PMA sans père : Alliance VITA mobilisée pour défendre les enfants

mardi 12 septembre 2017

Alliance VITA réagit aux récents propos de Marlène Schiappa affirmant que le gouvernement proposerait, au moment de la révision de la loi bioéthique, que la PMA soit étendue à « toutes les femmes », sans condition médicale d’infertilité.

Pour Caroline Roux, coordinatrice des services d’écoute d’Alliance VITA : « Il est gravissime que la secrétaire d’état, dont la mission est d’œuvrer à l’égalité entre les femmes et les hommes, affirme que la PMA sans père est une question de « justice sociale ». Quel abus de langage ! Cela revient à instituer la loi du plus fort et cautionner une injustice originelle pour les enfants. Institutionnaliser la privation délibérée de père, c’est condamner les enfants à une double peine : en plus de les priver d’une partie de leur origine biologique, c’est les priver volontairement de toute relation paternelle. C’est une véritable maltraitance originelle et un abus de pouvoir que l’on infligerait ainsi aux enfants, en leur refusant cette double filiation paternelle et maternelle constitutive de leur identité. Sans compter que céder à ces revendications ultra minoritaires ne peut qu’enclencher un effet domino, et la revendication d’hommes d’accéder à la Gestation par autrui (GPA) avec des mères porteuses. »

Tugdual Derville, délégué général d’Alliance VITA, rappelle également : « Nous en appelons au président de la République. A lui de dire quelles sont ses priorités pour la France. Le gouvernement ne peut ignorer l’immense risque d’ouvrir une nouvelle bataille sociétale qui diviserait en profondeur les Français, alors qu’il faut plus que jamais les rassembler et apaiser les tensions. Si Emmanuel Macron lance ce rideau de fumée sociétal, nous devrons dénoncer dans la rue l’injustice faite aux enfants. La résistance à la PMA sans père, au nom du « droit de l’enfant » qui s’oppose au « droit à l’enfant », nous mobilise fortement, ainsi que de nombreux autres mouvements de toutes les sensibilités politiques et philosophiques. Il s’agit de prévenir ensemble ce basculement décisif vers le grand marché globalisé de la procréation. L’ultra-libéralisme ignore le droit des plus faibles, car il conçoit l’être humain comme un produit qu’on peut acquérir. Nous sommes tous prêts à descendre dans la rue sur la base d’un collectif le plus large possible. C’est l’honneur de la France, pays des droits universels de l’Homme, que de résister à la marchandisation du corps. »

Messages

  • Monsieur Macron se félicite d’avoir réussi à « faire taire les grincheux » (après avoir stigmatisé « les fainéants »). Il s’empresse de disqualifier verbalement ses opposants. Jusqu’à présent avec un succès mitigé. La tactique de l’insulte publique risque d’avoir un effet contre-productif. On ne peut cependant lui dénier une efficacité certaine dans sa stratégie de division de l’opposition.

    L’annonce soudaine (y avait-il quelque urgence ?) par madame Schiappa de la mise en route de la PMA s’inscrit dans cette stratégie astucieuse de fragmentation des forces d’opposition à la politique macronienne. Une explication à cette étrangeté de calendrier réside dans une volonté de diversion en plein cœur de la réforme de la législation du Travail. Les clivages politiques ne se superposent pas sur ces deux thèmes et tout ce qui ébranlera et fragilisera le front d’opposition à la réforme du code du Travail est pain béni pour Macron.
    Les phrases perfides récentes des médias concernant Sens commun (assimilé à des forces réactionnaires d’extrême-droite), un microcosme politique proche du néant en termes d’effectifs et d’influence, pointent déjà un angle d’attaque contre l’opposition de droite.

    Il y a peu de chance que se reproduise une lame de fond équivalente à ce que fut la Manif pour Tous des débuts regroupant un assez large éventail de sensibilités et d’appartenances politiques dépassant largement les conservateurs de droite. Ne serait-ce que parce que l’opération s’est soldée par un échec cuisant puisque non seulement le gouvernement d’alors n’a pas cédé un pouce de terrain, mais aujourd’hui on s’apprête sans coup férir à légaliser PMA et GPA (les godillots de la majorité parlementaire LREM voteront les yeux fermés).

    Il y a donc fort à parier (et à déplorer) que le mouvement d’opposition à la PMA sera limité dans son ampleur populaire et restreint cette fois-ci à une appartenance plutôt droitière. Les récents débats autour des déclarations papales et des prises de positions en général du pape François ont pour leur part cristallisé et accentué un clivage en ce sens au sein de ceux qui se disent chrétiens.

    Les médias complaisants aidant, il suffira de grossir le trait et d’instrumentaliser les manifestations d’opposition - vite assimilées à l’extrême-droite, "homophobe" et "pétainiste"- pour détourner l’attention d’une opinion publique prompte à avancer tête baissée dans les chiffons rouges (bruns, en l’occurrence) qu’on lui agite sous les cornes, quitte à piétiner avec inconscience ses propres intérêts.

    Pendant ce temps, le travail systématique de démolition du droit du travail au profit de l’oligarchie ultra-libérale se poursuivra.

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.