La loi Bachelot et l’amendement Poletti sur les sages-femmes

lundi 22 juin 2009

Vous êtes peut-être en courant de deux nouvelles : (1) Un collectif de sages-femmes a dénoncé aujourd’hui la possibilité donnée à la profession de pratiquer des interruptions volontaires de grossesse (IVG) par voie médicamenteuse, dans le projet de loi Bachelot, voté mardi par une commission mixte paritaire (CMP) parlementaire. (2) Monseigneur Marc Aillet, évêque du diocèse de Bayonne-Lescar et Oloron, a tenu à réagir à l’amendement introduit dans la loi hôpital votée par le sénat le 5 juin 09 imposant aux sages-femmes la pratique de l’avortement médicamenteux.

Je voudrais partager avec vous le message que j’ai laissé tout à l’heure sur le site du collectif des "Sages-Femmes de demain", celui qui a dénoncé cette nouvelle "vocation"meurtrière des sages-femmes : "J’admire votre détermination. Scientifique et père de famille nombreuse, j’admire la détermination de sages-femmes de rester fidèles à leur vocation ! Le métier de sage-femme était toujours et dans toutes les civilisations le plus noble et consciencieux de tous les métiers. La Bible témoigne de la générosité et du courage des sages-femmes d’Egypte, pourtant un pays, dans notre langage, extrêmement totalitaire : Exode 1:15-21. Le roi d’Egypte dit aux accoucheuses des femmes des Hébreux, dont l’une s’appelait Shiphra et l’autre Pua : "Quand vous accoucherez les femmes des Hébreux, regardez les deux pierres. Si c’est un fils, faites-le mourir, si c’est une fille, laissez-la vivre." Mais les accoucheuses craignirent Dieu, elles ne firent pas ce que leur avait dit le roi d’Egypte et laissèrent vivre les garçons. Le roi d’Egypte les appela et leur dit : "Pourquoi avez-vous agi de la sorte et laissé vivre les garçons ?" Elles répondirent à Pharaon : "Les femmes des Hébreux ne sont pas comme les Egyptiennes, elles sont vigoureuses. Avant que l’accoucheuse n’arrive auprès d’elles, elles se sont délivrées." Dieu favorisa les accoucheuses ; quant au peuple, il devint très nombreux et très puissant. Comme les accoucheuses avaient craint Dieu, il leur accorda une postérité. Aujourd’hui, comme vous le dites dans votre déclaration, la menace de la mort pèse sur centaines des milliers des bébés français et la menace d’infliger la mort à leur bébé pèse sur des milliers des jeunes femmes poussées vers l’avortement par leur précarité et par toute absence d’intérêt et d’amour pour l’avenir de leur enfant de la part de la société. Nous sommes en train de développer le projet d’un dispositif social, soutenu par des bénévoles, "Maternités précaires". Votre expérience est inestimable pour un projet pareil. Avec toute mon admiration et ma solidarité, EB " J’appelle toutes les personnes de bonne volonté à soutenir les sages-femmes dans leur admirable demarche.

Edouard Belaga

Messages

  • je suis sage-femme. je suis trés étonnée que l’amendement visant à autoriser les sages-femmes à pratiquer l’ivg médicamenteuse ne fasse que remettre en avant les groupes anti-ivg. le problème est autre. Il est simplement la reconnaissance de notre profession et les moyens de l’exercer au mieux pour les femmes. notre salaire n’est pas à la hauteur de nos responsabilités. Nous ne faisons pas ce qui est le coeur de notre métier qui est le suivi de la grossesse normale et l’accouchement eutocique ainsi que le suivi des suites de couches.quand aux ivg, cela fait des années que j’accueille, j’accompagne les femmes faisant une ivg , médicamenteuse ou par aspiration. je sais combien ces femmes ont besoin d’être soutenues,accueillieset aidées dans ce moment particulier. aucune femme pratique une ivg avec légèreté, notre rôle est d’être aidante et d’essayer de comprendre la survenue de cette grossesse (echec de la contraception, ambiguité du désir d’enfant, histoire personnelle, etc….)ivg, diagnostic anténatal, contraception fait partie de notre boulot puisque pour moi je m’occupe de la "femme dans tous ses états" .mais nous n’avons pas les moyens de le faire correctement et j’ai la sensation qu’on nous balance ce qui ennuie les médecins. et ce sans changer en rien notre grille salariale .mesdames et messieurs les journalistes , il serait interressant que vous fassiez un papier sur les véritables mécontentements des sages-femmes sans vous engouffrer dans une réflexion éthique qui a déjà été maintes fois explicitée. aider la mise en place des liens mères enfants, interdire la violence ordinaire, les chatiments corporels, protéger sécuriser, respecter l’enfant est le plus juste chemin pour prévenir le recours à l’ivg . ne mélangez pas tout." Je l’ai répondu sur les web-pages du Figaro. C’est une bonne et très serieuse discussion.

    Merci,

    EB

  • Je suis très touché par votre dense présentation du problème, et je vous en remercie. Je suis d’accord avec vous que les femmes conduites vers l’avortement sont les victimes — dans beaucoup des cas, et les jeunes femmes qui doivent vivre tout ça pour la première fois, tout particulièrement. Je suis aussi d’accord avec vous qu’on ne peut pas juste protester contre la procédure ou bien chercher à la supprimer légalement. Moi-même, avec le groupe des amis, cherchons trouver une solution d’accueil pour celles de ces femmes qui désirent mais n’arrivent pas de garder leur bébé faute de tout soutien. Cela dit, ce sont les motivations éthiques qui me pousse de me méler à cette tragédie nationale, et l’habitude publique d’assister impuissamment à ’un geste malheureux qui peut détruire la vie d’une femme ne justifie ce geste aucunement.

    Edouard Belaga

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.