Vient de paraître

Nouvelle Évangélisation (5) LE GROUPE DE PRIèRE DES GITANS

par Hervé Marie Catta

dimanche 10 juillet 2011

Élisabeth Régnier, qui avec son mari participait à la Communauté Emmanuel, avait une sœur Franciscaine missionnaire de Marie. Cette religieuse nous contacta un jour. Elle travaillait à l’aumônerie des Gitans de la région parisienne. Or il y avait parmi eux un garçon nommé Pieranglo, Manouche, qui ne savait pas s’il avait été baptisé. Son père, pentecôtiste de l’Église gitane, était mort. Pieranglo, en relations avec l’aumônerie catholique, hésitait entre se faire baptiser chez les catholiques par le Rachaïl (le prêtre) ou chez les pentecôtistes. Il participa à un voyage en Israël avec le Rachaïl, et le dernier jour avant de partir il retourna au Saint-Sépulcre : là, en touchant le tombeau du Christ, il décida de se faire baptiser catholique. Mais à son retour en France il dit à la sœur : «  Je veux me faire baptiser catholique mais un beau jour je finirai par aller avec les pentecôtistes parce que les catholiques, eux, ne prient pas.  » Il y avait en effet des réunions de prière pentecôtistes régulières dans son milieu. «  Comment ça ? lui dit la sœur. Je vais t’amener dans un lieu où tu verras des catholiques prier.  » Elle l’a amené un soir à Saint-Sulpice au groupe de prière de l’Emmanuel où il y avait quatre cents personnes. Pieranglo était très content.

Cependant, quelques semaines plus tard, il dit à la Sœur : «  C’est bien la prière à Saint-Sulpice, mais ce n’est qu’une fois par semaine.  » Pierre Goursat l’a mis alors en rapport avec Bernadette Jomard et Cécile Hoppenot, lesquelles organisèrent un groupe de prière chez les Manouches de la région d’Argenteuil un soir par semaine. Je participai à ce groupe. Pieranglo, «  encore catéchumène  » comme saint Martin, était animé par l’Esprit-Saint. En effet, tout l’hiver cette année-là chez les Manouches d’Argenteuil, la question la plus importante fut de savoir si l’on priait mieux chez les pentecôtistes ou chez les catholiques. Des Manouches pentecôtistes participaient régulièrement au groupe catholique et argumentaient. Il n’était pas difficile de leur montrer que nous lisions la Bible comme eux, que nous chantions en langues comme eux et que nous avions des prophéties.
Cependant ils étaient particulièrement difficiles sur la question de la Vierge Marie. Je fus témoin un jour d’un dialogue entre eux et Pieranglo. «  Marie a eu plusieurs enfants, c’est dit dans l’Évangile que Jésus avait des frères  », disaient les pentecôtistes. «  Dans nos familles manouches répondit Pieranglo, si un fils va mourir et qu’il a plusieurs frères, va-t-il confier sa mère à quelqu’un qui n’est pas de la famille ? Vous voyez bien que Jésus sur la Croix a confié sa mère à l’apôtre Jean. Donc il n’avait pas de frères de sang.  »

J’étais fort frappé que le catéchumène Pieranglo fasse une réponse si juste aux gens de son peuple et de sa culture. J’ai utilisé depuis cette histoire dans des dialogues avec des protestants. J’ai compris aussi que l’Esprit-Saint nous assiste vraiment pour répondre aux questions des gens que nous rencontrons au nom de Jésus. On expérimente la force de cette parole de Jésus : «  Ne vous préoccupez pas de ce que vous aurez à dire…  » Pieranglo fut baptisé par immersion en plein hiver dans la région de Pontoise, avec une large assistance de Manouches tant catholiques que pentecôtistes.


A suivre dans le nouveau livre d’ Hervé Marie Catta, "Des Menhirs à internet, la nouvelle évangélisation", éditions France Catholique, 214 pages + 8 pages photos, 22 euros dans toutes les librairies (diffusion Salvator).

Tarifs envoi eco



Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.