Maurice Audin, l’histoire et la mémoire

par Serge PLENIER

mardi 18 septembre 2018

En reconnaissant le rôle de la France dans la mort de Maurice Audin, sympathisant du FLN en juin 1957, Emmanuel Macron a donné satisfaction à ceux qui demandent encore des comptes sur le comportement de l’armée française – et du pouvoir civil – pendant la guerre d’Algérie.

La part du calcul politique n’est pas absente. Que le chef de l’État ait également voulu faire un geste à l’égard du PCF, à quelques jours de la « Fête de l’Huma » est hors de doute. Rappelons que Maurice Audin, sans être un poseur de bombes, ni un apparatchik de haut rang, était un adhérent du Parti communiste algérien (clandestin). Qu’il ait également tendu la main à l’actuel pouvoir algérien paraît tout aussi évident. Mais cela ne suffit pas.
Historiquement, le doute aujourd’hui n’est plus permis : Maurice Audin est mort soit sous la torture ou a été « exécuté » lors de sa détention. La thèse officielle de la disparition lors d’une tentative d’évasion n’a jamais convaincu grand monde. Elle a seulement permis de couvrir la responsabilité des quelques responsables et d’éviter longtemps des questions gênantes.
Mais il ne s’agit pas seulement d’histoire, et si la reconnaissance des faits par le président de la République suit les travaux des historiens, elle ne laisse pas de poser de redoutables questions. Ici, la mémoire entre en jeu, ou plutôt les mémoires.

Car il y a plusieurs mémoires de la guerre d’Algérie, et ces mémoires sont toutes douloureuses, qu’il s’agisse des harkis abandonnés à leur sort, ou des pieds-noirs contraint de fuir pour ne pas être atrocement mutilés notamment. Et l’on ne parle pas de massacres massifs comme celui d’Oran, au lendemain des accords d’Évian. La mort de Maurice Audin fut certes un crime, mais il ne fut pas le seul, à beaucoup près. Ces mémoires peuvent être concurrentes, voire antagonistes, elles n’en ont pas moins chacune leur légitimité, à défaut d’être toutes politiquement correctes. Ces mémoires peuvent-elles toutes espérer un jour l’honneur d’une parole officielle ?
Le danger, pour Emmanuel Macron, serait de paraître privilégier un seul aspect d’une histoire qui ne fut pas toute en noir et blanc. Non, les Pieds Noirs n’étaient pas tous d’affreux exploiteurs réactionnaires, ni les membres du FLN tous d’intègres chevaliers du Progrès démocratique... La mémoire ne devrait plus être un moyen de division, encore moins un instrument au service des calculs politiques.

Messages

  • Emmanuel Macron nous fait-il encore un de ces coups de comm’ dont il est friand ou est-il sincère ?

    Quoi qu’il en soit, ce n’est pas ainsi que l’on avance sur une voie de réconciliation entre peuples anciens belligérants.
    Les victimes, fort nombreuses (tant européennes que musulmanes), des tueries du FLN ne peuvent que se sentir trahies par des repentances strictement unilatérales, sans aucune perspective de voir le régime algérien reconnaître ses propres responsabilités.

  • Emmanuel Macron nous fait-il encore un de ces coups de comm’ dont il est friand ou est-il sincère ?

    Quoi qu’il en soit, ce n’est pas ainsi que l’on avance sur une voie de réconciliation entre peuples anciens belligérants.
    Les victimes, fort nombreuses (tant européennes que musulmanes), des tueries du FLN ne peuvent que se sentir trahies par des repentances strictement unilatérales, sans aucune perspective de voir le régime algérien reconnaître ses propres responsabilités.

  • Les Français arrivés en France à la fin de la guerre d’Algérie m’ont raconté 2 choses : l’amitié des peuples français et algériens avant la guerre et les horreurs de la guerre, le plus effrayant : l’assassinat des femmes enceintes que le FLN avait éventrées et tué le fœtus à coups de pierres, et bien d’autres
    Un professeur d’histoire m’expliquait pendant la guerre d’Indochine que celle-ci était faite par les communistes pour nous chasser du pays, et qu’ensuite la Russie ferait la même guerre en Algérie, ce qui s’est produit. Monsieur Macron déplore la responsabilité de la France dans la mort de M Audin communiste. Présentée de cette façon, il y a tromperie par omission. Les jeunes générations doivent connaître la vérité quant aux tortures également du FLN contre les musulmans trop tièdes

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication