Convocation du Parlement catalan

par F.-X. Esponde

samedi 13 janvier 2018

Le tribunal constitutionnel espagnol précise chaque jour quelques décisions relatives à la convocation le mercredi 17 janvier prochain de l’Assemblée élue des députés de la province.

Il rappelle que les députés élus placés sous main de justice, détenus ou retenus ne pourront participer physiquement à cette réunion publique sinon par procuration d’un des membres de leurs groupes respectifs.

Ce sera le cas des anciens ministres de l’ancien gouvernement catalan, de Junqueras ancien Vice président et de toute évidence de Carles Puigdemont dont la situation en exil en Belgique, candidat à la présidence et poursuivi par la justice espagnole, pose problème.

Bien des hypothèses sont avancées relatives au mode de votation, aux candidatures des absents et des présents, des coalitions possibles entre indépendantistes au nombre des trois groupes représentés, junts de cat, erc, cup, les constitutionalistes espagnols cds, psoe et pp..

De toute évidence le Supremo recherche le renouvellement du personnel politique autour de la gouvernance catalane à venir.

Mais les anciens élus maintiennent leur espoir de revenir aux affaires interrompues à la suite de l’application de l’article 155 et de la convocation d’un référendum jugé illégal et annulé par le Tribunal supreme espagnol.

L’article 155 s’appliquant toujours jusqu’à l’élection du bureau et de la présidence du parlement catalan, le retour aux institutions et au respect de la constitution espagnole de 1978 demeurent l’objectif du gouvernement Rajoy actuel. Cet article perdure et perdurera de toute probabilité après la constitution du parlement catalan...

Les élections des députés étant validées par le tribunal national selon les conformités exigées, accréditation, justificatifs de résidence, des biens personnels, la situation judiciaire de certains élus reste la question posée et sans réponse pour l’instant.

La question de l’immunité d’un député s’applique-t-elle pour certains d’entre eux en Espagne après l’invalidation d’une élection ?

En l’absence des deux chefs de groupe les plus représentés de la mouvance indépendantiste lors du vote public au parlement, il semble acquis que des nouveaux arrivants prennent ce relai lors de cette assemblée, en attendant la suite, à savoir la désignation future du gouvernement catalan qui pour l’heure est soumise à l’observation minutieuse du “Supremo” qui ne modifie ses décisions judiciaires et maintient son ordre du jour de la convocation parlementaire de la semaine prochaine.

Des avocats dépêchés auprès du Tibunal Espagnol de la part de Carles Puigdemont n‘ont obtenu réponse pour l’heure à leur attente.

Il semblerait que le dit Supremo n’accepte de renoncer aux mesures préventives prises pour Junqueras, ou futures pour Puigdemont, distinctes de celles concernant la refondation du parlement régional catalan de nature politique.

La semaine qui vient donnera à voir le suivi de ces deux dossiers parallèles bien qu’imbriqués qui maintient l’attention des espagnols concernant l’avenir de la Catalogne en Espagne.

Fx Esponde

Pax Christi Bayonne

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication