Le Saut dans le vide d’Yves Klein - 16 octobre 1960 à Fontenay-aux-Roses

par Frédéric Aimard

samedi 8 septembre 2012

La photo-manifeste du plasticien Yves Klein faisant son « Saut dans le vide », le 16 octobre 1960, à partir de l’œil-de-bœuf d’un petit pavillon de gardiens au 5, de la rue Gentil-Bernard donnant sur la gare de Fontenay-aux-Roses, a récemment été utilisée pour l’affiche d’une exposition du Metropolitan Museum of Art de New York. A vrai dire c’est peut-être le photo-montage le plus célèbre de tout l’Art moderne, en tout cas de celui appelé « Avant-Garde ». Yves Klein, (mort à 34 ans, d’une crise cardiaque, le 6 juin 1962) restera célèbre pour ses monochromes bleus et un certain nombre de « performances » que de nombreux livres — y compris pour les enfants — retracent. Privilège d’un personnage sympathique, aux élans poétiques savamment mis en scène, mort jeune à l’orée de la gloire et aussi d’un homme qui avait su cultiver l’amitié chez ses amis artistes (Arman, Spoerri, Tinguely, César, Rotella...) ou judokas... Car il fut le premiers Français à être ceinture noire 4e dan...

On comptait en effet, dans la petite foule rassemblée autour du maire de Fontenay-aux-Roses, du préfet des Hauts-de-Seine, de Rotraut, la veuve d’Yves Klein, de nombreuses personnalités du judo, le samedi 8 septembre 2012 à midi pour le dévoilement d’une plaque commémorative à l’endroit précis du fameux « Saut », sur un mur qui fait partie du domaine de la résidence universitaire Lantéri gérée par les Oblats de la Vierge Marie (omv).

Yves Klein était un homme de foi. De culture catholique, mâtinée de spiritualité orientale (le judo), d’un peu d’ésotérisme rosicrucien. Il croyait en l’Infini, à l’élévation des âmes et en la puissance d’intercession de sainte Rita, « la patronne des causes désespérées ». Il avait hérité ce culte de sa tante et de son adolescence à Nice, où, depuis les années 1930 une statue de saint Rita est très vénérée dans l’église de l’Annonciation... desservie par les Oblats de la Vierge Marie... Yves Klein fit trois fois dans sa vie le pèlerinage de Cascia en Italie où il déposa à chaque fois un ex-voto artistique sur la tombe de sainte Rita. C’est ainsi qu’un de ses monochromes bleus servit souvent à faire le ciel de la crèche des Sœurs qui s’occupent de ce sanctuaire ! Et qu’en 1980, on retrouva dans le trésor des Sœurs une petite boîte rouge, bleue et or, dont elles n’imaginaient pas l’importance que les commissaires d’une exposition Yves Klein à Beaubourg allaient lui accorder.

La maison de gardiens qui servit à Klein pour faire son Saut (9 essais furent nécessaires et ses camarades du club de judo le récupéraient à chaque fois dans la bâche du tatami, tandis que les photographes Harry Shunk et Janos Kender mitraillaient. Tout cela est très bien évoqué par l’exposition de la Médiathèque de Fontenay-aux-Roses) appartenait à une propriété acquise par le R.P. Secondo Richiardone, Oblat de la Vierge Marie en vue de construire une résidence universitaire qui ouvrira ses portes en 1961. Il est probable qu’Yves Klein ignorait tout du propriétaire et de ses projets. Il avait eu son idée du Saut en regardant le pavillon depuis la fenêtre du dojo où il venait régulièrement donner des cours. Le club était juste en face, et son propriétaire, qui gérait aussi l’hôtel-café à côté, avait la clef...

Ce qu’il y a de plus incroyable c’est que le Père Richiardone avait aussi le projet d’une vaste chapelle dédiée précisément à sainte Rita. Celle-ci n’a pu être bâtie qu’en 1992. Et ainsi la plaque commémorative apposée sur le lieu du fameux Saut est-elle sur le pilier d’une entrée donnant accès à la chapelle Ste-Rita de Fontenay-aux-Roses...

Des faits et des coïncidences qui ne se sont révélés que de nombreuses années après la mort de l’artiste, contribuant à donner à l’histoire de sa courte vie une coloration mystique et mystérieuse supplémentaire.

— -

Photo "Saut dans le vide" © Yves Klein, ADAGP, Paris ; Photo : Shunk-Kender © Roy Lichtenstein Foundation.

Photos "8 septembre 2012 à Fontenay-aux-Roses" © Frédéric Aimard - France Catholique - disponibles sur Picassa :

https://plus.google.com/photos/115947732208396089167/albums/5785838647941530721

Dans les salons de la médiathèque, l’oeil-de-boeuf prêté par les propriétaires du Café de la gare. A droite : Ludovic Zanolin, maire-adjoint à la Culture, Mme Rotraut Klein-Moquay (veuve d’Yves Klein, veste et chapeau blancs).

Discours devant le chapelle Ste-Rita : Pascal Buchet, maire de Fontenay - Daniel Moquay (mari de Rotraut, ancien judoka, veste bleue moustache blanche)

Berthe Génévrier (commissaire de l’exposition, veste verte)

Pierre-André Peyrel (Préfet des hauts-de-Seine, costune gris, dévoile la plaque avec Rotraut).

Le Père François Lapointe, directeur de la résidence universitaire Lantéri et Ludovic Zanolin, maire-adjoint à la Vie culturelle et à la Politique de la ville.

Jean Vareilles, ancien propriétaire du Café de la Gare et animateur du Judo-Club Olympic de Fontenay-aux-Roses.

Jean-Marc Combettes, actuel propriétaire du Café de la Gare, ancien judoka...


http://www.auction.fr/FR/artistes/klein-yves-2794.html

Le livre d’André Bonet :

http://www.amazon.fr/Yves-Klein-Le-peintre-linfini/dp/2268060276

— -

Le livre de Pierre Descargues :

http://www.amazon.fr/Lenvol-dYves-Klein-Lorigine-l%C3%A9gende/dp/2352760011

— -

Yves Klein s’entraînant avec Jean Vareilles.

http://www.flickr.com/photos/hirshhorn/4574715070/

http://www.parisechoes.com/default.asp?InClude=detail&ref=316

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.