Grand Prix catholique de littérature

mercredi 10 mai 2017

L’Association des écrivains catholiques vous informe du résultat du Grand Prix catholique de littérature décerné mercredi 10 mai, à 18h à la Mairie du 6e.

C’est le frère François Cassingena-Trévedy qui a le Grand Prix pour son dernier livre Cantique de l’infinistère (Éditions Desclée de Brouwer, 2016).

Une mention est décernée à Christiane Rancé pour En pleine lumière (Albin Michel).

http://ecrivainscatholiques.fr/

Cantique de l’infinistère. À travers l’Auvergne

La personnalité si singulière de l’Auvergne fait d’elle un monde à part depuis des siècles. Avec des paysages parmi les plus beaux de France, elle est habitée par un peuple fier et riche de vie intérieure qui préserve un contact intime avec la terre et les animaux.

À l’automne 2015, François Cassingena-Trévedy a arpenté en solitaire les chemins de randonnée du massif sauvage du Cézallier. Il nous livre ici le récit de sa marche.

Le vent, la neige et le froid sont vaincus par l’enchantement au contact d’une nature devenue une compagne aimée. Lors des étapes en des gîtes, il cherche à rencontrer les rares habitants de la région. Accueilli dans leur vie familiale, il trace d’eux, paysans ou aventuriers, des portraits truculents d’où se dégage un humour généreux. De courtes citations liées aux événements vécus accompagnent son itinérance et, parfois, d’une langue lyrique, il s’élance en des éloges inspirés sur la marche, les pieds ou le sacré, qui prend alors une dimension inattendue.

À travers la sensibilité de l’auteur, l’Auvergne apparaît sous un jour nouveau et le lecteur ne saurait résister à l’envie de découvrir volcans, forêts ou pâturages décrits avec un enthousiasme communicatif.

Moine bénédictin en l’abbaye de Ligugé près de Poitiers, François Cassingena-Trévedy est également un écrivain exceptionnel et un vaillant marcheur.

— 

En pleine lumière. Carnets spirituels.

« Voici des méditations écrites avec le désir de célébrer la vive beauté du monde, là, toujours à la portée de nos regards et de notre enthousiasme, et de la remettre en pleine lumière, tandis que notre connivence avec la mort concourt à l’éclipser et la trahir. Il est question de faire le seul pari qui vaille, celui de l’avenir et de la vie. Celui de l’amour sans quoi rien ne s’accomplit. »

Romancière et essayiste, Christiane Rancé a notamment publié des biographies de Jésus, Léon Tolstoï, Simone Weil, et La Passion de Thérèse d’Avila chez Albin Michel, prix de l’essai de l’Académie française en 2015. Après Prenez-moi tout, mais laissez-moi l’extase (Seuil, 2013), qui avait reçu le Grand Prix des écrivains croyants et le prix Panorama/La Procure, elle nous livre ici ses carnets d’une grande intensité spirituelle et littéraire.

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.