Qui est Emmanuel Macron ?

par Dominique Daguet

vendredi 5 mai 2017

Qui se cache derrière cet inconnu ? De quel côté ce bravache révèle-t-il se tenir ? Que disent ses discours innombrables, plus bavardages stériles que programmes cohérents, quoiqu’il prétende à cette cohérence inaccessible, surtout quand il lève ses bras au-dessus de tous ses publics, prêt dirait-on à se mettre à chanter ?

Ce candidat obscur, projeté en les lumières des lampions, se proclame « d’ici mais aussi de là-bas », de « l’en-dessous comme du sur-dessus », de « l’éveil et du sommeil » : il tient plus de l’après que de l’avant quoiqu’il ne néglige point l’immédiat libérateur, lui qui semble se suffire de son seul personnage.
Son égocentrisme soutient étrangement l’appel de ceux qui le croient tout-puissant : alors qu’il n’hésite point à s’affirmer jusqu’à même pousser des hurlements caractériels à la fin de ses discours !

On ne peut nier qu’il ait souvent été caressé sur les marchés et les places publiques par des mains de vieilles dames qu’éblouit sa jeunesse. Il fait valoir en permanence son sourire et le blanc de ses dents chaque jour méticuleursement passées à quelque dentifrice des plus efficace, qui lui servent de meilleur argument.

Mais a-t-il à nous faire partager un sérieux programme, consistant, riche de nouveautés, fut-il copié sur celui de François Fillon ?

Ses scores lors des suffrages dédiés à la recomposition de la politique frôlent presque les 25%, censés lui obtenir sans problème la victoire : il est vrai qu’il pourrait passer aisément devant tous ses concurrents traînant les pieds en dessous de six ou sept pourcents défaillants… est-ce que cela nous assurerait d’un savoir-faire non encore éprouvé quoiqu’en attente depuis plus d’un mois ?

On dit qu’il recrute et recrutera parmi la majorité qui viendra inévitablement à son secours, actuellement partagée à droite comme à gauche : délicat de se fonder sur ce qui n’est pas encore vérifié… Surtout qu’il a promis de faire quinze milliards nouveaux d’économies tout en gardant les horaires de travail voulus par Hollande sans que soient diminués les emplois publics…

Etc.. J’espère que les électeurs des dimanches à venir ne se laisseront pas hypnotiser par ces effets de séduction : et qu’ils se tourneront vers des « politiques » sérieux, ayant déjà fait preuve de sang froid, de connaissances et d’une philosophie politique de haute tenue.

Messages

  • Pour demain, ça semble lourdement plié. Obnubilés par une trouille du FN orchestrée par la bienpensance médiatico-politicarde (Marine LP, elle-même, mélange grossier d’avocate pétaradante et de poissonnière à la criée, contribue à ces peurs irrationnelles et construites) le bon peuple des manants va en masse voter Macron croyant sauver leurs bas de laine troués aux mites. Le mythe Macron ravage les cervelles des électeurs avant de ravager bientôt leur économie, leurs économies, leur cadre et style de vie, leur emploi et leur souveraineté.

    On serait tenté de dire cyniquement : vae victis ! Ils croyaient échapper à un fascisme fantasmé, ils vont tomber dans les griffes de la dictature, autrement impitoyable, de la finance : pas de patrie, pas de pitié, le fric !

    C’est pour ça qu’ils n’ont pas de mal à appeler à voter Macron, les Fillon, les Juppé, les Sarkozy. Le dénominateur commun de tous, c’est le fric et l’assiette à soupe du pouvoir.
    Pourtant homme du sérail, Mélenchon est beaucoup plus cohérent et honnête en n’appelant pas à soutenir Macron, pur produit de la finance apatride et féal inconditionnel des intérêts atlantistes (et guerriers).

    Ce Macron qui, entouré de son gang, balaiera en moins de 5 ans les derniers reliefs de souveraineté nationale pour livrer ce qui reste du royaume des capétiens aux oligarchies impérialistes, aux marchands, à la finance (Washington, Wall street, U.E., Otan,...)

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication