PMA pour toutes : les AFC interpellent le Président !

par Jean-Marie Andrès

mardi 27 juin 2017

Le Comité Consultatif National d’Éthique (CCNE) a rendu ce matin un avis consultatif attendu sur "la PMA pour toutes". Sans surprise, cet avis est majoritairement favorable à l’ouverture de la Procréation Médicalement Assistée (PMA) aux femmes seules et aux couples de femmes :

Quelle tristesse !

Il s’agit bien d’une nouvelle étape dans la légitimation morale - l’acte II - du mariage pour tous en 2013, rendant aussi possible l’adoption [1] Nous devons dès maintenant alerter l’opinion puis agir !

Nous l’attendions malheureusement : cette étape avait été annoncée par Emmanuel Macron entre les deux tours de l’élection présidentielle : "Nous sommes favorables à l’ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) pour les femmes seules et les couples de femmes. (…) Pour avancer de façon pédagogique, nous souhaitons attendre l’avis du Comité consultatif national d’éthique (CCNE), afin d’assurer dans la société un vrai débat, pacifié et argumenté." Interview au Figaro, 29 avril 2017

Mais rien n’est encore perdu : si l’avis du CCNE est approuvé par une majorité des sages, une importante minorité a émis une opinion contraire. Ils rejoignent les experts [2] qui font entendre depuis quelques jours leur inquiétude au sujet d’une légalisation qui changerait profondément la filiation.

Questionner, interpeller, agir. Comment avancer ?

La PMA pour les femmes seules et les couples de femmes introduit de nouvelles menaces qui doivent être mises à jour et expliquées ! Dès 2011, le Législateur a décidé que la PMA devait être une réponse médicale au problème médical de l’infertilité. C’était là un moindre mal, mais nous avions alerté sur le fait que la dissociation de la sexualité et de la procréation constituait un danger [3] pour les couples comme pour la société. La généralisation de la PMA sans père est une transgression supplémentaire.

Les AFC appellent solennellement le Président de la République à ne pas fracturer davantage la société française, en s’attaquant à un sujet aussi sensible. Dans quelques minutes, un communiqué sera publié et repris pour dénoncer ce chemin dangereux et présenter la position de plus de 150 000 personnes représentées par nos associations. D’autres actions suivront, proportionnées : nous serons de plus en plus mobilisés ces prochains mois.
Les AFC prendront toute leur place, avec détermination, dans les débats prévus d’ici fin 2017 pour la révision des lois de bioéthique en 2018. Nos associations se préparent à agir auprès des élus qui, en la matière, prennent des orientations sur des bases particulièrement légères, mais aussi auprès des jeunes qui se montrent les plus démunis face à la compréhension des dangers portés par ces transgressions (sondage Ifop/FranceInfo du 23 juin).


[1L’acte III, inéluctablement, portera lui sur l’accès à la GPA pour tous, au nom de la seule non-discrimination.

[2Chantal Delsol, Christian Flavigny et Élizabeth Montfort, par exemple.

[3Car on accapare, non sans conséquences graves, les techniques médicales destinées à soigner les pathologies à des fins non-médicales. Au fond, avec la PMA, nous soumettons les enfants aux seuls désirs des adultes et, ainsi, nous les plaçons dans des conditions de vie artificielles et lourdes de conséquences psychologiques.

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.