Le Congrès Mission

par Gérard Leclerc

jeudi 28 septembre 2017

Il est peu probable que nos moyens d’information fassent grand cas du Congrès Mission qui se réunira pour la troisième fois à Paris, de vendredi à dimanche. Pourtant, il faudrait tout de même revenir à cette évidence que l’homme ne se nourrit pas seulement de pain, mais qu’il est une vivante énigme auquel le mystère chrétien apporte une réponse dont la force surpasse tous les aléas du temps et les dégâts de ce qu’on appelle la sécularisation. Interrogez les missionnaires de la rue, ceux qui ne craignent pas d’annoncer la Bonne nouvelle aux autres qui n’en entendent jamais parler, et ils vous expliqueront que la culture religieuse contemporaine est en chute libre. Ce qui était autrefois l’univers familier de tous, même des incroyants, s’est estompé. L’imaginaire commun a perdu tous les symboles de la foi. Mais ce n’est pas pour cela que l’inquiétude profonde du cœur humain, dont parlait saint Augustin, a disparu.

Les mêmes missionnaires de la rue vous expliqueront ainsi qu’il ne faut pas très longtemps pour découvrir chez un chacun, si ignorant soit-il, une soif de Dieu qui, certes, ne se formule pas comme telle sur le champ, mais aspire à s’identifier pour peu qu’on lui apporte un commencement de réponse. Encore faut-il que le message soit transmis, annoncé, proclamé. Ce devrait être la hantise de tous les chrétiens, mais c’est la mission privilégiée de quelques communautés qu’on pourrait dire d’avant-garde, comme Annuncio, Alpha, Aïn Karem, et l’Emmanuel. Leurs militants nous pressent de nous interroger sur la vocation missionnaire de nos paroisses. Plus elles prendront conscience de l’appel à annoncer le Christ en dehors d’elles-mêmes, plus elles seront rayonnantes.

Mais les communautés d’avant-garde ont senti la nécessité de partager leurs expériences, pour s’enrichir les unes des autres et amplifier le mouvement missionnaire. 2000 personnes sont attendues cette fois. Elles étaient 700, il y a deux ans. Pourquoi ne pas les rejoindre ? Si les inscriptions sont closes cette année, pourquoi pas l’an prochain ?

Chronique diffusée sur Radio Notre-Dame le 28 septembre 2017.

Messages

  • le courage vient des missionnaires, pas du pape qui n’appelle qu’à accueillir des millions de jeunes musulmans convaincus ; C’est à lui d’appeler à l’annonce de l’évangile.

  • L’Eglise ou Assemblée est en perpétuel mouvement de diverses façons selon les époques, les pays, les sensibilités... Ne serions-nous pas tous appelés, à titre privé ou collectivement, à annoncer la Bonne Nouvelle ?

    Annoncer l’Evangile n’est-ce donc pas l’affaire de tous ceux qui ont entendu la Parole de Jésus ? C’est à moi personnellement et à tous les baptisés qui ont mis leur confiance dans le Seigneur qu’il sera demandé : "Qu’as-tu fait de ton frère ?".

    "Allez, de toutes les nations faites des disciples" Mt 28, 16-20.

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication