sur internet, il leur demande de lire ses livres dans lesquels les réponses se trouvent !.... Il n’y a pas de petits bénéfices....politique de "pingre"....

  • Bien que trouvant les propos du candidat J.F.POISSON en général assez convaincants, je pense qu’il n’a que peu de soutiens poltiques et qu’il est adossé à un petit parti et qu’il ne faut pas nous confiner dans un " parti des purs", alors que les partis sont aussi nécessaires que les syndicats et qu’il n’y a pas - sauf miracle- d’homme providentiel.
    Enfin, le vote dit de conviction pourrait ressembler à un vote pour le choix du pire ; aussi je ne suis pas convaincu par la conclusion de l’article.

    • Le seul vote utile est celui des convictions. Il me semble que nous essayons toujours de sauter par dessus le choix du bon sens pour prévoir plus loin. Ainsi, nous ratons le moment présent et l’avenir aussi puisque les choix que nous posons aujourd’hui fondent notre avenir. Si tous ceux qui déclarent ne pas pouvoir voter pour tel candidat qui a des convictions au motif qu’il est trop petit, arrêtent de se faire des nœuds au cerveau et votent selon leur conscience, nous sortiront peut-être de cette boucle infernale !

  • En dépit des nausées que me procurent habituellement les pantalonnades électorales télévisées, j’ai suivi le débat des "primaires" de la droite.

    Il est vrai que le candidat Poisson n’a pas démérité et gagne à être connu. Les médiacrates, toujours empêtrés dans leurs préventions microcosmiques, en ont été tout surpris.

    Une chose est sûre, malgré quelques frétillements inattendus d’une opinion qui a découvert avec un certain intérêt l’existence de Jean-Frédéric Poisson à l’occasion de ce débat, celui-ci n’a strictement aucune chance d’être LE candidat désigné par les “primaires”.

    Quand bien même le serait-il - citrouille devenue carrosse -, hypothèse intenable, difficile pour lui de mettre cul par dessus tête l’ensemble du programme LR.

    Et c’est bien là que le bât blesse. Un Dupont-Aignan a fait en son temps le choix de quitter l’UMP où un confortable avenir l’attendait pour défendre en toute liberté ses idées et se dégager des magouilles et pressions diverses d’un appareil décidément trop en rupture avec ses propres convictions.

    J.-F. Poisson a fait, lui, le choix de poursuivre ses idées en restant au sein du parti Les Républicains. Confort et moyens d’un grand parti, certes (ne serait-ce que ce débat télévisé à une heure de grande écoute et fortement médiatisé), lui sont assurés, mais quid de sa liberté de manœuvre et de son indépendance à l’égard de ce parti ?

    Avec QUI gouvernerait-il ?... Les mêmes clowns que le précédent quinquennat ?...

    Alors, que faire ?

    Je serai malheureusement en déplacement d’affaire, sinon, ne serait-ce que pour satisfaire mon côté facétieux et frondeur, je serais volontiers allé scrutiner pour le candidat Poisson aux primaire de la droite !

    Avant peut-être d’aller faire de même aux primaires de la gauche... Tout comme beaucoup d’autres “nomades”.

    Mais tout ceci n’est pas très sérieux, ce ne sont que manœuvres de partis, poudre aux yeux et substitut frelaté de démocratie. Rien qui influe véritablement sur le destin du pays : les jeux sont faits et truqués par les joueurs du bonneteau politicien.

    Il reste que la véritable échéance aura lieu le jour du premier tour. C’est là que les choses se joueront. Et c’est là, pour le coup, que les citoyens devraient se mobiliser, en masse, car le pouvoir électoral est encore là (pour combien de temps ?)...

    En théorie, il serait possible de renverser la dictature des grandes formations, celles qui se partagent le pouvoir et le confisquent sans scrupule depuis des lustres.
    En pratique, encore faudrait-il que les citoyens exercent leurs facultés de jugement et de discernement et s’astreignent à exercer... leur droit de vote !

    Pour J.-F. Poisson, c’est déjà plié : les caciques UMP-LR ne le laisseront pas passer : un Juppé et un Sarkozy ne se laisseront jamais rafler la mise par un petit joueur de dernière minute. Quant à se présenter soudainement en candidat libre, autant espérer atteindre la Lune en parapente.

    Il reste des gens comme Dupont-Aignan, déjà cité, candidat honnête qui défend des convictions souverainistes et se réclame du gaullisme. Plutôt étiqueté à droite, il semble cependant doté d’une ouverture plus large que la classification étriquée opérée par les médias à son sujet.

    Labourant le terrain électoral depuis plus de dix ans, il fait désormais partie des candidats crédibles, capables de surcroît de former un gouvernement sans devoir puiser dans les sempiternels marigots vaseux de la droite et de la gauche institutionnelles.

    Je confesse avoir quelques sympathies personnelles - nul n’est parfait - pour Mélenchon, ce tribun cultivé dont le souverainisme est une réalité tout autant que sa perspicacité sur le plan de la politique internationale à mener par la France et pour la France. En revanche, il est entouré d’une bande d’ayatolahs, tous plus sectaires les uns que les autres (et que lui-même) et qui adhèrent sans retenue aux articles de la nouvelle morale. Sans compter un anti-cléricalisme primaire endémique ...
    Il n’y a donc vraiment rien à espérer de ce côté, bien que la parole de Mélenchon mérite, elle, d’être prise sérieusement en considération.

    Sûrement que J.-F. Poisson, le jour où il aura su divorcer d’avec la bande libéralo-atlantiste qui constitue le parti LR, pourrait faire un très honorable ministre au sein d’un gouvernement souverainiste.

    • JF Poisson n’appartient pas à LR : il est le président du Parti Chrétien Démocrate, parti indépendant, petit par sa taille, grand par ses convictions, le seul qui s’appuie sur la Doctrine Sociale de l’Eglise, sur l’Histoire et le réalisme pour proposer de nouvelles orientations politiques.
      Si l’hypothèse que JF Poisson remporte la primaire de la droite et du centre est peu probable - sait-on jamais ? -, il n’en reste pas moins que la force qu’il tirera de ces primaires lui permettra de faire prendre en compte par le candidat issu de ce scrutin un certain nombre de propositions essentielles pour tous ceux qu’il représente.
      On peut discuter à l’envi sur le bien-fondé de cette primaire mais il se trouve qu’elle existe. Alors tâchons d’en profiter pour voter vraiment pour nos convictions, c’est le moment ou jamais et, selon un slogan bien connu : "c’est facile, c’est pas cher et ça peut rapporter gros !"
      Cela fait partie du modeste combat des obscurs et sans-grades que nous sommes. Et comme disait Jeanne d’Arc : "les hommes d’armes combattront et Dieu donnera la victoire". Mais s’ils ne combattent pas, il y a de fortes chances que Dieu respecte leur liberté (lâcheté ?)...

    • Stricto sensu, le (tout petit) parti de J.-F. Poisson, le PCD, n’est en effet pas LR.
      Cependant le PCD, et ses dirigeants successifs, a prêté allégeance au PR dont il n’est qu’une des modestes constituantes.

      Tout le reste n’est que du vent électoral autour de manœuvres d’appareils.

      On l’a bien vu avec Boutin dont les oscillations la ramenaient toujours sur la ligne magnétique de l’UMP. En rien elle n’a pu influer sur les orientations sarkoziennes (j’ose espérer que ce n’est pas grâce à ses conseils que Sarkozy s’était adjoint J.M. Bigard pour rencontrer le pape au Vatican !...).

      Poisson a encore moins d’emprise. De fait, il est dans la ligne LR et ne peut en sortir, sauf à vouloir prendre définitivement son indépendance. Alors, adieu les primaires de la droite, les groupes parlementaires et autres avantages associés...

  • J F Poisson vient de présenter ses excuses pour ses propos concernant H Clinton sur France Info car il a été sommé de le faire par le Parti Républicain sous peine d’exclusion des primaires !! A une époque de supercherie universelle, dire la vérité est une action révolutionnaire (G Orwell). J F Poisson pourra-t-il agir dans un parti qui ne respecte pas la liberté de dire la vérité ? et en quoi le comportement de quelques Israéliens concerne-t-il leurs compatriotes ? les primaires arrivent trop tôt

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.