Retour aux sources

«  Raviver le désir de l’eucharistie 

propos recueillis par Émilie Pourbaix

vendredi 17 juin 2022

« Je m’avancerai jusqu’à l’autel de Dieu, jusqu’au Dieu qui réjouit ma jeunesse. »
Dessin d’une Sœur du monastère de la Consolation (Draguignan).

Les éditions Artège proposent un florilège des plus beaux textes de la Tradition, à commencer par l’Eucharistie. Sœur Marie de l’Enfant-Jésus, moniale ermite, a composé ce recueil, mine d’or pour la vie spirituelle.

En quoi est-il vraiment nécessaire de lire des textes sur l’Eucharistie, même quand on communie régulièrement ?

Sœur Marie de l’Enfant-Jésus : Le risque, justement, est de s’habituer à communier. Or, si la familiarité est bonne, l’habitude peut devenir une routine, qui est mauvaise. Nous avons donc besoin de ré-alimenter notre désir de l’Eucharistie, de nourrir notre ferveur, pour nous préparer à bien communier. «  Si tu savais le don de Dieu  », dit Jésus à la Samaritaine : l’Eucharistie est le don de Dieu par excellence !

C’est un sacrement qui est si grand et qui nous dépasse tellement qu’il est bon de se nourrir de ce que les saints en ont dit. L’Eucharistie doit être centrale dans notre vie : il est donc nécessaire de préparer son âme à recevoir un don si grand et pour y vivre une vraie rencontre… Communier peut avoir quelque chose d’aride : il n’y a rien à voir, rien à sentir, en dehors de l’apparence du pain. Il est donc important d’être guidé spirituellement, afin de dépasser le geste extérieur et de porter un regard de foi sur ce sacrement dans lequel Jésus se donne à moi avec toute sa gloire, toute sa richesse… Ces textes peuvent ainsi aider à plonger notre regard dans l’invisible.

Pourquoi accorder plus de place aux auteurs du passé qu’à ceux d’aujourd’hui ?

La Tradition de l’Église est comme le bon vin : il faut lui laisser le temps de décanter, de se former, pour savoir quelles sont les valeurs sûres. Dans un siècle ou deux, certains livres qui sortent aujourd’hui en feront eux aussi partie, car le temps offre le recul nécessaire qui permet de garder le meilleur. Voilà pourquoi les écrits anciens qui nous sont parvenus sont des trésors, qui contiennent tant de précieux enseignements pour notre époque. Car, si chaque siècle a ses caractéristiques, les différences sont secondaires : la vie spirituelle et l’âme sont éternelles et ne changent pas.

La Tradition n’est-elle pas parfois rébarbative pour l’homme contemporain ?
Au contraire, en étant ancrés dans les racines de la Tradition, nous pouvons mieux vivre dans notre époque. N’oublions pas que nous ne sommes pas nés de rien spirituellement : la génération actuelle n’a pas inventé le Credo. La compréhension de la foi grandit, mûrit : une génération enrichit la suivante. La vie de l’Église est tradition par essence. Malheureusement, beaucoup d’auteurs actuels n’ont pas toujours ce souci de l’ancrage dans la Tradition de l’Église, qui est pourtant une sève spirituelle. Ils écrivent des choses savantes, souvent justes, mais qui ne sont pas nourries par leurs prédécesseurs, avec risque de se révéler desséchant. Il y a donc un déficit de transmission. L’histoire fera le tri entre ce qui est enraciné et ce qui est plus superficiel…

Retrouvez l’intégralité de l’entretien dans le magazine.

— 

L’Eucharistie, textes rassemblés par Sœur Marie de l’Enfant-Jésus et le Père
Max Huot de Longchamp, éd. Artège, coll. « Trésors de la spiritualité chrétienne », février 2022, 232 pages, 14,90 €.

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.