Du 5 au 11 Mai 2019 - IIIe semaine de Pâques

par le père Michel Gitton

vendredi 3 mai 2019

Semaine dominée par le discours du « Pain de Vie ». Tout le mouvement de ce texte est de nous faire passer de la manducation de la foi (expérimentée dans l’oraison particulièrement) à la manducation eucharistique (qui achève la première).

Dimanche de la IIIe semaine de Pâques (Année C)

Jésus qui suscite de la part d’hommes naguère faibles et hésitants un courage inouï (Actes des Apôtres 5, 27b-32.40b-41).

 Adorons le Dieu fort qui nous partage sa force au milieu de notre faiblesse.

Point spi : ne nous troublons pas des calomnies et des jugements téméraires prononcés contre nous.

Jésus, Agneau toujours immolé et pourtant plein de vie, qui ne cesse d’intercéder pour ses disciples encore vulnérables au péché (Apocalypse 5, 11-14).

 Adorons l’Agneau comme immolé debout devant son Père.

Point spi : nous avons un avocat bien placé !

Jésus qui rend la foi à ses amis découragés, Jésus qui les délivre du fardeau de leur culpabilité (Jean 21, 1-19).

 Adorons l’Ami qui nous attend et nous prépare lui-même à manger.

Point spi : disons-lui « tu sais tout, tu sais bien que je t’aime ! ».

Lundi de la IIIe semaine de Pâques : Début du discours du Pain de Vie (Jean 6, 22-29)

« Travailler pour la nourriture qui demeure ». Jésus qui veut nous partager son zèle pour la vie intérieure, qui veut tourner toutes nos énergies de ce côté-là.

 Adorons l’Eveilleur, qui nous ouvre un Royaume caché.

Point spi : mettons de côté, sou par sou, minute par minute, un trésor de prière.

« Celui que Dieu le Père a marqué de son sceau ». Jésus qui vient tout mettre au clair, de la part du Père.

 Adorons le Fils de l’Homme, qui vient pour le jugement.

Point spi : ne confondons pas les produits frelatés et le pur froment de Dieu.

« L’œuvre de Dieu, c’est que vous croyiez en Celui qu’il a envoyé ». Jésus qui ne demande pas d’autre condition que la foi, mais qui la demande absolument.

 Adorons l’Envoyé que nous pouvons accepter sans réserve.

Point spi : pas d’activisme, la prière est notre grande affaire.

Mardi de la IIIe semaine de Pâques : Suite du discours du Pain de Vie (Jean 6, 30-35)

« Ce n’est pas Moïse… ». Jésus qui, pour sortir de l’opposition stérile, remonte jusqu’à l’initiative du Père.

 Contemplons Celui qui évite les pièges, qui prend de la hauteur.

Point spi : ne cherchons pas à nous comparer, rappelons-nous le don de Dieu.

« Le pain de Dieu, c’est celui qui descend du ciel et qui donne la vie au monde ». Jésus qui est lui-même le Don que Dieu nous fait, Dieu ne donne rien moins que son Fils.

 Contemplons Celui qui nous arrive des profondeurs de Dieu.

Point spi : ne ramenons pas le christianisme à des doctrines ou à des préceptes, le christianisme, c’est Jésus aimé et connu.

« Moi, je suis le Pain de la Vie ». Jésus qui peut dire cette chose folle, car il sait que nos cœurs ont été faits pour lui.

 Contemplons Celui qui vient nourrir et réchauffer notre cœur.

Point spi : vive l’oraison qui nous fait goûter ce pain dans la foi !

Mercredi de la IIIe semaine de Pâques : Suite du discours du Pain de Vie (Jean 6, 35-40)

« Mais vous ne croyez pas ». Jésus qui ne se fait pas d’illusion sur la réception de ses paroles, qui sait que beaucoup sont réfractaires et le resteront.

 Contemplons la liberté de Celui qui vient jusqu’à nous sans rien attendre en retour.

Point spi : partageons la Parole sans limiter notre apostolat à ceux qui nous paraissent les plus réceptifs.

« Tous ceux que le Père me donne viendront jusqu’à moi ». Jésus qui ne fait ni publicité, ni racolage, qui paraît ne rien demander pour lui et accueillir simplement ceux que le Père lui donne (comme si notre amour ne comptait pas pour lui !).

 Contemplons l’obéissance de Celui qui vient seulement faire la volonté du Père.

Point spi : ne mélangeons pas nos intérêts avec ceux de Dieu.

« Que je ne perde aucun de ceux qu’Il m’a donnés ». Jésus qui ne craint qu’une chose : que nous nous perdions (cf. Jean 17, 11-12).

 Contemplons la sollicitude de Celui qui nous a bien gardés.

Point spi : confions-nous à la conduite très aimante de Celui qui nous a reçus de son Père.

Jeudi de la IIIe semaine de Pâques : Suite du discours du Pain de Vie (Jean 6, 44 [attention, 3 versets sautés] – 51)

« Personne ne peut venir à moi si le Père ne l’attire ». Jésus qui laisse jouer cette douce attraction que le Père ménage dans l’âme de ses disciples.

 Considérons Celui qui, sans contrainte, sans rappel à l’ordre, est « le roi et le centre de tous les cœurs ».

Point spi : comptons, pour nos frères, sur l’attraction qu’exerce sur eux l’Esprit du Seigneur.

« Personne n’a jamais vu Dieu, sinon celui qui vient de Dieu ». Jésus qui est notre introducteur dans les mystères de Dieu, seul Il les a vus.

 Considérons Celui qui nous transmet la lumière divine, qui nous introduit dans Sa contemplation.

Point spi : partons toujours de la sainte humanité de Jésus.

« Il a la vie éternelle, celui qui croit ». L’audace de celui qui peut dire cela en toute vérité, non comme un souhait ou une promesse, mais comme un fait.

 Considérons Celui qui est la Vie, pleine, surabondante, jaillissante.

Point spi : sachons savourer notre joie.

Vendredi de la IIIe semaine de Pâques : Fin du discours du Pain de Vie (Jean 6, 52-59)

« Ma chair pour la vie au monde » (retour au v. 51). Jésus qui nous livre son Corps immolé, blessé par les hommes, donné par amour.

 Mettons-nous devant le nouvel Adam endormi dans la mort dont Dieu tire la nouvelle Eve.

Point spi : pas d’amour vrai des autres sans acceptation qu’ils nous fassent souffrir.

« Si vous ne mangez pas la chair du Fils de l’homme ». Jésus qui nous fait communier à sa vie plus forte que la mort.

 Mettons-nous devant le Pain de Vie qui est le Ressuscité débordant de vie.

Point spi : osons affirmer notre foi dans la présence réelle : Jésus est là !

« Celui qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi ». Jésus qui nous fait vivre cette mutuelle appartenance de l’Amant et de l’Aimé(e) dans la sainte communion : « demeurer » en Lui comme Lui en nous.

 Mettons-nous devant notre grand Ami du Ciel qui veut se faire tout à nous.

Point spi : communions avec une vive conscience de ce que nous faisons.

Samedi de la IIIe semaine de Pâques : Réactions au discours du Pain de Vie (Jean 6, 60-69)

« Cela vous scandalise ? ». Jésus confronté à la critique, aux récriminations et à l’abandon de ses amis.

 Admirons notre Ami bafoué, critiqué par ses plus proches et continuant à les aimer, à les porter.

Point spi : ne traitons pas les responsables de l’Eglise comme des étrangers que nous pourrions juger sur leurs propos.

« Les paroles que je vous ai dites sont esprit et elles sont vie ». Jésus qui ne revient pas en arrière, qui ne minimise rien de ce qu’il a dit, qui va toujours de l’avant.

 Admirons le Dieu fort, qui ne se laisse pas impressionner par les flots en furie.

Point spi : fuyons les paroles inutiles, dépréciatives, négatives.

« Voulez-vous partir, vous aussi ? ». Jésus qui ne se fait pas d’illusion sur le trouble de ses amis, qui ne cherche pas à les raccrocher de force, mais qui est heureux de la profession de foi de Pierre.

 Admirons Celui qui a laissé partir Adam et le jeune homme riche, Celui qui a attendu l’enfant prodigue.

Point spi : assurons tout de suite Jésus de notre volonté de Le suivre, quoiqu’il arrive.

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.