Homosexualité, pédérastie, pédophilie... Y a-t-il un lien ?

Revue de presse : "3 Français sur 4 se déclarent révoltés par les déclarations du Cardinal Bertone"

vendredi 16 avril 2010

Paris, le 16 avril 2010 – Suite aux déclarations du Cardinal Bertone, MediaprismGroup,

1er Groupe intégré associant Communication 360 et connaissance client, a interrogé les Français sur leur réaction face à ses propos concernant un éventuel lien entre homosexualité et pédophilie.

73% des Français se disent révoltés face aux déclarations du Cardinal Bertone au sujet d’un éventuel lien entre homosexualité et pédophilie.

Bien informés par les médias (73% en ont entendu parlé), les Français se déclarent dans une très grande majorité révoltés face aux déclarations du Cardinal Bertone :

- 73% considèrent ces propos comme archaïques

- 78% comme choquants

- 77 % les qualifient d’inadmissibles

Position en revanche plus réservée des catholiques pratiquants réguliers :

- 54% d’entre eux (versus 28% de l’opinion) pensent que les propos du Cardinal Bertone détiennent ‘une part de vérité’

- Et pour 55% d’entre eux (versus 35% de l’opinion) : ‘ils disent tout haut ce que tout le monde pense tout bas’.

85% des Français considèrent que les déclarations du Cardinal Bertone nuisent à l’Eglise catholique et 69% considèrent qu’elles méritent des excuses publiques.

Une immense majorité des répondants (85%) sont conscients des dommages que de tels propos peuvent causer à l’Eglise catholique et 69% considèrent que ces déclarations méritent des excuses publiques.

Interrogés sur la première lettre de Benoît XVI, le 20 mars dernier au sujet des abus sexuels commis par certains membres du clergé irlandais, ils partagent à 71% l’avis que ces excuses étaient appropriées tout en considérant à 72% qu’elles étaient insuffisantes.

Concernant le lien entre homosexualité et pédophilie, 79% des Français répondent que la pédophilie n’a rien à voir avec l’orientation sexuelle et 82% considèrent que l’Eglise catholique véhicule une mauvaise image des homosexuels.

Interrogés de façon plus générale, sur les liens entre homosexualité et pédophilie, l’opinion des Français est très claire et révèle qu’à 79%, ils font la part des choses entre orientation sexuelle et déviance pédophile.

Les Français sont en revanche partagés sur le fait que ces actes de pédophilie puissent être liés au célibat des prêtres (53 % d’accord, 47% pas d’accord).

Par ailleurs, 94% des Français et 89% des catholiques pratiquants plébiscitent le possible mariage des prêtres.

Les résultats marqués de cette enquête révèlent des positions affirmées et ouvrent le débat sur les attentes des Français vis-à-vis de l’évolution nécessaire de l’Eglise catholique.

Méthodologie : l’enquête est réalisée on line auprès d’individus âgés de 18 ans et plus issus de la communauté de 12 millions d’Internautes Emailetvous. L’échantillon analysé a été redressé pour être représentatif de la population étudiée.

L’enquête est toujours en cours actuellement.

Commentaires et détails de l’enquête auprès de :

Laurence Billot-David

Directrice Marketing et études

MediaprismGroup

01 53 29 10 00

A propos de MediaprismGroup

MediaprismGroup (21 millions d’euros de CA en 2009) est le 1er Groupe intégré de Marketing Services en France. La force de MediaprismGroup s’articule autour de trois métiers différents : la maîtrise de la connaissance client, l’expertise d’une agence de communication et les compétences d’une régie ; une offre sans équivalent sur le marché français. Cette offre globale de communication autour de la connaissance client, nourrie par une base de plus de 34 millions de consommateurs français dont 12 millions d’internautes, est déclinable en marketing relationnel, opérationnel, interactif, publicité commerciale, data consulting et location d’adresse on et off line… dans des secteurs aussi différents que la Distribution, la Banque- Assurance ou le Caritatif. Elle permet à MediaprismGroup d’être présent sur les principaux grands marchés européens.


Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères français, Bernard Valero, lors d’un point-presse a condamné les déclarations du cardinal Bertone au Chili, qui faisaient le lien entre homosexualité et pédophilie.

http://lci.tf1.fr/monde/institutions/2010-04/pedophilie-paris-condamne-l-amalgame-du-vatican-5810345.html

Le cardinal Bertone citait des psychologues mais aussi les chiffres et précisions publiés par le Vatican au sujet des procédures recommandées pour traiter juridiquement les cas d’abus sexuels commis dans l’Eglise : « Par mineurs on entend les personnes ayant moins de 18 ans, et par actes de pédophilie on entend les abus commis sur des enfants impubères. Sur les quelque 3 000 dénonciations parvenues entre 2001 et aujourd’hui à la congrégation pour la doctrine de la foi pour des abus sexuels commis sur des mineurs au cours des 50 dernières années, les affaires de pédophilie proprement dite représentent 10% du total. Dans 60% des cas, il s’agit d’attraction sexuelle envers des adolescents du même sexe, les 30% restants concernant des rapports avec de très jeunes femmes. »

http://chiesa.espresso.repubblica.it/articolo/1342860?fr=y

http://www.la-croix.com

— -

Dans "Le Point" :

Pédophilie et homosexualité : la vraie fausse mise au point du Vatican

http://www.lepoint.fr

Go Back DÉCLARATION DE LA PRESSE DU SAINT-SIÈGE, P. Federico Lombardi, S. I. , 14.04.2010

Traduction automatique :

DÉCLARATION DE LA PRESSE Saint-Siège, P. Federico Lombardi, S. I.

Répondre aux questions des journalistes à l’issue d’un débat sur Entretien avec le cardinal secrétaire d’Etat sur les questions de violence au Chili sexuelle par des membres du clergé, le directeur de la presse a déclaré :

Les autorités de l’Eglise ne considèrent pas leur responsabilité de des déclarations générales des motifs uniquement psychologique ou médical, le ce qui bien sûr se référer à des études et des spécialistes de la recherche en lieu à ce sujet.

En autorités ecclésiastiques dans le domaine de Les cas de maltraitance d’enfants par des prêtres abordés ces dernières années par la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, est tout simplement donné statistiques communiquées lors de l’entrevue évêque Scicluna, qui était environ un 10% des cas de pédophilie au sens strict, et 90% des cas déterminés Plutôt éphébophilie (c.-à l’encontre des adolescents), dont environ 60% ont déclaré de même sexe et 30% de nature hétérosexuelle. Il s’agit bien sûr de la question de l’abus de la part prêtres et non dans la population générale.


Sur le site du Figaro :

Etouffer la controverse et limiter des dégâts d’image supplémentaires au sein de l’Eglise catholique. Le Vatican a repris la main dans l’affaire Tarcisio Bertone du nom du cardinal qui a lié lundi pédophilie et homosexualité. Malgré la polémique, le Saint Siège refuse de lâcher son numéro deux. Son porte-parole a assuré que le prélat se « référait évidemment au problème des abus commis au sein du clergé et non à ceux commis dans l’ensemble de la population ». En effet, « les autorités ecclésiastiques ne jugent pas de leur compétence de faire des affirmations psychologiques ou médicales, qui relèvent des études des spécialistes et des recherches en cours sur le sujet », a expliqué le père Federico Lombardi. Ce dernier a insisté sur le fait que cette déclaration officielle du Vatican constituait seulement une clarification et non un désaveu ou une prise de distance.

http://www.lefigaro.fr

— -

Sur 20minutes.fr

Des obscénités sur la porte de la maison natale de Benoît XVI en Bavière. La police fait le lien avec les scandales de pédophilie qui secouent l’Eglise catholique.

http://www.20minutes.fr/article/397860/-Des-obscenites-sur-la-porte-de-la-maison-natale-de-Benoit-XVI.php

— -

Sur Zenit.org :

Les paroles du card. Bertone sur homosexualité et pédophilie ont été déformées

ROME, Mercredi 14 avril 2010 (ZENIT.org) - Le professeur Massimo Introvigne, directeur du Centre d’étude sur les nouvelles religions, le CESNUR, affirme que le cardinal Tarcisio Bertone a été victime d’une agression basée sur de la désinformation par rapport à ce qu’il a réellement affirmé sur le lien entre les abus sexuels commis par des membres du clergé et l’homosexualité.

http://www.zenit.org/rssfrench-24070

— -

Messages

  • 1) étymologiquement, pédophilie et pédérastie sont des doublets, composés tous deux de "pais, paidos" = enfant, et l’un de "phileo" = j’aime (au sens général), l’autre de "erao" = j’aime (au sens sexuel). Pédophilie est donc un adoucissement (ou euphémisme) pour pédérastie. On trouve un euphémisme analogue dans "syphilis", maladie associée "syn" à l’amour, "philia" pour "eros". Pédérastie est entendu au sens habituel d’homosexualité masculine parce que "l’amour grec" unissait généralement un adulte et un jeune (Socrate et Alcibiade).

    2) pour le psychiatre que je suis, autrefois responsable d’une section hospitalière pour "médico-légaux", il est évident que pédophilie et pédérastie, entendue au sens habituel d’homosexualité masculine, ont une racine commune, qui est l’impossibilité névrotique (ou peut-être culturelle) de l’accès phantasmatique à l’objet physiologique de la sexualité, c’est à dire la femme pubère.

    • Bonjour,

      Je voudrais simplement apporter un petit complément d’information sur la question. Le pédéraste était l’adulte actif , et le pédéromène était le jeune adolescent passif. La relation érotique entre l’homme adulte et le jeune garçon encore imberbe était sexuelle mais aussi initiatique.

      Le Phèdre et l’Apologie de Socrate de Platon sont fort instructifs sur ce qu’étaient la pédérastie dans la Grèce Antique. Il est à noter que Socrate ne céda jamais aux avances ni aux charmes d’Alcibiade. Socrate imposa à Alcibiade une relation platonique et intellectuelle...par une érotique du savoir qui élève l’âme vers le Bien...

      L’étymologie des mots pédéraste et pédophile fait apparaître le lien entre les deux.

      Et si l’homosexualité procédait d’une immaturité sexuelle et relationnelle ?

  • Pour comprendre les dessous de cette prise de position surprenante, ne comptez pas sur la presse française. Heureusement, il y a la presse étrangère.

    Lire ci-dessous :

    Voir en ligne : Etrange prise de position

  • Fascinante, cette unanimité des français (du moins ceux qui ont été sondés) autour d’une condamnation de propos dont ils ne connaissent pas la formulation exacte.

    Ce qui est surtout fascinant, c’est cette sorte de réflexe qui fait bondir lorsque le mot "pédophilie" est aujourd’hui associé de près ou de loin à "homosexualité".

    La pédophilie, naguère encensée par un certain baba-coolisme contestataire et communautaire ainsi que par quelques esthètes de la société mondaine et littéraire est désormais hissée au rang des crimes irrémissibles. Il est certain que la monstrueuse affaire Dutroux a glacé d’horreur et secoué l’opinion publique. Mais s’agissait-il tant de pédophilie que de crimino-sexualité ?

    Je n’irai certainement pas trouver de circonstances atténuantes à un Dutroux pas plus qu’à un Fourniret. Cela dit, leurs crimes ne sont pas moins horribles que ceux de Chanal, de Petiot ou de Landru. A ceci près que, concernant des enfants et de jeunes adolescents, plus fragiles et apparemment moins susceptibles de défenses que des adultes, la compassion de la société se développe très nettement plus instantanément (entre autres, par un processus de projection et d’identification parentale) et la condamnation de ces crimes est à la hauteur de l’émotion suscitée.

    D’autres mécanismes, que j’aurais tendance à rattacher (peut-être me trompé-je) à la théorie victimaire, ont amené à ériger la pédophilie en un crime absolu. Sorte de bouc émissaire, d’épouvantail opportun qui a l’incomparable mérite de focaliser l’attention et de relativiser plus aisément de bien autres turpitudes criminelles dont il est loin d’être garanti qu’elles soient inférieures sur l’échelle de la gravité ou de l’horreur.

    Ce n’est pas parce que les "pointeurs" sont, en prison, traités par les autres incarcérés comme la lie de la société de la délinquance et du crime que la société civile se doit d’adopter les échelles de valeur de la pègre. En quoi un simple (si je peux me permettre ce qualificatif) "pointeur" serait-il plus horrible et plus indigne qu’un tueur multi-récidiviste et sans remords ?

    Les lois du milieu et de la voyoucratie carcérale et leurs échelles de "valeurs" ne doivent pas servir de critères de mesure de la gravité des comportements. En tout état de cause, une société civilisée se doit de ne pas permettre à cette société parallèle qu’est celle du crime incarcéré, de procéder à cette parodie de justice "faisant justice" elle-même sur les violeurs et en particulier les condamnés accusés (parfois injustement !) de pédophilie.

    Tout cela pour dire que l’unanimité du discours médiatique et de la réaction des foules autour de la pédophilie exhale parfois quelques relents suspects.

    Il n’est de voir que l’intense vélocité avec laquelle la réaction jaillit furieusement dès que quelqu’un s’avise d’établir, non pas un parallèle mais un simple rapprochement entre pédophilie et homosexualité.

    On fait généralement alors valoir immédiatement l’argument massue et définitif du "entre-adultes-consentants" sensé ouvrir un fossé conceptuel abyssal entre ces deux notions, rejetant l’imprudent impudent, qui ose les accoler un tant soit peu, sur les terres de l’imbécilité niaise, de la mauvaise foi caractérisée ou - plus vigoureusement - du crime puni par la loi contre les discriminations...

    Il faut bien reconnaître que les lobbies LGBT ont fait leur travail avec efficacité depuis quelques décennies. L’obtention d’une loi muselant à volonté qui ose mettre en doute la normalité de l’homosexualité et de ses multiples déclinaisons praticiennes en est une des démonstrations manifestes.

    Certes, il y a lieu de distinguer homosexualité et pédophilie. Un homosexuel n’est pas systématiquement un pédophile et réciproquement. Néanmoins, il faut être singulièrement de mauvaise foi pour refuser de voir les fils qui relient les deux.

    C’est un peu trop facile de dénier toute signification au choix du sexe des victimes d’actes de pédophilie. Lorsque celles-ci sont de même sexe que le responsable de l’acte, il est parfaitement légitime et logique de parler d’acte homosexuel (sauf à vouloir effectuer des contorsions langagières destinées à grimer la réalité des choses). Certains pédophiles ont en outre une véritable et reconnue pulsion exclusivement homosexuelle.

    Si la jeunesse du sujet caractérise la qualification de pédophilie, le refus de prendre en compte les sexes respectifs des protagonistes est une malhonnêteté hypocrite. Malhonnêteté et raisonnement vicieux qui ont uniquement pour objet de conforter le discours d’une communauté rassemblée autour de la quête de légitimité concernant des pratiques sexuelles mettant en jeu deux (voire plus si affinités...) personnes de même sexe.

    L’argument ultime demeurant in-fine le recours à une loi liberticide permettant désormais de clore le bec à tout contestataire de ce qui est devenu un étonnant politically correct et un non moins étonnant retournement de la bien-pensance.

    PS Quant à la réaction des Affaires Etrangères, c’est vraiment le coup de pied de l’âne ! Faut-il que ces fonctionnaires soient traversés par un prurit anti-clérical intense pour se livrer à des déclarations d’une telle débilité... Il a bonne mine ce gouvernement qui se scandalise d’une telle déclaration de presse italienne, ne le concernant nullement par ailleurs. Hé, dites, si vous n’avez rien à faire de mieux que de proférer des âneries, je peux vous en indiquer, moi, des sujets sérieux et graves d’admonestation à adresser ici ou là !....

  • C’est affligeant de voir que certains restent encore limités à leurs vieilles maximes de morale moyenâgeuses en prétendant défendre l’ordre moral et les valeurs de la société "traditionnelle" ...
    Non, vraiment, il y en à marre de ce genre d’amalgames qui finissent malheureusement par être intégrés par les esprits faibles à force de discours de cet acabit.

  • Cette enquête révèle surtout à quel point le matraquage des médias a fini par conditionner les Français.

    Ce sont maintenant les propos d’un cardinal qui font scandale et non plus la propagande gay...Cachons cet "homophobe" que nous ne saurions voir...

    A partir du moment où l’homosexualité se trouve banalisée et bientôt dotée d’un droit de cité officiel, le curseur des interdits doit encore reculer : d’où l’hystérie sur la pédophilie. Pendant ce temps, sodomisez en paix, braves gens...

    Pourtant l’homosexualité comme la pédophilie sont toutes deux des désordres de la personnalité. La seconde suscite plus d’hystérie, parce qu’elle contrevient directement à la dernière règle que l’idéologie libertaire autorise encore à respecter (mais pour combien de temps ?) : la souveraineté de l’individu, qui suppose le respect du libre consentement de la personne. A partir du moment où il y a des partentaires consentants, vive le sado-masochisme le plus débridé, vive l’échangisme tous sexes...Un ex futur candidat à la Présidence de la République n’a d’ailleurs commencé à avoir des problèmes que parce qu’il s’est heurté à partenaire non consentant, sinon son libertinage aurait bien duré tout un quinquennat avec la complicité de la classe médiatico-politique.

    Par définition, un enfant n’est pas un sujet moral souverain. Mais à quel âge cesse-t-on d’être un enfant ? Quand on sait ce que certains d’entre eux, mêmes pré-ados, absorbent sur internet, sans que les parents trouvent à y redire, il est permis d’entrevoir le pire au niveau des sondages...

    Il n’est pas dit que dans 20 ans, la société libertaire, si on laisse faire, ne banalisera pas à son tour les relations entre adultes et adolescents considérés comme aptes à décider par eux-mêmes de leurs choix sexuels avec un majeur, surtout si l’éducation nationale, sous couvert de lutte contre l’homophobie, se charge de faire le conditionnement requis, des enfants comme des parents. On peut même envisager des quotas de profs homosexuels pour faire reculer un peu plus l’homophobie dans les écoles de la république...

    La transgression appelle la transgression. Je trouve bien du courage au cardinal Bertone et je serai le dernier à l’accabler. J’ai surtout l’impression que nous sommes en train de devenir un pays de tartuffes. Si on est parvenu à faire gober à une majorité de Français qu’un tandem d’homos peut former un couple à marier, que ce tandem est apte à former une famille, et que la pédophilie n’a strictement aucun rapport avec l’homosexualité, il n’y a plus qu’à se mettre en prière car le pire est encore à venir...Je vois le moment où le cardinal Bertone sera interdit de séjour en France comme les téléprédicateurs musulmans qui prêchent le jihad...Fauteurs de scandale, no pasaran !

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.