Confirmation de l’assassinat du P. Paolo di Oglio

par le Père Divry o. p. (Toulouse)

mardi 9 septembre 2014

Chers amis du Pèlerinage en Syrie de 2010,

je viens ce soir 8 septembre d’avoir la confirmation par Mr André Ayoub, syrien catholique, qui vit à Toulouse que la nouvelle de l’assassinat du Père Paolo di Oglio est hélas confirmée.

« Le prêtre jésuite italien Paolo Dall’Oglio a été exécuté en prison, a annoncé cette semaine un communiqué de la Ligue syrienne de défense des droits de l’homme, diffusé par la chaîne al-Arabiya. Le communiqué cite un officier dissident de l’État islamique en Irak et à Damas (Daech), Abou Mohammad le Syrien. C’est l’un des hauts responsables de ce groupe à Raqqa qui a personnellement exécuté le prêtre jésuite, après son incarcération au siège du mohafazat, deux heures après son arrestation, le 29 juillet 2013, a précisé le témoin.
Ce dernier a précisé aussi que le père Dall’Oglio est arrivé à Raqqa le 28 juillet et a participé à une manifestation hostile au régime syrien organisée le soir même. Ce soir-là, il avait sollicité une rencontre avec l’émir de l’organisation, dans l’intention de demander la libération de journalistes étrangers. Mais sa demande avait été rejetée. Le lendemain, le père Dall’Oglio avait décidé d’insister et avait demandé à nouveau à rencontrer des responsables de Daech. Conduit au siège du mohafazat de Raqqa, où Daech avait établi son QG, il avait été arrêté à son arrivée, puis liquidé.

La Ligue syrienne des droits de l’homme a condamné « le meurtre » du prêtre jésuite, précisant que les indications d’Abou Mohammad le Syrien doivent être considérées comme « crédibles », et recoupent des données qu’elle possédait déjà. Elle a précisé que ce dissident est prêt à témoigner en public des données en sa possession, mais qu’entre-temps, son identité véritable serait gardée secrète pour des raisons de sécurité.

Rappelons que des proches du père Paolo Dall’Oglio avaient récemment lancé un appel en faveur de sa libération. Le prêtre jésuite avait découvert la Syrie, dans les années 80, et avait pris en charge, dans les années 1980, le monastère de Mar Moussa, où il prônait un discours interreligieux . »

Prions pour lui et tous les naïfs du dialogue islamo-chrétien, et pour la conversion de ces musulmans coranisés qui ensanglantent ces régions.
Requiescat in pacem !

Messages

  • Comme beaucoup je pense, je veux condamner le dernier alinéa. Le christianisme est fondé sur la tolérance, le pardon et l’amour, même quand tout notre être tressaille sous l’effet de l’injustice, de la haine et de la colère. Je dirai même plus : surtout quand tout notre être tressaille ainsi.

    • Merci à Hervé de Tréglodé. Je pense que le P.Paolo di Oglio n’aurait pas accepté le dernier alinéa, lui qui a cherché le dialogue jusqu’au bout, ce qui ne l’empêchait pas d’être lucide.

    • Alors vous condamnez l’alinéa mais pas les assassinats. Tolérer les crimes d’extermination, pardonner l’irrepentance, aimer la haine ? C’est une caricature idéologique du christianisme. Venez vivre dans le Dar el-Islam, et aimez pour de vrai les personnes en commençant par lire le Quran qui les nourrit, si possible dans le texte. Les sourates abrogeantes sont intrinsèquement violentes, et personne ne peut dire que les membres du Califat (et ceux qui aspirent à un califat concurrent : Turquie, Arabie...) n’en font pas une lecture correcte et légitime.

    • Oui il ya bien une naieveté surtout aujourd’hui hui du dialogue Islam-chrétien. Le dire n’est en rien choquant, pardonner n’est pas cacher la vérité ou la relativiser. Dialoguer avec de Musulmans, pourquoi pas , mais dialoguer avec des hommes qui se veulent de bonne foi n’est pas un appel à la naieveté sur ce qu’est concretement l’Islam, un refus de la divinité du Christ, une pression ou persécution violente des chrétiens dans tous les pays où il règne. Le Maroc faisant figure un peu d’exception pour le moment. .
      Dialoguons avec l’Islam pour témoigner de notre amitié et de notre respect de nos interlocuteurs et les convertir. et dans unpremeir temps de condammner sans ambiguité ce qui se passe actuellement. Evidemment Saint Louis a pu le faire, sans être des Saints pourquoi pas nous ? .
      Cela ne condamne pas la démarche d’un Massignon, qui est allé très (trop ? ) loin dan l’empathie , mais pour Massignon le Christ est bien le Christ et non un clone de L’islam.
      Il a tenté peut être (imprudemment ?) de creuser le regard pour un pont pour une conversion mais il a aussi témoigné pour les chrétiens déja martyrisés par des ... Musulmans et n’a jamais prétendu à un syncretisme. .
      Il est vrai que le dire ou prier pour eux arrache la langue de certains clercs aujourd’hui. . Dans ma paroisse autour de Vézelay jamais le sort des chrétiens en juillet et août n’a été directement évoqué par le prêtre. Tout au plus on a parlé de personnes réfugiée s ou des victimes à Gaza., qui certes effectivement méritent notre attention, mais les autres ??
      j’ai du ajouter nommement puisqu’on l’avait proposé à l’assistance une intention de prière particlière pour nos frères chrétiens martyrisés et persécutés
      Certes, aujorud’hui Il est quand même encourageant que certains Musulmans commencent publiquement à condamner ce qui se passe, on va voir les résultats...Mais pouvons nous encore dialoguer avec les autres du même ton naïf sans dire les choses et les condamaner.Non ce serait une trahison. Car si nous chrétiens nous avons tous vocationà accepter le martyre, nous n’avons pas à le souhaiter pour nous ou nos frères mais tout faire pour l’éviter si on le peut sans nous renier . .

  • Merci Père ; comme beaucoup je vous remercie du dernier paragraphe. Il y a beaucoup de naïfs et nous prions souvent pour eux.

  • Le Monde du 11 septembre nous apprend que l’islam de France serait solidaire des chrétiens d’Orient, contre les "barbares". Ce serait une heureuse façon de marquer l’anniversaire des attentats en Amérique...

    Il est exact que c’est ce qui résulte d’un communiqué signé du recteur de la grande mosquée de Paris et du président du conseil français du culte musulman :ceux-ci dénoncent les actes terroristes commis par l’Etat islamique au Levant qui instrumentalise l’islam.

    Mais il n’en demeure pas moins que l’union des organisations islamiques de France, dans la mouvance des frères musulmans, et l’union des mosquées de France, n’ont pas signé le texte.

    J’en déduis qu’une partie de " l"islam de France" ne condamne pas les crimes de guerre de l’Etat islamique au Levant et refuse de se désolidariser des barbares de l’islam.

    C’est bien là qu’est le problème de l’islam, même en France : une partie de la communauté ne peut pas se démarquer clairement de groupes qui tuent au nom du Dieu des musulmans...

    • Ma réaction est dirigée, non seulement vers le message de Philippe Pouzoulet, mais également vers ceux qui l’ont précédés. Ce faisant c’est en tant que membre de l’assemblée des baptisés que je me permets non seulement le droit, mais le devoir, d’attirer l’attention sur le fait que
      tragédie de la liquidation du Père Dall’Oglio qui s’inscrit dans celles de milliers d’autres enfants de Dieu quels qu’ils soient n’en atténue en rien notre "révolte". Cependant, il est d’extrême importance que, par exemple, une lecture par trop hâtive de la lettre d’information du prêtre dominicain annonçant la triste nouvelle, ou la traduction de tel terme ou de telle phrase ne fasse dévier sous le coup, disons de l’émotion, la vraie signification du langage, je prends à dessein cette phrase :"...les naïfs du dialogue islamo-chrétien...". Grâce à la missive du Père Divry nous avons connaissance de quelques détails, mais nous ignorons bien d’autres choses. Et cela nous invite à la plus grande prudence dans l’interprétation qui pourrait être imaginée, ou donnée d’ici, de là, qui viendrait peut-être faire fausser la véritable nature d’une information.

      Pour finir, c’est à Philippe Pouzoulet que j’adresse, très fraternellement par ailleurs, mon incompréhension de l’utilité de faire jouer une concordance de dates, je m’explique : 11 septembre 2014 connaissance de la mort du Père Dall’Oglio) et le 11 septembre 2001( implosion des deux immeubles, j’ai nommé les Twin Towers). Et d’ajouter - je parle de Philippe Pouzoulet - : "...Ce serait une heureuse façon de marquer l’anniversaire des attentats en Amérique...". Je vois bien le rapport et chacun est libre de penser ce qu’il veut. Quant à moi, cette "heureuse façon de marquer..." quoi que ce soit resterait - si elle n’était clairement expliquée - une malheureuse façon de "mixer" deux faits et deux dates qui n’auraient rien d’un jumelage...
      Merci.

    • Confidence : ce n’est, hélas, pas le premier mixage totalement immotivé et hors de propos auquel ce commentateur s’adonne et dont il est quelque peu coutumier...

    • Confidence ? Vous avez dit "confidence" ? Plagiat Louis Jouvet....

      J’ai bien suivi, comme je le disait indirectement dans un précédent message, les différentes approches au sujet de l’Ukraine. Selon le caractère de chacun, sa façon de voir, ou de ne pas voir, de s’exprimer, on arrive à se faire une petite idée - à travers un forum - d’un peu de tout ce qui s’y passe...

      Il est certain que je ne m’autoriserais jamais à porter un jugement sur qui que ce soit, par contre, on est en droit de juger d’une situation ou d’un fait.Si vous avez eu l’occasion de prendre connaissance d’une de mes réponses à Philippe Pouzoulet au sujet du terme "nuancée" dont il avait qualifié ma réaction et ayant parfaitement compris le sens de ce terme, il m’avait paru nécessaire d’expliquer pourquoi je m’astreignais habituellement à m’exprimer de la sorte. Ce que je n’ai pas voulu ajouter, c’est que, comme tout un chacun il pourrait, à Dieu ne plaise - et à d’autres aussi - qu’on peut en arriver malgré soi à s’exprimer non plus de manière nuancée, mais, j’ose le mot, lapidaire. Pour ce qui est de l’Ukraine, j’ai pensé à un moment donné : "il faut enjamber les cordes du ring", mais après réflexion j’ai jugé bon de m’en abstenir, non par peur de recevoir un uppercut perdu, mais pour aller jusqu’au bout des différentes réflexions et me faire ainsi une idée exacte de la situation.

      Concernant le sujet fort délicat - et douloureux par ailleurs - de ce que je m’autoriserais à appeler "le cas Dall’Oglio", voilà une occasion de se montrer excessivement prudent sur le terme utilisé par le Père Divry, je cite "...les naïfs du dialogue islamo-chrétien...". On aura compris mon idée. De plus, il existe peut-être des personnes qui étaient au courant de la liquidation du père Dall’Oglio peu de temps après. Mais il n’appartient qu’aux instances compétentes et qualifiées de rendre public tel ou tel événement à un moment donné. Et il ne faut pas perdre de vue le titre extrêmement important et significatif qui demandait en substance de ne pas instrumentaliser de tels faits, demande à laquelle j’ai personnellement et intérieurement souscrit. Tout dialogue et encore plus le dialogue inter-religieux et à fortiori le dialogue islamo-chrétien n’ont rien de comparable à une quelconque conversation mondaine autour d’une tasse de café. Des rencontres de cette envergure, et on l’aura compris, se préparent d’avance, se doivent de suivre un plan bien étudié et défini ; c’est le fruit d’un travail en profondeur entrepris par des personnes qualifiées.

      Je ne saurais me résoudre à terminer - et on voudra bien m’en excuser - sans rappeler que des chrétiens de cette région du monde qui ont perdu, il y a longtemps, des aieux, et de nos jours des proches, victimes d’on ne sait quels criminels, tueurs à gage, mercenaires, sujets embrigadés et entraînés à la "sale besogne", tout ce monde, y compris des extrêmistes purs et durs, fanatiques plongés dans un obscurantisme insupportable, donc des chrétiens dont des parents ont préféré perdre la vie plutôt que de renier leur foi, ou d’autres massacrés sans autre forme de procès et pas seulement des chrétiens mais aussi des musulmans de différentes sensibilités, des yazidis, et j’en passe... Devant une telle tragédie même des non-croyants et des agnostiques se sont tus, se sont recueillis, ne serait-ce que par respect envers tant de victimes innocentes. Non, on ne peut pas et on ne doit pas instrumentaliser de tels événements au profit de je ne sais quel dessein, aussi noble soit-il. Face à ce qui se passe depuis quelque trois ans et à ce jour - y compris la disparition du père Dall’Oglio - on ne peut que prier et demander au Seigneur de prendre tout le monde en pitié, et à Marie sa maternelle protection, et à Eux deux de guider nos pas et nos propos lorsque nous désirons participer à des échanges afin qu’ils portent, malgré les circonstances ou plutôt à causes de celles-ci, vers plus haut, vers la confiance et l’espérance.

      Merci.

    • Désolé, Gemayel, mais je persiste et signe.

      Certes, la coincidence des dates ne doit pas conduire à amalgamer des événements bien différents et tel n’était pas mon intention.

      Mais dans les deux cas, c’est bien au nom du dieu de l’islam qu’on tue des innocents. Comme c’est au nom du dieu de l’islam qu’on a tué les moines de Tibhirine et l’évêque d’Oran, Mgr Pierre Claverie. Je peux vous assurer que ce dernier savait désigner l’abcès de l’islam sans hésitation, comme j’en ai été le témoin, et avec un courage qu’il a payé de sa vie au même moyen que son jeune chauffeur musulman.

      Et je le redis : il faut dénoncer le fait qu’il n’y ait pas d’unanimité dans la communauté musulmane française pour se démarquer de ces islamistes-là. C’est dans cette "tolérance"-là que les jeunes djihadistes font leur nid. Que l’Union des organisations islamiques de France se mette au clair.

      C’est à la racine même de l’islam qu’est le mal : cette culture de guerre dont l’islam n’a jamais pu se défaire depuis l’origine, qui empoisonne tous les pays de culture islamique, et qui nous empoisonne nous aussi dans nos "banlieues de l’islam". Il ne sert à rien de s’en prendre aux mauvais fruits qu’il produit, tant que les musulmans n’auront pas interrogé eux-mêmes les fondements de leur religion.

      Et il est de notre responsabilité de le leur demander avec insistance. Il n’y aura pas de dialogue islamo-chrétien digne de ce nom tant que cet "ijtihad" (effort) n’aura pas été entrepris.

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.