Commentaire du Père Michel Gitton

2e dimanche de Pâques C

2006

Dimanche de la Miséricorde. Dimanche de Quasimodo, comme on l’appelait jadis à cause de l’antienne d’ouverture (en français : "comme des enfants nouveau-nés ont soif du lait qui nourrit"), dimanche "en blanc" ( in albis) ou plutôt jour où les baptisés de Pâques, qui avaient vécu toute la semaine habillés en aube, déposaient leurs vêtements de fête pour reprendre leurs vêtements ordinaires.

Le récit de l’Evangile qui se déroule partiellement le jour de Pâques, et partiellement "huit jours plus tard", donne un relief extraordinaire au dimanche. Nous y découvrons la maîtrise étonnante que Jésus ressuscité a du temps. Ce rendez-vous une semaine plus tard inscrit définitivement dans le temps chrétien la référence au dimanche. Elle marque l’importance de cet intervalle de sept jours qui n’est pas un "temps mort", mais celui d’un mûrissement : Thomas et les dix autres, celui qui n’avait pas vu et ceux qui avaient vu, se retrouvant quotidiennement autour de la question posée par le témoignage des dix. La venue de Jésus le huitième jour n’est pas un rattrapage, un doublet, c’est l’inépuisable jaillissement du Ressuscité qui s’adapte au cheminement de chacun ses disciples et se montre à eux toujours neuf.

Les deux autres lectures nous font voir ce jaillissement de manière saisissante. Saint
Jean, dans son Apocalypse, nous fait sentir ce qu’a été son expérience d’une « visite » de Jésus, alors qu’il était en prière au cours de la liturgie eucharistique, à Pathmos. Pour l’homme qui a fréquenté le Christ durant sa vie d’avant Pâques, il y a là une merveilleuse confirmation de tout ce qu’il a vu et compris, mais aussi une ouverture sur l’avenir : il lui est demandé de noter « ce qui arrive maintenant et ce qui arrivera ensuite ».

Les Actes des Apôtres, quant à eux, chantant la beauté de la première communauté de Jérusalem réunie dans la charité et pleine de fermeté pour défendre le Nom de Jésus. « Tout le peuple faisait leur éloge et des hommes et des femmes de plus en plus nombreux adhéraient au Seigneur par la foi ». Etat de grâce provisoire, dira-t-on. Pas sûr : même si la réalité est dure parfois, comme on peut le penser, les disciples ont vu passer dans les premiers balbutiements de leur Eglise comme un parfum de Résurrection.

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.