Plus de 5 900 professionnels de Santé ont déjà signé la pétition des Professeurs Montagnier et Joyeux

vendredi 26 janvier 2018

Chers collègues, consœurs et confrères,

En une semaine, nous sommes déjà 5800 à avoir co-signé l’Appel à la Raison au Ministère de la Santé, concernant les onze vaccins obligatoires.

Un grand merci aux premiers signataires qui nous ont aidés à lancer le mouvement auprès des collègues.

Merci en particulier aux Dr Bernard Albouy, Dr Anne Anthonissen, Dr Bernard Astruc, Dr Xavier Aubrun, Dr Jacqueline BAHU, Dr Nathalie Barral, Dr Ann-Marie Bendahan, Dr Françoise Berthoud – Pédiatre, Dr Etienne Binet, Dr Anne Borde, Dr Anne BORIE, Dr Anick Bossy , Colette Braud Pharmacien, Docteur Pierre-Eugène de Braucourt, Dr Gérard Breton, Dr Carole Bloch, Alexia Boiron Infirmière puéricultrice, François Cabanis Ostéopathe, Marie-Martine Chabanne Pharmacienne, Dr Jacques Chevassu, Dr Christian Carrere, Dr Jean-Louis Chamblas, Dr Marie Dominique Chemin, Dr Gérard Coanon, Dr Alain Coiffard, Dr Christian Coulon, Dr Louis-Marie Coupé, Christine Cuisiniez Pharmacienne, Dr Philippe Dechazournes, Catherine Deglesne Pharmacienne, Dr André Devos, Dr Drogou Françoise, Dr Maurice Dubail, Dr Chantal Duley, Dr Carole Dupont, Dr Agnès Dupond, Dr Eric Dupré, Dr Caroline Duvert-Gouverneur, Dr Bénédicte Echard, Dr Guy Ferré, Dr Marie Caroline Fleury Munier , Dr Marie-Dominique Fouqueray, Pr Jean-Bernard Fourtillan Professeur de chimie thérapeutique, Dr Jean Garnier, Chantal Giannoni, directrice de crèche, Dr Alexandre Girard, Dr Jean-Jacques Grenouillet , Patrick Giusti., Dr Albert Hache, Dr Véronique Hajek-Maurer, Dr Claude HERMANN, Dr Françoise Hulin, Dr. Alina Ionescu, Dr Michèle Jeammet, Dr Michel Kasbarian, Dr Ines Kint, Dr Philippe Koch, Dr Danielle Kuhn , Dr Petra Kunze, Dr Dominique Larroque, Dr Christian Latriche, Dr Simone Le Brun, Dr Véronique Ledieu , Dr Jérôme Lesage, Dr Nicole Maguy, Dr Gérard Malhomme, Dr Jean-Claude Mamelle, Dr Martine Masseguin, Dr Christian Mauroy, Dr Edith Mebsi, Dr Mardiros Meguerditchian, Dr Martine Masseguin, Dr Bénédicte Mignot, Isabelle Minvielle Pharmacien, Alain Millot ostéopathe, Dr Dominique Mossino, Isabelle Morin Desleau, puéricultrice, directrice de crèche, Dr Christian Jautrou, Dr Lucie Nicolle, Dr Jean-Robert Nieddu, Florence Nguyen Pharmacien, Dr Sambologo Ouedraogo, Dr Michel Parini, Dr Jean Marie Pellegrin, Dr Delphine Perche, Dr Nicole Perrot, Dr Marie-Antoinette Piens, Dr Rodolphe Picquet, Dr Jean-Pierre Poinsignon, Dr Jean-Michel Pon, Dr Françoise Pons, Dr Dominique Prost, Dr Denis Pugeaut, Dr Annabelle Rimalou , Dr Christelle Rolland Chirurgie dentaire, Dr Pierre Rouzaud, Dr Louis Ruhlmann , Dr Jean-Didier de Saint Florent, Dr Patrick Salvia, Dr Marie Schmutz, Dr Hugues Schwieg, Docteur Jean SENTUCQ-RIGAL, Pierre Sindezingue Pharmacien, Dr Hervé Staub, Dr Patrick Stora , Dr Laurent Subiger, Dr Jacques Suisse, Dr Jean Louis Uchan, Frédéric Vallée Pharmacien, Dr Ludovic Valsesia, Dr Jean-Paul Toueille, Docteur Annie Trosler-Vergnet, Dr Luc Vangermeersch, Dr Pauline de Vaux, Dr Noëlle Vescovali, Sébastien Viac Ostéopathe, Dr Alain Vitiello, Dr Fançois Volff, Dr Agnes Wagner, Dr Yves Waille, Dr Philippe Watine, Dr Jean Paul Zemb Pédiatre, qui ont accepté de figurer à nos côtés en tant que premiers signataires de l’appel.

Silence absolu des Autorités et des médias

Toutefois à ce jour, nous n’avons encore aucune réaction des Autorités de Santé, ni même de la presse. Cette dernière maintient un silence étrange et absolu sur cette initiative d’ampleur inhabituelle et de conséquences immenses.

C’est pourquoi je compte sur vous pour relayer notre Appel.

Voici le lien à faire circuler, qui contient toutes les informations nécessaires pour signer en connaissance de cause :

https://www.11vaccinsobligatoires.com/appel-montagnier-joyeux/script/

Si vous n’êtes pas professionnel de Santé, merci de le faire connaître autour de vous par tous ceux qui vous soignent.

Rétablir la vérité et la confiance sur les vaccins.

Nous ne sommes pas contre les vaccins contrairement à ce que vous font croire la plupart des médias.

Nous sommes parfaitement lucides quant aux enjeux de santé. Nous connaissons bien le système immunitaire du nouveau-né en bonne santé et le temps qui est nécessaire pour qu’il devienne mature.

Notre Appel est d’une grande importance pour la Santé des plus jeunes enfants.

Lisez et faites le largement connaître autour de vous.

Faites confiance à ceux qui vous soignent au plus près de chez vous.

Pr Luc Montagnier

Prix Nobel de Médecine pour la découverte du Virus de l’Immunodéficience Humaine Pr Henri Joyeux

Pr Henri Joyeux

Prix International de Cancérologie pour ses travaux en Nutrition

Messages

  • "France Catholique" s’honorerait de ne pas faire de la publicité à ce genre de choses !

  • Bravo pour votre action et bon courage.
    mjt

  • Je ne suis pas médecin, mais je m’intéresse à la médecine. La quantité" de vaccins m’inquiète, surtout sur des nourrissons ou enfants en bas âge. Je pense que certains ne sont pas nécessaires, comme la rubéole ou les oreillons par exemple qui, soignés à temps, ne présentent aucun danger.
    Bien sincèrement
    Solange Fabry

  • Eh bien, pour ma part, je considère que France Catholique est en plein dans son travail - même son devoir - de journaliste ! Face au mutime étonnant de la presse, dans son quasi ensemble, sur ce sujet.

    En réalité, pas si étonnant que cela lorsqu’on a constaté à quel point les médias sont englués dans le conformisme "bien-pensant", la langue de bois et la pensée unique.

    Cette affaire de vaccination contrainte, et à doses massives à la limite de l’absurdité, concerne de très près la question de bio-éthique. Si FC ne s’intéresse pas au débat, qui restera-t-il pour informer ? Les représentants de l’industrie pharmaceutique ?...

    D’un point de vue politique la question mérite également d’être abordée. La France est, officiellement, du moins, une démocratie. Tout ce qui concerne la santé publique doit faire l’objet de débat démocratique, en particulier lorsqu’il y a controverse. Même si la colonisation de l’Assemblée nationale par une cohorte de godillots béatement dévoués à la Macronie et à l’ultra-libéralisme fausse largement le débat...

  • Certes on peut être étonné de cette parution dans France Catholique, mais comment faire autrement puisque tout est ficelé et qu’on ne peut manifester aucune opposition à cet abus de pouvoir qui impose qu’on inocule onze vaccins à un bébé ? Les puissances d’argent des laboratoires sont derrière tout cela. Qui a le droit de le dire dans la presse aux ordres du pouvoir ?
    Lorsque ceux qui auront reçu ces vaccins seront victimes de maladies "orphelines" ou peut-être encore inconnues aujourd’hui, il sera trop tard pour dire "Si on avait su" !
    N.Aumonier

  • Comme on le constate, les articles publiés dans France Catholique ne sont pas limités à seulement quelques "genres de choses", mais couvrent des événements, cas, situations etc. très divers (sauf, on l’aura remarqué, la pornographie...). Tenir les lecteurs informés de tel ou tel sujet n’est pas forcément en faire "la publicité", et soumettre à la connaissance du lecteur un document traitant d’un thème d’actualité et d’importance ne peut qu’être apprécié.

    Un ami de la famille s’est littéralement battu pour ne pas céder à la volonté du vétérinaire d’inoculer automatiquement et de force à ses deux chiens des vaccins inutiles et malvenus présentés comme indispensables et ’"obligatoires". Son action a été fort utile puisque le médecin vétérinaire s’est finalement rangé du côté de la raison et du bien-fondé des arguments avancés. Fait surprenant : d’autres propriétaires de chiens ont, depuis, obtenu eux aussi, gain de cause et le vétérinaire a fini par céder à la contagion anti vaccins-tout-azimut.

    C’est un fait connu que les croquettes, jouets, fanfreluches et autres articles pour animaux mis en vente dans des cliniques vétérinaires aident à arrondir les fins de mois de celles et ceux qui soignent nos animaux domestiques, et il n’est pas nécessaire de leur en faire un procès. Comme il est également vrai que les vaccinations multiples et à outrance pour les chiens ne sauraient être comparées à quelques articles "de distraction". Nos amies les bêtes méritent bien mieux...

  • @ Reginald de Coucy et @ Nicole Aumonier
    Hier encore, un enfant de 4 ans mort d’une méningite à Evreux, cela ne vous dérange pas ?
    Par pitié, arrêtez de croire aux sornettes de quelques fanatiques et obscurantistes anti-vaccins quoi qu’ils en disant puisqu’ils n’admettent que le seul vaccin DTP.
    Trop facile d’accuser les "représentants de l’industrie pharmaceutique" ou les "puissances d’argent des laboratoires"... Je leur reprocherai plutôt au contraire de ne pas fournir de vaccin contre l’hépatite B depuis plus d’un an !
    Les bienfaits des vaccinations ne sont plus à démontrer et il est complètement irrationnel de vouloir s’y opposer sans aucun fondement médical sérieux.

  • @Michel de Guibert

    Les "fanatiques obscurantistes" ne sont pas contre les vaccins mais contre l’aluminium qu’ils contiennent et demandent de le remplacer par du phosphate de calcium inoffensif (nous avons tous reçu de nombreux vaccins , mais sans aluminium). Ces "fanatiques " demandent aussi de retarder et d’échelonner les vaccinations selon l’état de santé du bébé. L’intérêt des enfants passe avant les profits des laboratoires. Avec les piqûres de rappel ce sont 22 vaccins à injecter. L’ hépatite B se transmet par voie sanguine et surtout sexuelle : comment un bébé peut-il attraper l’hépatite B ?

  • @ Gilberte

    L’aluminium est un adjuvant destiné à obtenir une meilleure réponse immunitaire avec de moindres quantités d’antigène et présent à faible dose dans la plupart des vaccins depuis fort longtemps sans que cela ait suscité des polémiques auparavant ou ailleurs qu’en France...
    Cela dit, je n’ai rien contre le phosphate de calcium s’il s’avère aussi efficace comme adjuvant.

    Ce ne sont pas 22 vaccins qui sont injectés, mais 11 vaccins en 9 injections rappels compris (ou 10 à titre temporaire pour la méningite C).

    Comment un bébé peut "attraper" l’hépatite B ? Par voie sanguine par sa mère au moment de l’accouchement si elle est porteuse du virus.
    Dans les autres cas, on vaccine à un âge où les vaccins sont plus sûrement faits qu’à l’âge de l’adolescence.

  • Comme suite au message du 27 janvier 22:54 et en restant au niveau de l’expression : on aura compris que France catholique, loin de faire "de la publicité" pour telle ou telle publication, accomplit le devoir d’informer le lecteur sans attaquer ni soutenir une intervention ni ses auteurs.

    Dans le document incriminé on lit : "Nous ne sommes pas contre les vaccins : nous sommes opposés aux vaccinations systématiques et trop nombreuses avant l’âge de 2 ans". En quoi le fait, pour certains, de partager, bien avant de l’avoir lue, la même opinion sur les "vaccinations systématiques et trop nombreuses..." en ferait-il des "fanatiques et obscurantistes anti-vaccins" ?

    Par ailleurs, s’il y a risque qu’une mère porteuse du virus de l’hépatite B le transmette à son enfant à l’accouchement (et en remerciant sincèrement pour l’information) on ne peut qu’apprécier des regrets de la "non-fourniture du vaccin contre l’hépatite B" depuis un laps de temps conséquent. Dans ce cas existe l’opportunité légitime, courageuse et bénéfique de faire en sorte d’amener les responsables à prendre enfin leurs responsabilités. De simples reproches platoniques seraient, et c’est connu et avéré, largement insuffisants.

    Et enfin, dans ce contexte aux relents d’éther et de désinfectants, il serait peut-être souhaitable - et agréable - de voir les débats se dérouler dans un climat serein et aseptisé, vu que dans les forums les intervenants sont, dans leur grande majorité et sauf erreur, immunisés contre tous excès.

    Merci.

  • En avril 2012, juste avant d’être nommée ministre de la santé, la précédente ministre, madame Touraine écrivait ceci à l’association E3M, association représentative des usagers (Myofascite.fr)
    "De nombreuses études ont alerté sur le possible potentiel cancérigène et perturbateur endocrinien des sels d’aluminium. Les familles doivent également avoir le choix de faire procéder aux vaccinations obligatoires par des vaccins sans aluminium, d’autant plus que cela était le cas jusqu’en 2008"
    ces sels d’aluminium ont depuis été retirés des déodorants
    quelle est l’utilité de faire vacciner un bébé contre l’hépatite B qui aurait contacté la maladie par sa mère lors de l’accouchement, un vaccin ne guérit pas mais protège de la maladie ; le bébé sera protégé lors de ses vagabondages sexuels ultérieurs pour vivre avec son temps

  • Vaccination, immunisation, etc... Sans être professeur ou médecin patenté, rien n’empêche des profanes en la matière d’entrer dans une discussion sur le sujet, en évitant toutefois de la transformer en un strict débat "médical". Cet espace est un lieu de simples échanges d’opinions - à plusieurs niveaux, pourquoi pas ? - et non celui d’une faculté de médecine.

    Aussi, le message du 29 janvier 22:28 mériterait d’être pris en considération quand on y lit qu’"un vaccin ne guérit pas mais protège de la maladie" (aspect médical) et, plus loin à propos de la vaccination des bébés, "le bébé sera protégé lors de ses vagabondages sexuels ultérieurs pour vivre avec son temps (aspect, disons, social - évitant le terme "moral" comme excommunié du vocabulaire -). Sous l’apparence d’un inoffensif trait d’ironie, la vision va, peut-être à juste titre, plus loin... C’est ainsi que pourrait être perçu le message de Gilberte. Dans le cas contraire, elle voudra bien excuser une erreur d’appréciation. Merci.

  • " Par voie sanguine par sa mère au moment de l’accouchement si elle est porteuse du virus..."
    Comment, à partir d’une situation ultra-minoritaire, exceptionnelle même, peut-on justifier un traitement de masse appliqué à des centaines de milliers de nouveau-nés ?
    Sans compter que, comme cela a déjà été souligné, la vaccination n’est pas un traitement curatif mais une action à visée préventive.

  • Précisons, car je lis beaucoup de malentendus, pour ce qui concerne le risque de transmission materno-foetale lors de l’accouchement du virus de l’hépatite B que le bébé reçoit dès la naissance des immunoglobulines qui le protègent immédiatement (mais sont éliminées assez rapidement) et une première injection de vaccin contre l’hépatite B qu prendra le relais des immunoglobulines pour le protéger durablement (avec bien sûr les injections suivantes).
    Exceptionnel ? Il y a environ 300 000 personnes porteuses du virus de l’hépatite B en France.

  • Ces 300 000 personnes ne sont pas toutes enceintes que je sache... Donc la justification d’une vaccination aveugle par de telles grossesses ne tient pas vraiment.

    A problème spécifique, réponse spécifique.

    Cette vaccination de masse des nourrissons contre l’hépatite C est absurde et ne fait que masquer des carences dans la lutte contre la propagation de cette maladie dans la population (en particulier dans un certain refus de s’attaquer aux différents comportements à risque qui favorisent cette diffusion).

    Il faudrait ne pas oublier qu’une vaccination n’est pas un geste anodin. Il est difficile de mesurer avec précision les réactions négatives, voire dramatiques dans certains cas, mais elle existent, même si la chape de plomb du "médicalement correct" s’empresse de les recouvrir.

    Aujourd’hui, notre médecine moderne est devenue technocratique, avec ses nouveaux dogmes. Impossible donc d’échapper aux sacro-saintes conclusions et prescriptions de la statistique ; cette statistique devenue l’alpha et l’oméga de la clinique et du diagnostic médical ! Malheur donc aux individus qui se trouvent aux extrémités de la courbe de Gauss (et Laplace !)...

    Quand on a pris l’habitude de réfléchir politiquement ce sont des raisonnements que l’on devrait avoir spontanément. Les méfaits des décisions arbitraires fondées sur la seule statistique de la "courbe en cloche" ne sont plus à démontrer. Ne citons que ces fameuses 35 heures imposées indistinctement en tout point de l’hexagone et à un ensemble totalement hétérogène d’entreprises. Le remède de cheval conçu pour les entreprises de production de masse s’est avéré désastreux dans un certain nombre de secteurs. Ne parlons pas des programmes scolaires centrés depuis longtemps sur un hypothétique "élève moyen". D’où les résultats désastreux et la casse que l’on observe depuis soixante ans (une asymptote qui progresse de plus en plus vite vers l’infini...).

  • @ Reginald de Coucy

    Je vous rejoindrai volontiers sur les autres questions que vous évoquez, mais en revanche concernant les vaccins vous parlez de ce que vous ne connaissez pas.
    Bien entendu les femmes enceintes porteuses du virus de l’hépatite B ne sont qu’une petite partie des 300 000 personnes porteuses du virus en France ; je répondais à des approximations à ce sujet.
    Mais la vaccination des nourrissons contre l’hépatite B vise à réduire plus tard l’incidence de ce virus dans la population, ce qui est un objectif de santé publique parfaitement pertinent.
    Au passage, je vous informe qu’il n’y a pas de vaccin contre l’hépatite C ! Nous parlons bien ici du vaccin contre l’hépatite B, mais bon, vous n’êtes pas à une approximation près...
    Quant aux réactions dramatiques que vous alléguez, je n’en ai pour ma part jamais rencontré ailleurs que dans les publications de quelques lobbys anti-vaccins qui se copient sans jamais citer de sources sérieuses...
    Il est pourtant clair que le bénéfice/risque des vaccins est en leur faveur avec la disparition de nombre de maladies redoutables, comme dans le monde la variole , ou en France la diphtérie ou la poliomyélite... qui continue de sévir au Pakistan, là où des islamistes anti-vaccins tuent les médecins qui font des campagnes de vaccination dans les campagnes !

  • Dont acte pour le "B". Restons précis.

    Ce qui ne change rien quant à la problématique de la vaccination ’à la française ’.

    Et pour ce qui concerne les réactions indésirables aux vaccins, tout le monde sait désormais les riques encourus par la vaccination anti-variolique (*).

    J’ai deux exemples de mauvaises réactions dans mon entourage familial proche.
    Pendant que j’étais cloué au lit par une rougeole banale, quelqu’un a eu l’idée de vacciner mon frère cadet. Il est pourtant tombé malade lui aussi mais ça s’est mal passé et il a fini par faire une très grave anémie qui l’a mené à deux pas de la tombe...
    Pour mon plus jeune fils, c’est le vaccin anti-tétanique qui nous a donné de grosses frayeurs. Il a fait une forte réaction allergique qu’un de mes copains homéopathe a opportunément réussi à enrayer. Mais il est depuis lors interdit de vaccin anti-tétanique (et par voie de conséquence interdit de s’adonner à la tradition équestre familiale, ce qui est le moindre des inconvénients).

    En extrapolant statistiquement, on doit bien arriver à un nombre significatif de réactions indésirables non officiellement déclarées... Mais peut-être est-ce là du fanatisme obscurantiste.

    * il y a quelques décennies, un médecin voulait à toute force que nous vaccinions notre dernière-née contre la variole. Il se refusait cependant à le faire lui-même parce que celle-ci allait sur ses trois ans et que cela représentait des risques !...)

  • l’aluminium a été retiré des vaccins pour chiens et chats car cancérigène
    Les bébés recevront en tout 945 microgrammes d’aluminium par voie intramusculaire. On estime à 1 à 2% de la population le nombre de personnes dont les cellules sanguines macrophages laisseront une partie de l’aluminium s’installer au point d’injection ou émigrer jusque dans le cerveau. Pourquoi s’occuper particulièrement des malades de l’hépatite B et ignorer ceux qui développeront une maladie auto immune à 30 ou 40 ans ou même plus tôt, c’est le mystère de l’administration

  • En remontant au message du 1er février 14:09 de Réginald de Coucy, on est en droit de supposer que la mention "hépatite C" au lieu de "B" est due à une erreur de frappe sur le clavier, tout simplement.

    D’autre part, la question des assassinats par des islamistes, au Pakistan, de médecins qui font la publicité pour les vaccinations n’est pas un scoop. Sauf qu’elle rappelle étrangement, vu le contexte, celle des "fanatiques et obscurantistes anti-vaccins" ici ou là.

    Une chose est, en tous cas, certaine qu’on est en devoir de signaler : le présent débat, tel qu’il a été engagé et mené jusqu’ici, a encouragé des personnes qui ne s’y intéressaient pas outre mesure à lire la pétition incriminée. Et à la signer.

    Juste pour information.

  • @ Gemayel Viviane

    Je ne doute pas un instant en effet que des tas de gens signent des pétitions sans avoir la moindre compétence sur le sujet...
    Merci de le rappeler !

  • Que Michel de Guibert veuille bien excuser une probable incapacité à se faire comprendre dans le message du 2 février 00:04 Pour y voir plus clair, reprendre quelques mots : "le présent débat, tel qu’il a été engagé et mené jusqu’ici - bis repetita "tel qu’il a été engagé et mené jusqu’ici" - a encouragé des personnes qui ne s’y intéressaient pas outre mesure à lire la pétition incriminée. Et à la signer." Il est donc, on l’aura compris, question de la façon dont le débat a été initié et comme il a été suivi et entretenu qui aura fort probablement décidé certains à signer la pétition son contenu spécifiquement médical n’étant pas vraiment assimilé par la multitude.

    Pour essayer de dire les choses autrement : il ne s’agit pas, ici ou là, d’asséner quoi que ce soit, mais d’arriver à convaincre. Mais pour ce faire, il semblerait que le savoir et la science réunis malgré leur richesse et leur importance ne semblent pas toujours atteindre le résultat escompté.

    En regrettant humblement ignorer l’origine de cette expression rien n’empêche de la reprendre : "On n’attrape pas les mouches avec du vinaigre".

  • @ 3/02 13:37
    Cela voudrait-il dire que les 5 900 professionnels de santé, déjà signataires, sont des ploucs incultes n’ayant aucune compétence en ce qui concerne leur propre métier ?

    5 900, c’est déjà pourtant un bel échantillon plutôt significatif...

  • A mettre en parallèle avec le nombre de professionnels de santé...
    Selon les sources :
    - En 2014, l’INSEE recensait près de 1 175 000 professionnels de santé en France
    http://www.vie-publique.fr/decouverte-institutions/protection-sociale/risque-sante/professionnels-sante/combien-professionnels-sante-france.html
    - En 2015, la France compte 1,9 million de professionnels de santé
    http://drees.solidarites-sante.gouv.fr/etudes-et-statistiques/publications/panoramas-de-la-drees/article/portrait-des-professionnels-de-sante-edition-2016

  • Inversons la proposition et voyons combien de professionnels de santé sur 1,9 M signeront une pétition en faveur de la giclée obligatoire des 11 vaccins...

  • Les médecins (généralistes ou pédiatres), dans leur immense majorité, prescrivent et injectent déjà ces 11 vaccins selon les recommandations vaccinales qui existaient déjà avant la récente obligation (laquelle ne vise que les récalcitrants pour des raisons de santé publique) et n’ont pas besoin de pétitionner pour faire leur métier (ce que vous appelez avec mépris "la giclée obligatoire"), qui comporte aussi la prévention.

    Plus intéressant me paraît être ce manifeste des médecins (à propos de la PMA pour tous) que j’ai signé ainsi que déjà plus de 800 médecins :
    https://www.lemanifestedesmedecins.fr/

  • Le 26 janvier 2018, sous la rubrique "Revue de presse", FC publiait ouvertement et sans commentaire aucun, l’"Appel à la raison".

    Une semaine plus tard est publié, cette fois glissé dans un message de lecteur, "Le manifeste des médecins".

    Comme déjà mentionné - France catholique s’honore de publier "tous genres de choses" (sauf la pornographie)" sans s’attirer pour autant, cette fois, des foudres criant à la "publicité".

    Preuve est faite du respect des choix et de la liberté d’expression. Alléluia !

  • Autrefois, la médecine était une profession indépendante, l’avortement était un crime puni par la loi, cela est devenu une pratique médicale courante obligatoire Maintenant, la vaccination des bébés est une obligation légale. La PMA n’est pas encore passée par la loi, mais que feront les médecins lorsque la loi sera passée et fera une obligation d’euthanasier les personnes trop séniles, les malades incurables, le bricolage des cellules reproductives
    Je suppose qu’une sélection à l’entrée des études médicales se fera suivant la capacité du candidat à répondre au politiquement correct, aurons nous encore des médecins catholiques

  • Ne mettons pas sur le même plan, par pitié, des oppositions justifiées en cosncience sur des questions posant de graves problèmes éthiques à des médecins catholiques (avortement, euthanasie, PMA pour tous, etc.) et les vaccinations qui sont là uniquement pour prévenir efficacement des maladies graves !

  • Dans le message du 4 février 22:31 on lit, suite à quelques lignes se rapportant aux 11 vaccins et à la prévention, que "plus intéressant parait être le manifeste des médecins (à propos de la PMA pour tous)", suit le lien pour accéder à ce document. Il devenait donc légitime - et à la limite bienvenu pour ne pas dire courtois - d’en prendre connaissance. Le § 4 de ce manifeste mentionne : "Le médecin ne doit pas être au service d’une idéologie quelle qu’elle soit" ; le § 6 mentionne : "Le médecin est soumis à la loi en tant que citoyen. L’Etat quant à lui ne doit pas sortir de son rôle en demandant au médecin d’accomplir des actes techniques contraires à l’éthique médicale".

    Dans cet ordre d’idées il est parfaitement admissible de reconnaitre que le message du 5 février 10:11 est en parfaite cohésion avec des aspects de ce manifeste des médecins mis en ligne (tenant compte de la PMA comme seul exemple). Ce n’est pas cette dernière intervention du 5 février qui met à égalité les graves problèmes éthiques et les vaccinations mais elle devrait probablement être comprise comme une suite logique au manifeste des médecins et au propos qui l’accompagnait.

    Pourquoi ne pas ajouter que le tout n’est, en effet, aucunement dénué d’intérêt.

  • @ Gemayel Viviane
    Je ne suis pas sûr de bien comprendre votre dernier message, car je ne vois vraiment pas en quoi l’opposition aux vaccins serait une suite logique du manifeste des médecins...
    Il n’y a pas de problème éthique à promouvoir la vaccination pour protéger les enfants des maladies infectieuses les plus dangereuses, il y aurait bien évidemment un problème éthique à le leur refuser pour des raisons idéologiques.
    Mettre cela sur le même plan que les problèmes éthiques graves évoqués dans ce manifeste est d’une singulière légèreté.
    "Juger également des choses inégales est la plus grande des injustices", disait Aristote.

  • 4 février 22:31 : 1. - "Les médecins.....dans leur immense majorité, prescrivent et injectent déjà les 11 vaccins selon les recommandations vaccinales qui existaient déjà avant la présente obligation..... 2. - Plus intéressant me parait être ce manifeste des médecins (à propos de la PMA pour tous..." ( suit le lien dudit manifeste mis en ligne). "Plus intéressant me parait être ce manifeste...."...

    Cela semble clair, que des "11 vaccins..." on se trouve brusquement face - j’allais dire on saute - à "Plus intéressant... ce manifeste des médecins (à propos de la PMA pour tous).....".

    C’est on ne peut plus explicite (sans jamais prétendre rivaliser avec Aristote).

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.