Le Vicaire, oeuvre de propagande

Par Frédéric Le Moal

jeudi 8 décembre 2011

Les fragilités d’une pièce de théâtre, qui ouvrit l’offensive anti-Pie XII.

Cette pièce de théâtre, on le sait, joua un rôle moteur dans les polémiques et les attaques sur le rôle de Pie XII pendant la Seconde Guerre mondiale. Elle est à l’origine de la légende noire du pape. Jouée en 1963 pour la première fois, elle est, depuis, régulièrement montée.

Encore aujourd’hui, cette pièce reste environnée de mystères. Tentons néanmoins de faire le point.

L’œuvre défend la thèse d’un Pie XII timoré et complaisant envers Hitler et son régime, effrayé par le menace communiste et soviétique, que seule l’Allemagne nazie pourrait contrer. Préoccupé par la défense des intérêts matériels et financiers de l’Église, le pape soutient de fait Hitler et fait preuve d’une tiédeur criminelle face au génocide juif qu’il connaît en détails. La pièce mêle personnages historiques (Pie XII, le nonce Orsenigo, l’ingénieur SS Kurt Gerstein) et personnages fictifs (le jeune prêtre, héros de l’histoire, Riccardo Fontana, son père camérier du pape, et un cardinal).

Cette présentation des évènements devient très vite une vérité historique. Un an plus tard, l’historien Saul Friedländer publie son livre Pie XII et le III° Reich, qui semble confirmer la thèse de Hochhuth. Le pape y est décrit comme un homme froid, autocratique, anticommuniste acharné, désireux de préserver l’Allemagne nazie, sans doute antisémite et en opposition totale avec son prédécesseur, Pie XI.

http://www.pie12.com/index.php?post/2011/12/08/Le-Vicaire-oeuvre-de-propagande

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.