Pèlerins de Saint-Jacques

mardi 12 juin 2007

En novembre1982, le pape Jean-Paul II, se faisait pèlerin de Compostelle. Depuis ce sanctuaire galicien, il appelait l’Europe à retrouver ses racines chrétiennes, celles de la Chrétienté médiévale, celles de l’époque où l’Empereur Charlemagne avait, selon la légende, levé ses armées pour aller délivrer le tombeau de l’apôtre Jacques le Majeur. En mai 1982, l’association galicienne, les Amis des Châteaux, , avait saisi le Conseil de l’Europe d’une demande de reconnaissance des chemins de Compostelle comme « bien culturel de l’Europe ».

En 1984, l’Assemblée Parlementaire du Conseil de l’Europe a reconnu la place particulière du chemin de Saint-Jacques et recommandé de "s’inspirer de son exemple comme point de départ d’une action relative à d’autres itinéraires de pèlerinage". Mais en 1987, seuls les chemins de Saint-Jacques ont bénéficié de l’appellation Itinéraire Culturel Européen.
2007 marque donc le vingtième anniversaire de cette élection.
Oublié au XIXe siècle, ce sanctuaire avait été sorti de l’oubli une première fois en 1884 par le pape Léon XIII qui avait reconnu l’existence à Compostelle des restes de Jacques et de ses compagnons par la Bulle Deus Omnipotens. En convoquant les JMJ à Compostelle en 1989, Jean Paul II donnait une nouvelle impulsion à la pratique de ce pèlerinage, devenu aujourd’hui un véritable phénomène de société. Alors que 182 pèlerins seulement avaient été enregistrés en 1982, ce sont près de 200 000 qui l’ont été en 2004 à l’occasion de la dernière année sainte.

Ce forum se propose de recueillir les avis et témoignages de tous ceux qui s’intéressent aux cultes et pèlerinages à saint Jacques et à Compostelle.

Pour en savoir plus sur saint Jacques et Compostelle : http://www.saint-jacques.info

Messages

  • Pour le forum un personne inscrite qui souhaite signer sous un pseudonyme va dans "mon profil" et modifie son nom et prénom, elle sera ensuite identifiée sur le site avec ces informations pour répondre au forum.
    Quant à la proposition d’un sujet elle doit saisir manuellement sa signature.
    Le lien sur son pseudo ouvre un formulaire et ne communique donc pas son e-mail aux visiteurs.

  • La politique des reliques, de Constantin à Saint Louis

    Edina Bozóky,

    Beauchesne, 39,50 e

    Pour beaucoup, les "Saintes reliques" ne sont que de vénérables objets de dévotion. Certes des histoires de trafics de reliques sont connues et l’on sait aussi les scandales qu’ils ont créés. Mais l’utilisation des reliques comme instruments de pouvoir et comme signes de la grandeur de qui les possède est moins connue. Dans ce livre très documenté Edina Bozóky fait vivre les reliques de façon remarquable. Les grands projets croisent les petits trafics et le lecteur, avide de connaître la suite de l’aventure de telle ou telle relique, croit parfois lire un roman de cape et d’épée plus qu’un livre d’histoire. Il revit l’histoire politique et religieuse de Byzance et celle de plusieurs pays européens. Les notes nombreuses intéresseront les historiens soucieux d’approfondir le sujet. Elles ne doivent surtout pas rebuter le lecteur amateur qui pourra les ignorer sans perdre le fil du récit ni l’intérêt de l’ouvrage. Un seul regret : cette fresque s’arrête avec Saint Louis. Il y a des raisons historiques à ce choix mais il est permis d’espérer que cette histoire passionnante aura un jour ou l’autre la suite qu’elle mérite.

    Livre des Miracles de saint Gilles

    Marcel et Pierre-Gilles Girault,

    Paradigme, Orléans, 28 euros

    Depuis les années 1980, l’engouement pour Compostelle a fait négliger les nombreux autres sanctuaires vers lesquels se pressaient les pèlerins médiévaux. Et quand ils ne sont pas oubliés ils sont réduits à être des "étapes majeures" ou des "points de départ" sur les chemins de Compostelle. C’est malheureusement ainsi que la quatrième de couverture de ce livre présente le sanctuaire de Saint-Gilles du Gard. Elle va donc à l’encontre du désir des auteurs de faire revivre ce grand pèlerinage médiéval au travers des récits de miracles attribués à saint Gilles. C’est pourtant leur grand mérite. Ce livre qui comprend le texte latin du Livre des Miracles avec leur traduction et accompagnée d’importants commentaires est surtout destiné à des lecteurs érudits. Mais les traductions des récits de miracles ne se trouvent pas ailleurs et méritent à elles seules que ce document soit signalé à tous ceux qui s’intéressent aux pèlerinages médiévaux. Gageons qu’un jour prochain une petite édition des miracles sera faite à l’intention d’un plus large public.

    La Lettre de Jacques, La foi, chemin de vie

    Tomasz Kot,

    traduit de l’italien par Roland Meynet

    Lethielleux, 26 euros

    La Lettre de Jacques est la première des Epîtres dites "catholiques", celles qui n’ont pas été écrites par saint Paul. Son auteur n’est pas vraiment identifié. Pendant tout le Moyen Age, elle a été attribuée à l’apôtre Jacques le Majeur. Ce qui est aujourd’hui exclu. Par contre l’autorité apostolique reconnue à cet auteur dans l’Eglise des premiers siècles est incontestable. Cette Epître se signale par ses recommandations à caractère social et mériterait d’être mieux lue.
    Tomasz Kot la "décortique" avec une méthode d’analyse rhétorique, utilisant un vocabulaire technique défini avec soin et nécessitant un effort d’attention particulier. Il montre la structure fine de l’Epître à partir d’une traduction très proche du texte grec. Il met en relation chaque passage avec l’Ancien Testament et en présente une interprétation qui introduit à une meilleure compréhension des exhortations et conseils de l’auteur.

    Cette Epître n’est le plus souvent citée que pour le passage dans lequel elle présente la vanité d’une foi sans œuvres "Car comme le corps sans l’Esprit est mort, de même la foi sans les œuvres est morte" (2, 26). Affirmation qui a permis à certains, en particulier Luther, d’opposer saint Jacques et saint Paul (Epître aux Galates). Ce livre entend démontrer que cette opposition est vaine. Les deux Epîtres ne s’adressent pas au même public, ni dans le même contexte, mais les deux présentent comme centrale la foi en Jésus-Christ ressuscité. Tous ceux qui feront l’effort d’entrer dans ce livre érudit et d’en approfondir la lecture en seront récompensés.

  • Du 27 au 30 septembre Le-Puy-en-Velay organise d’importantes manifestations pour le 20ème anniversaire du premier Itinéraire Culturel du Conseil de l’Europe, les chemins de Compostelle.
    JdA

    Voir la page ci-dessous

    Voir en ligne : Le colloque du Puy en Velay

  • A l’occasion du 20e anniversaire des Itinéraires culturels du Conseil de l’Europe et après le colloque du Puy, une nouvelle déclaration a été adoptée.
    Pour en savoir plus, voir le site http://www.culture-routes.lu/php/fo_index.php ?

    Pour tous ceux qui sont intéressés par saint Jacques et Compostelle un nouveau site généraliste :
    http://www.parou-saint-jacques.info

    Voir en ligne : saint Jacques et Compostelle

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.