Six ans après la renonciation de Benoît XVI, l’actualité d’un magistère

mercredi 13 février 2019

Le 11 février 2013 survenait une annonce sans précédent : un Souverain Pontife renonçait à sa charge pour raison d’âge, choisissant de continuer de vivre non loin de son successeur en tant que Pape « émérite ». Mais ne retenir de lui que cet événement est une erreur à éviter.

Six années ont passé depuis ce coup de tonnerre dans un ciel serein. La première renonciation d’un Pape pour raisons de santé et de vieillesse. Le 11 février 2013, Benoît XVI, alors presque arrivé au terme de la huitième année de son pontificat, annonçait sa volonté de quitter le ministère pétrinien à la fin du mois, parce qu’il ne se sentait plus en mesure de porter – physiquement et spirituellement – le poids du pontificat. Le poids d’un ministère qui, au cours du dernier siècle, a profondément changé en ce qui concerne les modalités de son exercice, avec l’ajout de célébrations, d’engagements, de rendez-vous et de voyages internationaux.

Beaucoup a été dit et écrit à propos de cet événement qui marquera l’histoire de l’Église. Et l’on peut courir le risque de concentrer toute son attention uniquement sur ce geste humble et révolutionnaire, jusqu’à finir par faire passer au second plan le témoignage personnel et surtout le magistère de Benoît XVI.

https://www.vaticannews.va/fr/vatican/news/2019-02/editorial-andrea-tornielli-six-ans-renonciation-benoit-xvi.html

Messages

  • Cet article d’ Andrea Tornielli du 11 février 2019 à 09 : 33 arrive à point nommé, d’une part comme rappel de la courageuse renonciation de Benoit XVI et, d’autre part et surtout, à la veille de la réunion du pape François et des évêques sur le très douloureux sujet des abus sexuels exercés sur des enfants par des ministres de l’Eglise catholique.

    En effet, "...c’est justement Benoit XVI qui a entamé les rencontres avec les victimes des abus. Loin des caméras de télévision, des rencontres faites d’écoute, de prières et de pleurs... Le changement de mentalité demandé avant tout aux évêques et aux supérieurs religieux passe par cette capacité à rencontrer des victimes et leurs familles, en se laissant blesser par leurs récits dramatiques sans perdre conscience d’un phénomène qui ne pourra jamais être combattu uniquement par des normes, des codes ou des "best practices". Cet article aide à découvrir ou redécouvrir la dimension humaine et spirituelle de celui qui fut le "Panzercardinal" Josef Ratzinger, plus tard Benoit XVI, aujourd’hui pape émérite.

    Tornielli lance comme un rappel au bon souvenir de nos mémoires parfois défaillantes l’action initiée par Benoit XVI face à des actes criminels. Il ne reste qu’à prier pour la suite de la réunion qui vient de se terminer à Rome.

    Il est aussi à espérer que partout, dans toutes les institutions et à tous les niveaux de la société, des actions seront prises pour combattre efficacement le mal fait aux victimes innocentes que sont les enfants. Et pourrait-on évoquer, par exemple et entre autres, l’activité commerciale nommée comme naturellement et sans aucun état d’âme : "tourisme sexuel" ?...

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.