La méthode simple pour commencer à croire (Pierre Durieux)

par Frédéric Aimard

jeudi 11 février 2016

C’est un petit livre écrit et soigneusement mis en page par un spécialiste de la communication qui a le sens de la formule et de l’humour. Il s’inspire, pour la forme, d’un célèbre guide pra­tique pour arrêter de fumer (La méthode simple pour arrêter de fumer), mais son objectif est plus intellectuel et spirituel, touchant à la philosophie et à la théologie. Il s’agit de donner un début de réponse à toute personne qui s’interroge peu ou prou sur l’existence ou non de Dieu !

Et le résultat est plutôt convaincant, parce qu’on voit vite qu’il s’agit d’une expérience partagée, très personnelle et donc attachante, voire émouvante sous le strass du style un peu publicitaire, mais où il y a aussi des perles poé­tiques, dès l’avant-pro­pos, par exemple sur l’infinie et obligée délicatesse de Dieu s’adres­sant aux hommes.

Un premier chapitre fait penser à du Brunor, dans sa série de bandes dessinées sur les «  Indices pensables  » qui nous fait réfléchir sur les incroyables lumières dont a bénéficié le «  petit peuple hébreux  ». Un second chapitre nous rapproche du docteur Patrick Tellier qui écrit des livres sur les miracles. Il y a donc ceux à qui le Messie avait été annoncé. Et ceux qui constatent de visu qu’il est venu et qu’il agit aujourd’hui. Pierre Durieux atteste de ce qu’il a vu et compris lui-même à partir du moment où il a cherché. Et il nous invite à faire comme lui. Mais, dans le chapitre suivant, il en appelle à des témoins que personne ne peut vraiment récuser : les saints «  qui continuent la présence de Dieu sur terre. Dans le présent, maintenant  ». Si on ne devait citer qu’un nom : Mère Teresa.

Le court chapitre suivant aborde la question fondamentale de la présence du Mal, de la souffrance, ce qui fait vraiment douter du sens de la vie… C’est habilement dit et devrait ouvrir certains esprits révoltés.

La question de la culpabilité suit… Avant une deuxième partie qui commence par l’affirmation du bonheur de croire, bonheur pas seulement céleste mais aussi terrestre. Puis une troisième sur la manière de vivre de sa foi, dans laquelle Pierre Durieux explique, sans fausse pudeur, comment il prie, seul, puis comment la prière avec les autres et la liturgie lui sont bienfaisantes.

La conclusion s’adresse aux chrétiens démotivés pour qu’ils se réapproprient tous les signes qui appellent les hommes vers la vie intérieure, au lieu de les laisser copier et dénaturer par le monde moderne où l’image est reine mais vidée de tout sens. La question des signes est d’ailleurs si cruciale aux yeux de l’au­teur qu’il en redonne une définition en annexe après sa belle prière de la fin ou plutôt du début… Vous comprendrez, en lisant, que, décidément, «  la foi n’est pas ce que vous croyez  »...

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication