L’axe du mal déplacé

par Gérard Leclerc

lundi 22 mai 2017

Le discours que Donald Trump devait prononcer à Ryad, dimanche, était attendu avec perplexité par beaucoup. Devant les dirigeants de l’Arabie saoudite, auxquels s’étaient joints cinquante responsables du monde arabe, le président américain ne pouvait décemment réitérer les attaques violentes qu’il avait lancées durant sa campagne électorale contre l’islam et contre les musulmans. Allait-il même se démarquer de son attitude de Président, voulant stopper toute arrivée sur le territoire américain de ressortissants de pays considérés comme dangereux ? De fait, le discours prononcé hier marque un changement radical d’attitude. Plus question de stigmatiser l’islam et ceux qui s’en réclament. Trump a même rappelé que 95 % des victimes du terrorisme mondial étaient musulmanes. Du coup, la guerre engagée, notamment par le biais du terrorisme, n’était plus de nature religieuse. Elle était définie comme « une bataille entre le Bien et le Mal ».

« Il s’agit d’une bataille entre des criminels barbares qui cherchent à éradiquer la vie humaine et des gens bien de toutes les confessions qui cherchent à la protéger. » Le président américain a donc opéré un de ces retournements qu’expliquent les responsabilités suprêmes, mais aussi sans doute les intérêts immédiats, de nature économique, qu’il a à défendre. Est-ce à dire qu’il s’aligne sur la prudence de son prédécesseur, Barack Obama, qui, lors d’un discours célèbre au Caire, avait tenté de renouer les liens avec le monde musulman, singulièrement endommagés par la guerre terrible menée en Irak à l’initiative de George Bush ? Peut-être, mais on constate aussi que cette guerre à mener contre le mal a une cible directe. C’est l’Iran, jugée responsable du terrorisme. Ce faisant, Donald Trump s’aligne complètement sur l’Arabie saoudite, ce qui ne sera pas sans conséquence pour l’équilibre de toute la région, la situation en Syrie et au-delà les rapports avec la Russie de Vladimir Poutine. Nous sommes donc toujours en pleine tension internationale, avec tous les dangers que cela suppose. L’axe du mal s’est simplement déplacé et la guerre n’est pas prête de s’arrêter.

Chronique diffusée sur Radio Notre-Dame le 22 mai 2017.

Messages

  • Maintenant que l’on a pris l’habitude des révolutions orange ou autre couleur, où la prochaine aura -t-elle lieu ? Iran, Russie ? pourquoi pas une guerre civile en Arabie Saoudite ? Nous sommes certains que la Turquie en sera indemne, elle a pris ses précautions ; Et vendre des milliards de dollars d’armement à un pays de 25 millions d’habitants, suppose que ces armes iront en d’autres mains
    Je me rassure, Trump est allé parler de paix au Vatican

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.