Voir ici notre Diaporama de la Manif...

Français, si vous saviez…

par Gérard Leclerc

lundi 25 mars 2013

La querelle des chiffres ne peut rien au fait que le rassemblement qui s’est produit, ce dimanche 24 mars, est un des plus imposants qu’ait connu la capitale. Il est significatif d’une mobilisation des esprits, qui surprend et désarçonne quelque peu tous ceux qui avaient annoncé que la réforme du mariage passerait sans aucune difficulté et que de toute façon elle était inéluctable, puisqu’inscrite dans l’évolution des mœurs et la marche de la société. D’ailleurs, certains ne désarment pas face au déferlement de cette nouvelle résistance à laquelle ils ne prédisent aucun avenir. Dans six mois, expliquent-ils, tout sera «  plié  » et même les opposants au projet de loi Taubira se seront résignés à l’inéluctable. Eh bien, ce qui se passe en ce moment s’inscrit en faux contre cette arrogance et viendrait plutôt confirmer ce qu’un Péguy et un Bernanos écrivaient de la vocation spirituelle de la France.

Français, ô Français, si vous saviez ce que le monde attend de vous ! L’espérance bernanosienne se trouve aujourd’hui confirmée, au-delà des optimismes superficiels et des pessimismes délétères. Car elle se fonde sur un réveil des consciences, qui est d’abord celui d’une certaine France chrétienne, que l’on avait pu croire assoupie, mais qui s’affirme de plus en plus comme une force en marche. Ce n’est un secret pour personne que l’essentiel des troupes et des militants du grand mouvement, qui s’est levé depuis l’automne dernier, provient des diocèses, des paroisses, des mouvements catholiques. Les pasteurs ont été les premiers à s’engager, en payant de leur personne, comme cela ne s’était pas produit depuis longtemps. Les timidités, les pudeurs, voire les peurs semblent comme oubliées, dès lors que le courage spirituel s’allie avec la lucidité intellectuelle, voire politique.

Des hommes et des femmes de bonne volonté venus d’autres horizons, issus d’autres appartenances, font spontanément alliance avec les chrétiens. Lorsqu’un Jean-Claude Michéa, au nom d’une certaine tradition syndicale et ouvrière, dénonce une gauche qui ne trouve plus «  ses marqueurs symboliques que dans le “mariage pour tous”, la légalisation du cannabis et la construction d’une Europe essentiellement marchande  », il fait appel à un autre secteur du peuple français, qui pourrait bien se trouver solidaire d’une révolte de fond à l’encontre d’une déshumanisation de la société. Le libéralisme moral est le pendant de cet individualisme rapace que dénonçait un Christopher Lasch. C’est pourquoi, Frigide Barjot avait bien raison d’affirmer aux manifestants de dimanche que le monde entier les regardait. C’était toujours l’écho de Bernanos : «  Français, des millions d’hommes à travers le monde ne croient déjà plus à cette civilisation, en attendant de la haïr.  » Haïr, bien sûr, par amour de ce qui fait vivre !

Messages

  • Merci pour cette synthèse.
    Bien vu, bien dit.
    Cette prise de recul alimente et renforce mon engagement.

    • Bernanos a sévèrement fustigé ceux qu’il nommait “les imbéciles”.

      Non, notre monde n’a guère changé depuis, nous sommes aujourd’hui vraiment gouvernés par des imbéciles (qui croient donner le change en nous débitant à pleins tubes cette pensée unique épaisse, visqueuse et indigeste)...

    • La France n’est pas réveillée, elle est en retard. Et personne ne la regarde. Comment nier que ce pays est en crise. Il est en crise parce qu’il a peur de tout, de toute innovation, de tout changement. Il se fossilise. La fossilisation morale de la droite n’a d’égal que l’effondrement des mythes économiques de la gauche.
      N’ayez pas peur !!!

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.