Lettre de nomination d’un commissaire pour l’Association publique cléricale de Fidèles de droit diocésain FRATERNITE MOLOKAÏ

jeudi 11 février 2016

DOMINICUS REY, DEI ET APOSTOLICÆ GRATIA
EPISCOPUS DIOECESIS FOROJULIENSIS AC TOLONENSIS

Considérant le can. 318 § 1. « Dans des circonstances spéciales, là où des raisons graves le requièrent, l’autorité ecclésiastique dont il s’agit au can. 312, § 1, peut désigner un commissaire qui dirigera provisoirement en son nom l’association ».

Considérant que la vigilance évoquée par le can. 305 s’apparente davantage au « soin spécial » pour faire croître et mûrir l’association ;

Considérant que le Visiteur apostolique, le R. Père Loïc-Marie LE BOT, O.P., a remis son rapport d’enquête le 3 juin 2014 en formulant des propositions et des recommandations (intitulé « Rapport d’enquête sur Points Cœur et sur M. l’abbé Thierry de Roucy ») ;

Attendu que la Congrégation pour Doctrine de la Foi (CDF), par lettre du 25 août 2014 (Prot. N. 420/2004 – 47175), après avoir pris connaissance du Rapport du Visiteur apostolique, invite à prévoir des moyens de sollicitude pastorale concernant la FRATERNITE MOLOKAÏ ;

Attendu que le 19 septembre 2014 Nous avons nommé Monsieur l’abbé

Charles MALLARD Commissaire de ladite Association ;

Attendu que ladite Association n’a pas encore mis en œuvre toutes les directives et recommandations formulées par le rapport LE BOT et la CDF ;

Considérant qu’il y a lieu en conséquence de procéder à la nomination d’un nouveau Commissaire,

Nommons

Monseigneur Jean-Marie LE VERT,

Commissaire

pour l’Association publique de Fidèles de droit diocésain FRATERNITE MOLOKAÏ,

à compter du 1er janvier 2016,

pour la durée nécessaire pour accompagner l’association.

Aux termes du can. 318, cette fonction lui confère le pouvoir de direction provisoire de ladite Association ;

Une lettre détaillera les contours de la Mission du Commissaire.
Nonobstant toutes choses contraires.

Donné à Toulon en trois exemplaires originaux, le 5 janvier 2016, sous notre seing et notre sceau et avec le contreseing de notre Chancelier.

+ Dominique REY,

Par mandement, L’abbé Alexis CAMPO, chancelier.

https://www.diocese-frejus-toulon.com/Nominations-annee-2016.html

Messages

  • Nous venons d’apprendre que le fondateur de Points-Cœur, le père Thierry de Roucy, relevant depuis 2008 du diocèse de Fréjus-Toulon et de son évêque, Mgr Rey, vient de faire l’objet d’une suspense a divinis.

    L’objectif de Points-Cœur est de faire vivre de jeunes volontaires laïcs à travers le monde, dans de petits foyers au milieu des quartiers les plus pauvres. L’œuvre s’appuie sur des prêtres (les molokaïs), une communauté féminine (les Servantes de la Présence de Dieu), des laïcs consacrés (les permanents) et des laïcs non consacrés réunis dans la Fraternité Saint-Maximilien-Kolbe. Depuis les dernières années, sans que l’on comprenne le lien avec le but original (le « charisme » dans le langage ecclésiastique), l’œuvre déploie également sa présence auprès des artistes. Dans ce cadre, elle procède notamment à la vente aux enchères d’oeuvres d’art à New York.

    Les volontaires, indépendamment du pays d’où ils viennent et de leur condition sociale, doivent couvrir par eux-mêmes leurs frais – et au-delà – par leur apport personnel et par le biais de parrainages. Bien que, par principe, Points-Cœur se refuse à accorder quelque aide humanitaire que ce soit aux personnes auprès desquelles elle est présente, la collecte de dons occupe, en effet, une place importante dans les activités de l’œuvre.

    La précarité des conditions de vie des volontaires contraste singulièrement avec les résidences et le train de vie fastueux du fondateur, qui n’a jamais été vivre lui-même dans une favela, un barrio ou un bidonville.

    La sanction prise à l’égard du père de Roucy entre dans une série de mesures successives prises par l’Eglise et montrant que celle-ci est consciente de graves dérives de Points-Coeur sans arriver à y porter remède.

    2005 – Première enquête canonique concernant Points-Cœur.

    2011 – Le tribunal ecclésiastique de Lyon reconnaît le père de Roucy coupable d’abus de pouvoir ecclésiastique (ce que l’on peut assimiler, en langage civil, à un abus de faiblesse) et d’abus sexuel.

    2012 – Mgr Rey invite les membres de Points-Cœur à se « ressaisir de leur charisme ».

    2013 – Mgr Rey ouvre une nouvelle enquête sur Points-Cœur.

    2014 – L’enquêteur rend des conclusions sévères :

    - enfermement de l’œuvre sur elle-même,

    - problèmes posés par la doctrine concernant l’exercice de l’autorité et la conception de la paternité,

    - absence de fondements doctrinaux et ecclésiaux,

    - méfiance à l’égard de l’Eglise et de ses pasteurs,

    - lacunes dans la formation.

    En conséquence, Mgr Rey nomme un assistant ecclésiastique et un commissaire auprès de Points-Cœur.

    2015 – Le tribunal ecclésiastique de Montpellier confirme la sentence de 2011.

    2016 – Constatant que les recommandations de l’enquêteur ont été largement ignorées et que la mission de l’assistant ecclésiastique et du commissaire nommés en 2014 a pratiquement échoué à redonner des bases saines à Points-Cœur, Mgr Rey est conduit à nommer un nouveau commissaire.

    Il suspend le père de Roucy a divinis (interdiction de délivrer les sacrements, de célébrer la messe, de prêcher, d’enseigner, d’assurer une direction spirituelle, d’entretenir tout contact avec des membres de Points-Coeur).

    En dépit de tout cela, Points-Cœur poursuit la promotion de l’oeuvre à travers le monde et continue à recruter des volontaires et à les préparer pour un départ à la prochaine rentrée

    L’Eglise va-t-elle en rester là ? Quelle alternative lui reste-t-il après avoir tout tenté ?

    Yves Hamant, Xavier Léger, Aymeri Suarez-Pazos

    Collectif Appel de Lourdes 2013

    LourdesMMXIII@gmail.com

    Le collectif « Appel de Lourdes 2013 » réunit des victimes et parents de victimes de graves abus commis dans un certain nombre de communautés catholiques à l’égard de leurs membres. Il s’agit de manipulations, emprise, abus de faiblesse, abus sexuels, expulsions brutales sans explications ; les dégâts sont considérables : personnes n’arrivant pas à se réintégrer ensuite dans la société, à avoir simplement confiance en leur prochain, à préserver une vie spirituelle ; dépressions ; suicides ; familles entières détruites ou profondément affectées.

    Ce collectif s’est formé spontanément pour adresser aux évêques de France à l’occasion de leur assemblée à Lourdes en novembre 2013 un appel à sortir du silence. Les évêques ont répondu par une lettre de leur président, Mgr Pontier.

    Il a pour but de continuer à sensibiliser la hiérarchie et l’ensemble des baptisés à ces questions afin que l’Eglise assume totalement ses responsabilités et s’attaque aux racines du mal.

    Sa devise : « C’est pour que nous restions libres que le Christ nous a libérés. » (Galates, 5,1)

    • Je lis avec attention la réponse de votre collectif Appel de Lourdes 2013.Comme maintenant quelques 1500 jeunes volontaires de par le monde, j’ai moi aussi fait l’expérience de la mission Points-Cœur il y a déjà maintenant 22 ans. Je suis parti à l’époque en Roumanie pendant 14 mois et y ai vécu une expérience qui m’a profondément marqué positivement, même si cela a pu être dur parfois. De plus, en fin de mission, j’y ai rencontré une autre jeune amie des enfants qui est devenue par la suite mon épouse . Nous nous sommes par la suite engagés dans la Fraternité Maximilien Kolbe, la branche laïque, dira-t-on ,de Points-Cœur. J’y ai aussi exercé des fonctions de conseil d’abord puis de responsable ( élu par les membres laïques de cette fraternité, l’aumônier et le père modérateur n’intervenant pas dans ce vote) pendant 6 ans jusqu’à il y a 4 ans. Je suis toujours membre actif et vis cet engagement avec joie et sérieux. Surtout, j’y ai toujours cherché et trouvé ,au fil des années, par le biais du partage fraternel et des enseignements, les voies me rapprochant toujours plus du Christ avec Marie comme guide fidèle et un engagement assez simple correspondant à notre statut marital : la récitation du Chapelet quotidien, la participation à quelques temps de rencontres fraternelles annuelles dont retraite et vacances, un apostolat de compassion ,dans la mesure de nos possibilités envers les plus pauvres . J’ai toujours eu à cœur de vérifier de façon permanente d’être bien au sein de l’Eglise dans la fidélité à Rome , au Pape. Nous avons 4 enfants de 12 à 19 ans, vivons dans un petit village plutôt modestement. Vous dire que je suis ( que nous sommes avec mon épouse) très attachés à Points-Cœur va sans dire. Avant de développer ce qui va suivre, il me paraissait juste et essentiel de planter le décor de cette expérience personnelle de Points-Cœur.
      Je dirai assez simplement que je connais bien le Père Thierry de Roucy. Je pense pouvoir dire encore que j’ai toujours eu toute liberté de dire ou penser quoiqu’il me sembla en sa compagnie en tant que personne et en tant que responsable de cette Fraternité directement liée à Points-Cœur. J’ai pu vérifier à maintes occasions que mon avis , mon sentiment, mon expérience étaient plus que pris en considération dans des décisions ayant pour but de faire évoluer cette Fraternité. Il a même été nécessaire parfois de confronter ,avec charité, des membres pour être en parfait lien avec l’enseignement de l’Eglise, sans hypocrisie, sans relativisme. Je n’ai jamais senti peser sur moi cette emprise psychologique ou spirituelle dont Points-Cœur et particulièrement le Père Thierry sont accusés. J’ai toujours pensé mon appartenance à P.C. simplement comme la couleur que Dieu a choisi pour moi me définissant individuellement au sein de l’Eglise.... Il ne m’a jamais été demandé non plus de rouler exclusivement pour Points-Cœur. Vous nous parlez d’enfermement sur nous mêmes... Bien au contraire, au sein de Points-Cœur, l’acculturation au monde nous entourant et la participation à la vie paroissiale a toujours été plus qu’encouragée, elle a été souhaitée : Je me suis investi dans le catéchisme, participe à l’équipe d’animation liturgique, fais aussi partie d’un groupe CMR ( comme quoi, les étiquettes...) et enfin dernièrement ai participé à la mise en place de groupes Alpha sur notre paroisse. Ma femme, riche de son désir de compassion et animée par ce beau charisme a mis sur pied une association avec un prêtre africain parfaitement indépendante de Points-Cœur venant en aide directe à une centaine d’enfants du Cameroun...
      Excusez moi d’avoir été amené à développer si largement le témoignage de ma vie au sein de cette association que le Seigneur, par le biais d’un prêtre, m’a proposé un jour et à laquelle j’ai choisi d’adhérer très librement . Tout ce développement pour signifier très simplement que l’expérience d’une personne au sein d’une même association vivant le même charisme varie considérablement.

      Alors, ais- je-eu de la chance ? Ais-je été épargné ? Suis-je-en train de mentir ? Suis-je en train de m’enfermer ? Suis-je tellement embrigadé que l’aveuglement me guide et m’entretient ? Suis-je le seul à vivre mon engagement de belle façon avec le sentiment profond d’être au cœur même de l’Eglise ? Suis-je un fou ou suis-je dangereux ou les deux ? Mon expérience de laïc engagé est-elle si différente de celle de mes amis prêtres, sœurs , laïques consacrés, amis des enfants missionnés de Points-Cœur vivant ce charisme ?

      Concernant les accusations puis le jugement du tribunal ecclésiastique de Lyon...Celui-ci reconnaissait en 2011 le père Thierry coupable envers un tiers" d’abus de faiblesse, d’abus sexuel et d’absolution du complice"...Effectivement, lu comme cela, que dire de plus : il s’agit bien évidemment d’ un fondateur cynique et parjure ! Regardons y de plus près... Pourquoi ne mentionnez vous pas et pourquoi n’est il jamais mentionné que le Père Thierry a toujours nié avec véhémence ces accusations d’abus sexuel ?A-t-on jamais dit que l’accusateur ,un homme adulte, religieux à l’époque, n’a accusé le père Thierry qu’après avoir essayé de quitter le sacerdoce parce qu’il entretenait, en Amérique du sud, une liaison avec une jeune fille (qui plus est, malheureusement, amie des enfants) ! Qu’il ne s’est sans doute résigné à porter cette accusation au final que parce-que le simple abus de pouvoir ne suffisait pas pour être relevé de ses fonctions sacerdotales ? Il a très certainement réussi puisque cette fille l’a rejoint en France, qu’il est retourné à l’état laïc et s’est marié. On rajoutera qu’il s’est bien gardé de dire au moment de l’accusation qu’il entretenait une telle liaison. Alors parole contre parole ? Je fais le choix assumé de croire le Père Thierry,. On notera encore que malgré une enquête et un procès s’étalant sur 6 ans, il n’a été trouvé aucun autre élément qui puisse corroborer d’autres abus de cet ordre. De fait, une telle accusation n’aurait même pas du être autorisée en justice ecclésiale, la loi canon demandant qu’au moins 2 accusations soient déposées pour être enregistrées. Bref, passons, mais notons tout de même, qu’ à Rome, la faiblesse du dossier (la parole d’un homme contre celle d’un autre) n’ a abouti qu’à cette sanction : interdiction au Père Thierry de confesser les membres de Points-Cœur pendant 3 ans...oui, c’est tout ! Très objectivement, qu’en pensez-vous ?

      Depuis ,sont venues se greffer alors d’autres accusations, jamais plus d’ordre sexuel d’ailleurs, mais le mal était fait et la réputation ruinée : un ecclésiastique fondateur jugé coupable d’abus sexuel, pensez vous donc ! Il devenait si simple de montrer du doigt le coupable idéal de bien des maux.
      Dés lors, ce qui reste tout de même de l’ordre de la subjectivité( l’ abus de pouvoir, l’emprise morale, spirituelle, psychologique) est officieusement renommé ou retraduit , même involontairement, en"objectivité" et fait office de vérité. Est-ce juste ? Peu importe que l’immense majorité des personnes s’épanouissant dans cette vocation au charisme choisi se passe au mieux, que les amis des enfants de retour reviennent de mission le cœur riche de pépites spirituelles et de rencontres extraordinaires avec les enfants, avec Dieu. Fi de tout cela, fi des quelques 30 prêtres et séminaristes de l’œuvre, de la quarantaine de sœurs Servantes de la présence de Dieu, fi de la centaine de laïcs consacrés, femmes et hommes donnant leur vie pour le Seigneur et qui reconnaissent autour d’eux à temps et à contre temps les beaux fruits de ce charisme."Ils se sont surement fait piégés" ... Fi enfin de toutes ces autres très nombreuses personnes qui après Points-Cœur et grâce à cette expérience ont trouvées un autre lieu de vocation dans une autre communauté. Les a -t- on pressurisés, empêchés de partir ? non. A-t-on empêché de partir ceux qui, après avoir cheminés un temps avec Points-cœur ont décidés de suivre un autre chemin de foi dans leur vocation ?Non. Enfin, que dire de tous ces couples, hommes et femmes qui ont vécus une belle mission et qui élèvent aujourd’hui leurs enfants dans une foi revigorée et vivante dans un monde qui en a tant besoin !

      On nous reproche de nous enfermer sur nous même ...mais vous semblez oublier si aisément que notre plus véritable preuve d’ouverture à l’Eglise est que depuis le début de son existence, Points-Cœur ne va que là ou un évêque du monde en a fait la demande expressément, que l’association ne reste que parce-que ce dernier est satisfait et témoin des merveilles accomplies autour de ces maisons de quartiers défavorisés...que 90% des missionnés vivent hors de France, au cœur de l’Eglise universelle !.
      Je ne serai pas angélique ...bien sur qu’avec Points-Cœur il peut y avoir des difficultés, des ratés, des approximations, incompréhensions, manquement à la charité même ,comme dans n’importe quelle communauté . Que des erreurs soient parfois commises, elles le sont et le seront, que l’on manque même de maturité si vous voulez...nous, nous voulons bien grandir encore si on nous en donne l’opportunité sans nous accabler de toutes sortes de maux et en chargeant la mûle .
      Vous savez, aller vivre au loin, être confronté à la misère, à toutes les misères est aussi une épreuve au même titre que c’est une joie. C’est un pari, un pari grave qu’a effectivement pris un jour un prêtre de bonne volonté accompagné d’autres âmes ayant soif de Dieu , d’amour du prochain et seulement armés du chapelet. Pour certains, Parfois, avec la permission de Dieu, les choses ne se passent pas comme on l’aurait imaginé, malgré l’envie de suivre Dieu, malgré le don de sa personne, la mission ne se passe pas comme souhaitée. Oui, il y en a pour qui la mission est un échec ou semble l’être...Il y en a.... Et sur ce petit nombre, il y en a qui savent se retourner contre ce qu’ils ont aimé profondément... amour déçu ? sentiment de trahison ? une trahison qu’eux mêmes ne se pardonnent pas ? une souffrance sans issue apparente ? le sentiment douloureux d’avoir été rejeté et de ne pas comprendre pourquoi ( ou de ne pas chercher à comprendre) ?une fragilité qui fait surface ? Qui sait sinon Dieu...

      . Avec votre collectif, il y a un autre collectif officieux farouchement opposé à Points-cœur qui a sciemment décidé de nuire autant qu’il est possible à l’œuvre. Ils sont de ceux qui ont su se retourner contre nous alors qu’ils faisaient un moment partie de la maison. Je ne les juge pas mais je ne comprend pas leur acharnement. Pour certains cas que je connais ,ils ne sont pas des " rescapés" qui auraient fui Points-Cœur mais des personnes à qui il avait été signifié avec égard et explications, que non, ils ne pouvaient continuer avec la Fraternité Molokai et y devenir prêtre ; Que non encore, tel profil et telle fragilité ne permettaient pas à telle ou tel de rentrer chez les Servantes de la présence de Dieu, chez les permanents laïcs consacrés . Le chagrin ou la déception causés par de telles décisions sont regrettables parce qu’elles sont indéniablement une souffrance pour la personne concernée, mais pour quelque congrégation qui prend cette décision cela relève très justement du libre arbitre et d’un discernement fondé . Et il en a toujours été ainsi dans toute congrégation ou communauté catholique. Vous noterez que d’autres personnes (dont une très proche ) se sont retrouvées dans le même cas au sein de Points-Cœur , s’en sont remises en toute humilité à Dieu et ont finalement créées un foyer ,vivant heureux maritalement ou trouvé une autre communauté . Nous sommes fragiles et toutes nos fêlures sont bien réelles. Au sein de ces échecs apparents se cache bien plus souvent qu’on ne le pense une croix finalement rédemptrice ou un chemin autre fait pour nous . Certains préfèrent malheureusement réagir à chaud et ne donnent pas au temps et à Dieu la possibilité de changer leur cœurs vers des pâturages plus verdoyants et un avenir serein.

      Je suis enfin désolé que l’on ne trouve aucune sorte de bienveillance dans votre nouveau courrier et même du mépris proche de la calomnie dans la première partie, que rien ne trouve grâce à vos yeux. C’est plus simple pour vous, "faire table rase" de Points-Cœur, comme vous le suggérez dans cette dernière missive . Nous sommes pourtant , vous et moi des chrétiens convaincus je l’espère. Comme à moi, Il vous incombe aussi de peser pleinement la portée de vos actes et de vos écrits, de les soupeser avec sagesse ,de ne pas vous laisser déborder par une émotivité vous submergeant et mauvaise conseillère .

      Pensez aux centaines de personnes qui sont directement blessées par ces accusations ,à ces personnes qui n’ont pas du tout le sentiment de vivre ou d’avoir vécu les dérives dont vous les parez tous avec audace. Nous avons l’impression de n’être plus qu’une entité virtuelle n’existant que dans des dossiers qui se passent de mains en mains, un problème qu’il faut régler au plus vite. Derrière tout cela, il y a des hommes et des femmes qui ont donnés leur vie à Dieu, aux pauvres. Ne l’oubliez jamais ! Il nous est demandé de changer, et nous obéissons à ces injonctions... mais que les nouvelles pistes sont floues, en non adéquation avec l’expérience d’une réalité qui touche les cœurs et convertit pourtant. Nous sommes désarmés. On prend notre silence pour de la méfiance, de la défiance ou du mépris...non, simplement on ne sait pas et on ne comprend pas...on attend, on accepte, on espère. En agissant ainsi vous allez ainsi peut-être nier un futur qui s’annonçait si prometteur pour leur bien et le bien d’autres âmes. Vous me direz bien évidement que vous souhaitez tout le contraire en les sauvant malgré eux d’un mal que vous leur prêtez.

      Je n’ai jamais, pendant ces 10 dernières années éprouvantes pour cette association, écrit ou tenté de défendre Points-Cœur qui m’a pourtant construit au sein de l’Eglise. Il m’est plus simple, en tant que laïc de le faire en écrivant en mon nom mais en pensant aussi à d’autres qui n’ont que le droit de ne pas s’exprimer. Aujourd’hui, la coupe est pleine, nous subissons nous aussi avec tristesse et incompréhension accusations, témoignages détournés et subjectifs toujours à charge . Nous avons confiance en l’Eglise parce que nous sommes aussi l’Eglise, avec notre charisme particulier de compassion. Et nous, qui sommes fidèles, qui nous entend ? vers qui diriger nos plaintes ? Points-Cœur a été à ces débuts encensé, sublimé par certains, trop sans doute. Et puis l’accusation, les accusations... est venu le temps de la passion ; Epousons la croix, mais disons notre incompréhension face à un tel acharnement de frères en Christ .Que quelqu’un nous parle et nous entende enfin en vérité , avec justice . Pour information, le Père Thierry a fait appel de sa suspension a divinis, elle n’est donc plus en vigueur.

      J’imagine bien encore que certains risquent d’interpréter cette réponse comme une provocation, un affront. Jamais nous ne répondons. Pour une fois je le fais et c’est bien plus un cri du cœur pour être enfin véritablement entendu et rectifier quelques données toujours passées sous silence et qui finalement, au fil des ans, nous ont desservies grandement. Je ne cherche ni à polémiquer ni à blesser qui que ce soit, j’expose un point de vue différent de ce que l’on voit par médias interposés.

      Pour terminer, je reprends votre dernière interrogation : "L’Eglise va-t-elle en rester là ? Quelle alternative lui reste-t-il après avoir tout tenté ?"j’ai une réponse...la bienveillance charitable jusqu’au bout.

      Yann Le Goaëc
      membre de la Fraternité Maximilien Kolbe Points-Cœur

    • Je lis avec attention la réponse de votre collectif Appel de Lourdes 2013.Comme maintenant quelques 1500 jeunes volontaires de par le monde, j’ai moi aussi fait l’expérience de la mission Points-Cœur il y a déjà maintenant 22 ans. Je suis parti à l’époque en Roumanie pendant 14 mois et y ai vécu une expérience qui m’a profondément marqué positivement, même si cela a pu être dur parfois. De plus, en fin de mission, j’y ai rencontré une autre jeune amie des enfants qui est devenue par la suite mon épouse . Nous nous sommes par la suite engagés dans la Fraternité Maximilien Kolbe, la branche laïque, dira-t-on ,de Points-Cœur. J’y ai aussi exercé des fonctions de conseil d’abord puis de responsable ( élu par les membres laïques de cette fraternité, l’aumônier et le père modérateur n’intervenant pas dans ce vote) pendant 6 ans jusqu’à il y a 4 ans. Je suis toujours membre actif et vis cet engagement avec joie et sérieux. Surtout, j’y ai toujours cherché et trouvé ,au fil des années, par le biais du partage fraternel et des enseignements, les voies me rapprochant toujours plus du Christ avec Marie comme guide fidèle et un engagement assez simple correspondant à notre statut marital : la récitation du Chapelet quotidien, la participation à quelques temps de rencontres fraternelles annuelles dont retraite et vacances, un apostolat de compassion ,dans la mesure de nos possibilités envers les plus pauvres . J’ai toujours eu à cœur de vérifier de façon permanente d’être bien au sein de l’Eglise dans la fidélité à Rome , au Pape. Nous avons 4 enfants de 12 à 19 ans, vivons dans un petit village plutôt modestement. Vous dire que je suis ( que nous sommes avec mon épouse) très attachés à Points-Cœur va sans dire. Avant de développer ce qui va suivre, il me paraissait juste et essentiel de planter le décor de cette expérience personnelle de Points-Cœur.
      Je dirai assez simplement que je connais bien le Père Thierry de Roucy. Je pense pouvoir dire encore que j’ai toujours eu toute liberté de dire ou penser quoiqu’il me sembla en sa compagnie en tant que personne et en tant que responsable de cette Fraternité directement liée à Points-Cœur. J’ai pu vérifier à maintes occasions que mon avis , mon sentiment, mon expérience étaient plus que pris en considération dans des décisions ayant pour but de faire évoluer cette Fraternité. Il a même été nécessaire parfois de confronter ,avec charité, des membres pour être en parfait lien avec l’enseignement de l’Eglise, sans hypocrisie, sans relativisme. Je n’ai jamais senti peser sur moi cette emprise psychologique ou spirituelle dont Points-Cœur et particulièrement le Père Thierry sont accusés. J’ai toujours pensé mon appartenance à P.C. simplement comme la couleur que Dieu a choisi pour moi me définissant individuellement au sein de l’Eglise.... Il ne m’a jamais été demandé non plus de rouler exclusivement pour Points-Cœur. Vous nous parlez d’enfermement sur nous mêmes... Bien au contraire, au sein de Points-Cœur, l’acculturation au monde nous entourant et la participation à la vie paroissiale a toujours été plus qu’encouragée, elle a été souhaitée : Je me suis investi dans le catéchisme, participe à l’équipe d’animation liturgique, fais aussi partie d’un groupe CMR ( comme quoi, les étiquettes...) et enfin dernièrement ai participé à la mise en place de groupes Alpha sur notre paroisse. Ma femme, riche de son désir de compassion et animée par ce beau charisme a mis sur pied une association avec un prêtre africain parfaitement indépendante de Points-Cœur venant en aide directe à une centaine d’enfants du Cameroun...
      Excusez moi d’avoir été amené à développer si largement le témoignage de ma vie au sein de cette association que le Seigneur, par le biais d’un prêtre, m’a proposé un jour et à laquelle j’ai choisi d’adhérer très librement . Tout ce développement pour signifier très simplement que l’expérience d’une personne au sein d’une même association vivant le même charisme varie considérablement.

      Alors, ais- je-eu de la chance ? Ais-je été épargné ? Suis-je-en train de mentir ? Suis-je en train de m’enfermer ? Suis-je tellement embrigadé que l’aveuglement me guide et m’entretient ? Suis-je le seul à vivre mon engagement de belle façon avec le sentiment profond d’être au cœur même de l’Eglise ? Suis-je un fou ou suis-je dangereux ou les deux ? Mon expérience de laïc engagé est-elle si différente de celle de mes amis prêtres, sœurs , laïques consacrés, amis des enfants missionnés de Points-Cœur vivant ce charisme ?

      Concernant les accusations puis le jugement du tribunal ecclésiastique de Lyon...Celui-ci reconnaissait en 2011 le père Thierry coupable envers un tiers" d’abus de faiblesse, d’abus sexuel et d’absolution du complice"...Effectivement, lu comme cela, que dire de plus : il s’agit bien évidemment d’ un fondateur cynique et parjure ! Regardons y de plus près... Pourquoi ne mentionnez vous pas et pourquoi n’est il jamais mentionné que le Père Thierry a toujours nié avec véhémence ces accusations d’abus sexuel ?A-t-on jamais dit que l’accusateur ,un homme adulte, religieux à l’époque, n’a accusé le père Thierry qu’après avoir essayé de quitter le sacerdoce parce qu’il entretenait, en Amérique du sud, une liaison avec une jeune fille (qui plus est, malheureusement, amie des enfants) ! Qu’il ne s’est sans doute résigné à porter cette accusation au final que parce-que le simple abus de pouvoir ne suffisait pas pour être relevé de ses fonctions sacerdotales ? Il a très certainement réussi puisque cette fille l’a rejoint en France, qu’il est retourné à l’état laïc et s’est marié. On rajoutera qu’il s’est bien gardé de dire au moment de l’accusation qu’il entretenait une telle liaison. Alors parole contre parole ? Je fais le choix assumé de croire le Père Thierry,. On notera encore que malgré une enquête et un procès s’étalant sur 6 ans, il n’a été trouvé aucun autre élément qui puisse corroborer d’autres abus de cet ordre. De fait, une telle accusation n’aurait même pas du être autorisée en justice ecclésiale, la loi canon demandant qu’au moins 2 accusations soient déposées pour être enregistrées. Bref, passons, mais notons tout de même, qu’ à Rome, la faiblesse du dossier (la parole d’un homme contre celle d’un autre) n’ a abouti qu’à cette sanction : interdiction au Père Thierry de confesser les membres de Points-Cœur pendant 3 ans...oui, c’est tout ! Très objectivement, qu’en pensez-vous ?

      Depuis ,sont venues se greffer alors d’autres accusations, jamais plus d’ordre sexuel d’ailleurs, mais le mal était fait et la réputation ruinée : un ecclésiastique fondateur jugé coupable d’abus sexuel, pensez vous donc ! Il devenait si simple de montrer du doigt le coupable idéal de bien des maux.
      Dés lors, ce qui reste tout de même de l’ordre de la subjectivité( l’ abus de pouvoir, l’emprise morale, spirituelle, psychologique) est officieusement renommé ou retraduit , même involontairement, en"objectivité" et fait office de vérité. Est-ce juste ? Peu importe que l’immense majorité des personnes s’épanouissant dans cette vocation au charisme choisi se passe au mieux, que les amis des enfants de retour reviennent de mission le cœur riche de pépites spirituelles et de rencontres extraordinaires avec les enfants, avec Dieu. Fi de tout cela, fi des quelques 30 prêtres et séminaristes de l’œuvre, de la quarantaine de sœurs Servantes de la présence de Dieu, fi de la centaine de laïcs consacrés, femmes et hommes donnant leur vie pour le Seigneur et qui reconnaissent autour d’eux à temps et à contre temps les beaux fruits de ce charisme."Ils se sont surement fait piégés" ... Fi enfin de toutes ces autres très nombreuses personnes qui après Points-Cœur et grâce à cette expérience ont trouvées un autre lieu de vocation dans une autre communauté. Les a -t- on pressurisés, empêchés de partir ? non. A-t-on empêché de partir ceux qui, après avoir cheminés un temps avec Points-cœur ont décidés de suivre un autre chemin de foi dans leur vocation ?Non. Enfin, que dire de tous ces couples, hommes et femmes qui ont vécus une belle mission et qui élèvent aujourd’hui leurs enfants dans une foi revigorée et vivante dans un monde qui en a tant besoin !

      On nous reproche de nous enfermer sur nous même ...mais vous semblez oublier si aisément que notre plus véritable preuve d’ouverture à l’Eglise est que depuis le début de son existence, Points-Cœur ne va que là ou un évêque du monde en a fait la demande expressément, que l’association ne reste que parce-que ce dernier est satisfait et témoin des merveilles accomplies autour de ces maisons de quartiers défavorisés...que 90% des missionnés vivent hors de France, au cœur de l’Eglise universelle !.
      Je ne serai pas angélique ...bien sur qu’avec Points-Cœur il peut y avoir des difficultés, des ratés, des approximations, incompréhensions, manquement à la charité même ,comme dans n’importe quelle communauté . Que des erreurs soient parfois commises, elles le sont et le seront, que l’on manque même de maturité si vous voulez...nous, nous voulons bien grandir encore si on nous en donne l’opportunité sans nous accabler de toutes sortes de maux et en chargeant la mûle .
      Vous savez, aller vivre au loin, être confronté à la misère, à toutes les misères est aussi une épreuve au même titre que c’est une joie. C’est un pari, un pari grave qu’a effectivement pris un jour un prêtre de bonne volonté accompagné d’autres âmes ayant soif de Dieu , d’amour du prochain et seulement armés du chapelet. Pour certains, Parfois, avec la permission de Dieu, les choses ne se passent pas comme on l’aurait imaginé, malgré l’envie de suivre Dieu, malgré le don de sa personne, la mission ne se passe pas comme souhaitée. Oui, il y en a pour qui la mission est un échec ou semble l’être...Il y en a.... Et sur ce petit nombre, il y en a qui savent se retourner contre ce qu’ils ont aimé profondément... amour déçu ? sentiment de trahison ? une trahison qu’eux mêmes ne se pardonnent pas ? une souffrance sans issue apparente ? le sentiment douloureux d’avoir été rejeté et de ne pas comprendre pourquoi ( ou de ne pas chercher à comprendre) ?une fragilité qui fait surface ? Qui sait sinon Dieu...

      . Avec votre collectif, il y a un autre collectif officieux farouchement opposé à Points-cœur qui a sciemment décidé de nuire autant qu’il est possible à l’œuvre. Ils sont de ceux qui ont su se retourner contre nous alors qu’ils faisaient un moment partie de la maison. Je ne les juge pas mais je ne comprend pas leur acharnement. Pour certains cas que je connais ,ils ne sont pas des " rescapés" qui auraient fui Points-Cœur mais des personnes à qui il avait été signifié avec égard et explications, que non, ils ne pouvaient continuer avec la Fraternité Molokai et y devenir prêtre ; Que non encore, tel profil et telle fragilité ne permettaient pas à telle ou tel de rentrer chez les Servantes de la présence de Dieu, chez les permanents laïcs consacrés . Le chagrin ou la déception causés par de telles décisions sont regrettables parce qu’elles sont indéniablement une souffrance pour la personne concernée, mais pour quelque congrégation qui prend cette décision cela relève très justement du libre arbitre et d’un discernement fondé . Et il en a toujours été ainsi dans toute congrégation ou communauté catholique. Vous noterez que d’autres personnes (dont une très proche ) se sont retrouvées dans le même cas au sein de Points-Cœur , s’en sont remises en toute humilité à Dieu et ont finalement créées un foyer ,vivant heureux maritalement ou trouvé une autre communauté . Nous sommes fragiles et toutes nos fêlures sont bien réelles. Au sein de ces échecs apparents se cache bien plus souvent qu’on ne le pense une croix finalement rédemptrice ou un chemin autre fait pour nous . Certains préfèrent malheureusement réagir à chaud et ne donnent pas au temps et à Dieu la possibilité de changer leur cœurs vers des pâturages plus verdoyants et un avenir serein.

      Je suis enfin désolé que l’on ne trouve aucune sorte de bienveillance dans votre nouveau courrier et même du mépris proche de la calomnie dans la première partie, que rien ne trouve grâce à vos yeux. C’est plus simple pour vous, "faire table rase" de Points-Cœur, comme vous le suggérez dans cette dernière missive . Nous sommes pourtant , vous et moi des chrétiens convaincus je l’espère. Comme à moi, Il vous incombe aussi de peser pleinement la portée de vos actes et de vos écrits, de les soupeser avec sagesse ,de ne pas vous laisser déborder par une émotivité vous submergeant et mauvaise conseillère .

      Pensez aux centaines de personnes qui sont directement blessées par ces accusations ,à ces personnes qui n’ont pas du tout le sentiment de vivre ou d’avoir vécu les dérives dont vous les parez tous avec audace. Nous avons l’impression de n’être plus qu’une entité virtuelle n’existant que dans des dossiers qui se passent de mains en mains, un problème qu’il faut régler au plus vite. Derrière tout cela, il y a des hommes et des femmes qui ont donnés leur vie à Dieu, aux pauvres. Ne l’oubliez jamais ! Il nous est demandé de changer, et nous obéissons à ces injonctions... mais que les nouvelles pistes sont floues, en non adéquation avec l’expérience d’une réalité qui touche les cœurs et convertit pourtant. Nous sommes désarmés. On prend notre silence pour de la méfiance, de la défiance ou du mépris...non, simplement on ne sait pas et on ne comprend pas...on attend, on accepte, on espère. En agissant ainsi vous allez ainsi peut-être nier un futur qui s’annonçait si prometteur pour leur bien et le bien d’autres âmes. Vous me direz bien évidement que vous souhaitez tout le contraire en les sauvant malgré eux d’un mal que vous leur prêtez.

      Je n’ai jamais, pendant ces 10 dernières années éprouvantes pour cette association, écrit ou tenté de défendre Points-Cœur qui m’a pourtant construit au sein de l’Eglise. Il m’est plus simple, en tant que laïc de le faire en écrivant en mon nom mais en pensant aussi à d’autres qui n’ont que le droit de ne pas s’exprimer. Aujourd’hui, la coupe est pleine, nous subissons nous aussi avec tristesse et incompréhension accusations, témoignages détournés et subjectifs toujours à charge . Nous avons confiance en l’Eglise parce que nous sommes aussi l’Eglise, avec notre charisme particulier de compassion. Et nous, qui sommes fidèles, qui nous entend ? vers qui diriger nos plaintes ? Points-Cœur a été à ces débuts encensé, sublimé par certains, trop sans doute. Et puis l’accusation, les accusations... est venu le temps de la passion ; Epousons la croix, mais disons notre incompréhension face à un tel acharnement de frères en Christ .Que quelqu’un nous parle et nous entende enfin en vérité , avec justice . Pour information, le Père Thierry a fait appel de sa suspension a divinis, elle n’est donc plus en vigueur.

      J’imagine bien encore que certains risquent d’interpréter cette réponse comme une provocation, un affront. Jamais nous ne répondons. Pour une fois je le fais et c’est bien plus un cri du cœur pour être enfin véritablement entendu et rectifier quelques données toujours passées sous silence et qui finalement, au fil des ans, nous ont desservies grandement. Je ne cherche ni à polémiquer ni à blesser qui que ce soit, j’expose un point de vue différent de ce que l’on voit par médias interposés.

      Pour terminer, je reprends votre dernière interrogation : "L’Eglise va-t-elle en rester là ? Quelle alternative lui reste-t-il après avoir tout tenté ?"j’ai une réponse...la bienveillance charitable jusqu’au bout.

      Yann Le Goaëc
      membre de la Fraternité Maximilien Kolbe Points-Cœur

  • Où est la réponse à monsieur Le Goaëc ? Y a t’il une suite dans cette affaire si "macabre" ?

  • J’ai connu cette oeuvre créée par le Père de Roucy tout au début, à la maison mère (Ourscamps près de Noyon). A l’époque on en était encore à créer une association de soutien.

    Cela me fait penser aux Légionnaires du Christ. Il peut y avoir beaucoup de belles vocations à travers une entreprise créée par quelqu’un de pas net...

    Ce que je voudrais souligner, c’est que dès le début, la façon dont le père de Roucy dirigeait son oeuvre m’avait semblé autocratique et hyper-cléricale, avec autour de lui un phénomène de "gourou". Le bruit était répandu que le Père de Roucy était très malade, que le temps lui était compté pour accomplir une mission dont il avait eu la sainte révélation...C’est tout juste si on ne le canonisait pas de son vivant...Il y avait quelque chose de malsain et pas grand monde ne semblait capable de s’en rendre compte voire de redresser la barre.

    Un truc aussi m’avait semblé bizarre. Roucy recrutait beaucoup chez les familles de bourgeois cathos des beaux quartiers parisiens pour aller au bout de monde : il voulait couvrir le monde de fondations (lui-même assurant la liaison par ses voyages) mais personne pour créer des points-coeurs en France dans les banlieues déshéritées...

    C’est toujours quelque chose qui m’inquiète en Eglise, quand les signaux qu’envoient le bon sens et la raison sont déconnectés...Et ça se produit souvent quand on cède au cléricalisme en faisant taire toute critique...

    J’étais loin de me douter qu’on en arriverait là mais, pour tout dire, je ne suis pas complètement étonné...

    • Pour tempérer quelque peu vos propos...
      J’ai aussi connu cette association presque à ses débuts, puisque j’y fus volontaire en 1992 (2° anniversaire de la première maison).

      S’il est vrai qu’il y a surtout des fondations à l’étranger (pas si étonnant pour une association qui a la mission dans ses gènes, comme... l’Eglise !), il y a aussi eu dès le début des réalisations en France. Peut-être l’avez-vous oublié, mais il y avait, au plus près de l’abbaye d’Ourscamp, une petite cité de logements sociaux, où fut installé dès 1991 le Point-Coeur Notre Dame de Consolation. Il y a aussi un Point Cœur à Villejuif, en banlieue parisienne ; sans parler des deux maisons de consacrés installées dans le diocèse de Toulon, ni de tout le bien qui se fait partout en France par les dizaines de membres de la Fraternité Saint Maximilien Kolbe dont nous parlait Y. le Goaëc... Bien sûr, ce n’est pas suffisant, il y a tant à faire ! Ce pourquoi "ceux qui font" ont plus besoin d’encouragements et de saines critiques que de suspicions destructrices.

      Pour ce qui est de l’importance du "recrutement" dans le milieu catho bourgeois parisien : peut-être était-ce surtout une plus grande réponse des jeunes de ce milieu ? Toujours est-il que je n’étais ni parisien, ni bourgeois, et pas pratiquant pour deux sous, à l’époque !

      Enfin, pour ce qui est de l’impression que produisait la personnalité du père de Roucy : il est certain que s’il n’avait eu aucun "charisme" personnel capable de fédérer les bonnes volontés et d’organiser les choses, Points-Coeur n’aurait pas vu le jour ! De même pour le cléricalisme : Points Cœur s’est d’emblée définit comme une œuvre d’église, fondée sur la Foi, n’hésitant pas à proposer aux jeunes l’idéal évangélique. Alors, bien sûr, tout cela ne s’est sûrement pas déroulé sans quelques erreurs, exagérations peut-être (plus, d’après ce que j’ai vu, par un excès d’enthousiasme chez certains volontaires que par une malice des "cadres").

      J’ai toujours entendu Points Coeur se définir comme une mille-et-unième œuvre, petite et humble, sans prétention aucune de se substituer aux autres, belles et nécessaires. Alors, bien sûr, elle ne peut convenir à tout le monde ; mais il y a les 1000 premières qui ont toutes leur beauté et leur utilité !

    • Comme je l’ai dit, je ne nie absolument pas le bien que l’oeuvre a pu faire à ceux qui, comme vous, y ont pris part "de tout coeur" et à ceux qui ont bénéficié des fruits de la mission, notamment dans les pays en développement mais aussi (vous me l’apprenez, merci) en France même.

      Mais je me suis permis de faire un rapprochement avec ce qui a été révélé du fondateur des Légionnaires du Christ, après avoir lu ce bilan tout de même inquiétant et caractérisant une dérive quasi-sectaire non contrôlée. Le fondateur, dont on dit qu’il n’a jamais vécu parmi les pauvres, avait paraît-il un train de vie luxueux...Si c’est exact, c’est trop typique...

      2005 – Première enquête canonique concernant Points-Cœur.

      2011 – Le tribunal ecclésiastique de Lyon reconnaît le père de Roucy coupable d’abus de pouvoir ecclésiastique (ce que l’on peut assimiler, en langage civil, à un abus de faiblesse) et d’abus sexuel.

      2012 – Mgr Rey invite les membres de Points-Cœur à se « ressaisir de leur charisme ».

      2013 – Mgr Rey ouvre une nouvelle enquête sur Points-Cœur.

      2014 – L’enquêteur rend des conclusions sévères :

      - enfermement de l’œuvre sur elle-même,

      - problèmes posés par la doctrine concernant l’exercice de l’autorité et la conception de la paternité,

      - absence de fondements doctrinaux et ecclésiaux,

      - méfiance à l’égard de l’Eglise et de ses pasteurs,

      - lacunes dans la formation.

    • Il est vrai que le rapprochement avec le fondateur des Légionnaires du Christ est tentant, mais il ne me semble pas malsain d’éviter de tomber tête baissée dans la première tentation venue... Ne serait-ce qu’en ce temps de carême ! ;-)
      Aux "parait-il" je préfère la vérification par moi-même quand c’est possible, ou le silence...

      A propos de la citation du communiqué de l’appel de Lourdes (dont au moins un signataire principal à fait de son combat contre Points Coeur et son fondateur une affaire très personnelle) et des sanctions qu’il liste, dont la dernière en date, je vous propose un autre son de cloche, que j’ai trouvé sur le petit blog compassion-et-verite.org .

    • Apparemment, vous n’avez pas lu attentivement la réponse de Yann Le Goaëc,
      Quelle chance donnez-vous à l’oeuvre ? Regardez les fruits ! Je ne suis pas parti pour Point Cœur, j’ai un regard sans passion sur ces événements, et j’y trouve un manque de justice et de charité surprenant.

    • Mgr Le Vert a été nommé pour redresser la barre. C’est qu’il y avait bien une dérive sérieuse. Il faut souhaiter qu’il réussisse.

      On sait bien que les oeuvres nées dans la phase du "renouveau charismatique" ont connu des "crises d’adolescence" dues, dans certains cas, au comportement de "gourou" de leur fondateur charismatique.

      Là où le diable s’en mêle, c’est lorsque le "gourou" est présenté comme un martyr victime d’une injuste persécution par la hiérarchie...

      Il faut faire confiance à l’Eglise, et, dans certains cas, à la justice, pour tirer les choses au clair. C’est tout ce que je voulais dire...

    • Je lis vos mots Romain 46 et suis un peu consterné de voir que vous ne vous basez que sur des appréciations personnelles très subjectives de quelqu’un qui suit tout cela de très loin et relaie l’information de façon parfaitement arbitraire ;Quel manque de rigueur !
      Je pense de mon côté qu’il est primordial de justement ne relayer que les faits concrets et vérifiables... des faits donc :
      En faisant ma petite enquête pour en savoir un petit peu plus sur les signataires de cet "appel du collectif de Lourdes 2013"( un nom qui devrait supposer beaucoup d’autorité et de sainteté ), j’y ai trouvé quelques informations bien surprenantes :

      L’un des 3 signataires principaux, Aymeri Suarez Pazos, devenu d’ailleurs depuis peu président de l’AVREF ("la" référence est-il dit en matière de "dérive sectaire"en ce qui concerne les œuvres catholiques ),exerce aussi le métier d’acteur. Il appartient à une petite troupe professionnelle montant en ce moment un spectacle (Mister Mojo-ballade pour Jim Morrison) à la gloire du célèbre chanteur Jim Morrison du groupe de rock des Doors.

      Ce malheureux Jim Morrison n’était autre qu’un admirateur et disciple d’Aleister Crawley, fondateur de l’église de Satan. Il suffit de lire les textes ou "poèsies"du chanteur ( cœur dudit spectacle) pour effectuer la descente aux enfers d’un esprit tortueux,ténébreux, libidineux où l’atmosphère glauque et visqueuse règne.

      Alors quoi, voici donc vers qui ou quoi tend le cœur de certains de ceux qui nous accusent ?Que se passe-t-il ?Je ne juge pas , mais comment ne pas être interpellé par le "discernement "de ce monsieur qui nous accuse lourdement et d’autre part glorifie ...je ne sais qui ou quoi. Voilà, vous voulez des faits avérés ? allez y , relayez, relayez !

    • Je n’ai rien à ajouter sur la "crise de croissance" des communautés nouvelles, parce que je crois que tous les observateurs attentifs de l’Eglise en ont bien pris conscience. Les cas sont connus.

      Cela ne veut pas dire que ces communautés n’ont pas donné du fruit, naturellement. Mais les erreurs de direction ont souvent provoqué beaucoup de souffrance chez les personnes qui ont donné de leur vie pour telle ou telle oeuvre.

      Quant aux Points Coeur, tout ce que je veux en dire sans préjuger du reste, c’est que j’ai été témoin de leur tout début et il m’était apparu que le Père de Roucy dirigeait cela avec un cléricalisme préoccupant ne tolérant que des gens soumis autour de lui. Je suis naturellement consterné des dérives qui ont nécessité des mesures radicales mais je ne suis pas complètement surpris compte tenu de ce que j’avais pu observer. C’était assez bizarre de voir une oeuvre toute jeune ambitionner un réseau mondial de foyers Points-Coeur nécessitant pour le fondateur des nombreux et coûteux voyages intercontinentaux...

      Je n’ai pas suivi le développement ultérieur de l’oeuvre car cela ne m’a pas semblé très net...J’ai constaté que des personnes douées d’un bon discernement ont assez tôt partagé ces préventions.

      Je ne me prononcerai pas sur l’appel de Lourdes que vous mentionnez mais je note que parmi les signataires figure Yves Hamant dans le discernement duquel j’ai toute confiance.

      Votre message tend plutôt à confirmer ce que j’écrivais sur la difficulté d’admettre un contrôle de l’Eglise, d’ailleurs...

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.