A propos de la manifestation du 13 janvier

Petite comparaison historique

par Frédéric Aimard

lundi 7 janvier 2013

Parfois on nous demande, pourquoi "La France Catholique" ? Depuis combien de temps existez-vous ?

Il faut remonter à 1924. En ce temps-là, après une Chambre "Bleu horizon" très à droite au sortir de la Grande Guerre, par un mouvement d’alternance démocratique bien normal, le "Cartel des gauches" se retrouve majoritaire.

C’est alors que radicaux au gouvernement et socialistes qui les soutiennent, bien incapables de gérer la Victoire pour assurer la Paix militaire et d’assurer la prospérité économique pour diminuer la dette du pays, se mettent en tête de reprendre leur petite politique anti-Eglise en même temps qu’ils veulent inventer un impôt sur le capital... Cela ne vous rappelle rien ?

En 1924, les congrégations sont à nouveau menacées, les religieux naguère rentrés pour se battre, risquent à nouveau de devoir prendre le chemin de l’exil, l’Eglise en Alsace et en Lorraine risque de devoir rentrer dans le giron de la laïcité républicaine, c’est-à-dire d’être dépouillée...

C’est alors que le général de Castelnau, héros de la Guerre qui a gravement endeuillé sa propre famille, lève la voix : non, on ne persécutera pas les catholiques au nom de la Raison ou de la Démocratie même si cela est bien commode pour masquer l’impuissance nationale et internationale du gouvernement. Le Général fait appel à la solidarité des anciens combattants des tranchées. Ce sont des centaines de milliers d’hommes qui se rassemblent dans différentes villes de province. Notre hebdomadaire naît donc dans ce contexte. On dira, dans certains manuels d’Histoire, que la Fédération nationale catholique est la première "ligue", une nouvelle forme d’organisation politique qui mettra un peu plus tard la République en danger, dans un climat de grande tension. Mais qui avait provoqué cette inutile et mesquine tension alors que le pays aurait si bien suivi une politique de réconciliation et de construction si on la lui avait proposée ?

A ce moment-là, devant les manifestations, par le réalisme politique d’un Edouard Herriot ou d’un Aristide Briand, l’État renoncera à sa politique antireligieuse et une jurisprudence se fixera qui enlèvera l’essentiel du venin contenu dans les lois de 1901, 1905 et 1906... C’est ce qu’on appellera la laïcité à la française ou "notre laïcité républicaine", devenu un patrimoine commun dont toute remise en cause est, à chaque fois, une source de tensions inutiles et délétères pour le pays.

Nous sommes à nouveau dans une de ces périodes où la gauche, longtemps écartée du pouvoir a, à nouveau, perdu prise avec les réalités, et s’imagine qu’on peut réformer en force ce vieux pays avec toutes les lubies forgées en petits comités. Le « mariage » entre personnes du même sexe ! Voilà une idée qui n’aurait sans doute pas effleuré les plus passionnés francs-maçons des années 20 !!!

L’Histoire ne se répète pas dit-on, mais quand on la connaît, on peut repérer un certains nombre de bégaiements ! Ayrault aura-t-il l’intelligence d’un Herriot ? En tout cas, l’Histoire montre que lorsque le péril est grave il y a intérêt à se mobiliser et à faire valoir la vraie justice face à sa caricature.

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.