Traduit par Isabelle

Ce qui peut nous sauver

par Robert Royal

jeudi 9 mai 2019

Chez nous, ces derniers temps, nous avons lu des documents concernant un personnage tout à fait inconnu du monde – comme nous le sommes presque tous – mais courageux, saint et digne d’être remarqué : Sylvester Krcmery. Médecin tchécoslovaque, et laïc catholique, Krcmery était engagé dans une évangélisation perpétuelle, diffusant vers ceux que marginalisait le communisme, organisant l’Église catholique souterraine, les publications clandestines, et l’organisation de « la manifestations aux bougies. »

Le dernier élément fut en 1988 une protestation pacifique – du côté des manifestants en tous cas (Le gouvernement communiste tourna les canons à eau sur les grand pères et les grand mères, les parents avec enfants, et les étudiants qui emplissaient la place de Bratislava parce qu’ils en avaient assez du socialisme « scientifique »). La brutalité a été une des étincelles qui a mis en route la révolution de velours en Tchécoslovaquie, et qui a encouragé des soulèvements similaires dans tout le pacte de Varsovie.

Cette histoire héroïque ainsi que beaucoup d’autres histoires ont été perdues pour nous, parce que désormais nous n’enseignons et ne faisons attention à rien du passé, excepté les péchés attribués à l’Occident et à l’Eglise. Même les grands cardinaux qui ont résisté au nazisme et au communisme – Fulhaber, von Galen, Stepinac, Wusinski, Mindszenty – n’ont fait que disparaitre dans le trou de la mémoire.

Dans l’Occident soi-disant libre, nous avons fait un travail plus radical en dissimulant de telles grandes figures pleines de sens – et les vérités pour la préservation desquelles ils étaient prêts à souffrir et mourir – que ne l’ont fait les régimes totalitaires avec leur propagande et leur répression brutales.
Krcmery a fait des études de psychologie et a écrit un mémoire remarquable, Point de rupture : Un véritable compte rendu de lavage de cerveau et le plus grand pouvoir de l’Evangile, publié en 1995 avec une introduction de l’un des fondateurs de TCT ( The Catholic Thing), Michael Novak. Krcmery raconte les sept années qu’il a passées à l’isolement. L’évangile de Jean ( qu’il avait appris par cœur avant son arrestation) lui a donné des forces au cours des frappes, des privations et des lavages de cerveau qu’il a dû subir, expériences si fréquentes et brutales qu’il en est arrivé au point qu’il ne ressentait plus vraiment la douleur. Mais l’Evangile a maintenu intacts son intelligence et son esprit.

De telles histoires valent la peine d’être récupérées pour leur propre bien, évidemment. Certaines personnes ont été brisées dans les prisons totalitaires du 20° siècle. D’autres, comme Krcmery, Soljenitzine et Havel sont devenus de grands hommes – certains, sans aucun doute, des saints. Je trouve aussi Krcmery digne d’être remarqué parce qu’il a fait de grandes choses, dans son petit coin du monde, et qui ont eu de grands effets – un personnage stimulant.

Dans ces pages, j’ai écrit récemment un article sur la manière dont ceux d’entre nous qui sont poussés à l’action par leurs émotions, ont besoin de faire des pauses et de se rassembler dans un esprit différent et renouvelé. Il est intéressant de constater qu’un certain nombre de grandes figures, dans un passé récent, ont dû subir une inaction forcée pour trouver leur pleine vocation dans des circonstances bien plus violentes que les nôtres.
Les nôtres sont un défi suffisant, et d’une certaine manière plus décourageant, parce que nous subissons un subtil travail de sape culturel à la fois de l’ordre de la constitution et de la foi chrétienne, et ce sont des réalisations civilisatrices qui, une fois disparues, sont difficiles à récupérer.

Mais le succès n’est pas notre affaire. Notre affaire, c’est la vérité – et de la vivre en actes.

Il y a des signes encourageants – que nous avons tendance à ne pas voir du fait de tout le désordre autour de nous, même au sein de l’Eglise. Mais le renouveau approche, calmement, modestement, bien que finalement il puisse mener l’Eglise à être plus petite et plus pure, ce qu’a prédit Joseph Ratzinger.

On m’a donné une édition plus récente du livre de Krcmery Ceci nous a sauvés, à Bratislava il y a quelques semaines, pour le 10° anniversaire d’un internat catholique là-bas, le Kolegium Antona Neuwirtha (KAN) sur lequel vous pouvez trouver des informations sur WWW.Kolegium.org/en/. (Anton Neuwirth était lui-même M.D. et dissident.)

Son président est Martin Luteran, un jeune entièrement donné, qui a passé un doctorat de philosophie à Oxford avant de retourner chez lui pour fonder le collège. Il était aussi un des premiers élèves du Séminaire de la société libre (FSS) fondé par Michael Novak en 2000. Je l’ai dirigé sous les auspices de l’institut Foi et Raison depuis environ dix ans.

KAN a formé des centaines d’étudiants qui sont maintenant engagés dans le journalisme, les affaires, l’université, l’église et le gouvernement, de même que le FSS qui fêtera son 20° anniversaire l’année prochaine. (Nos collègues du Séminaire de troisième millénaire en Pologne approchent de leur 30° anniversaire.)

Nous n’allons pas reprendre avant longtemps les institutions de formations culturelle ni les collèges et universités catholiques d’Amérique, si nous le faisons jamais. Mais nous pouvons, soit nous laisser aller à la colère devant la perte de ce que tant d’immigrants catholiques ont sacrifié pour le construire, soit les imiter en fondant une nouvelle génération d’institutions vraiment catholiques. La Société du Cardinal Newman publie des guides fiables sur les institutions déjà en place.

J’ai décrit ici précédemment nos Séminaires Fides et Ratio – auxquels participent le corps enseignant, le personnel, et les administrateurs d’institutions catholiques depuis plus de 10 ans maintenant. Nous avons aussi l’Institut Witherspoon à Princeton, inspiré par Robert George, et l’Institut Lumen Christi à l’université de Chicago, créé par Thomas Levergood et le Cardinal Francis George décédé depuis.

Et l’Institut Thomiste, un programme encore plus ambitieux, organisé par la maison des études dominicaines à Washington D.C., est maintenant sur les campus dans tout le pays. On peut écouter nombre de conférences qu’il a sponsorisées sur : https://thomisticinstitute.org/tracks . (J’y ai parlé souvent, et y parlerai de « Saint Augustin et saint Thomas d’Aquin dans la Commedia de Dante à l’université de Columbia le 10 avril.)

Et FOCUS a des pasteurs et des aumôniers d’étudiants dans beaucoup d’endroits ; ils ne sont pas seulement destinés à préparer des étudiants en licence nationaux et internationaux à devenir des catholiques engagés, mais à partir dans le monde entier comme missionnaires et humanitaires.

De nos jours, on peut même recevoir une bonne instruction catholique en ligne à l’Institut Augustin, université catholique à distance, ou à l’université catholique internationale. Et si votre diocèse ou votre paroisse n’ont pas accès au programme FORMED de l’institut Augustin, vous devriez demander pourquoi à votre évêque ou à votre curé.

Il est possible que nous ne fassions pas face à des épreuves du genre de celles de Krcmery – pourtant, nous pouvons déjà voir des gouvernements occidentaux tendre à désigner les catholiques et les autres chrétiens traditionnels comme contrevenants aux « droits de l’homme » (par ex. avortement ou homosexualité) et promoteurs de « haine ».

Mais nous avons besoin de tous les outils que nous avons créés – et que nous devons développer davantage, et vite – pour que notre culture ne renouvelle pas une histoire récente, sombre et instructive.

Photo : Dr. Sylvester Krcmery et St. Jean Paul II.

Source : https://www.thecatholicthing.org/2019/03/25/what-may-save-us/

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.