Commentaire du Père Michel Gitton

27e dimanche ordinaire C

2006

La lecture du prophète Habacuc nous met tout de suite au coeur de cette lutte, ce véritable corps à corps (cf. Jacob) qu’est souvent notre prière devant Dieu. "Combien de temps, Seigneur ?" Cette exclamation est habituelle, on la trouve dans les Psaumes et jusque dans l’Apocalypse ("jusques à quand ?" - 6, 10). Elle traduit le désarroi de l’âme qui n’en peut plus d’attendre le retournement de situation promis. Le Dieu biblique nous interdit la résignation, il nous empêche de considérer le mal et la souffrance comme normaux. Mais en nous traçant des perspectives d’avenir magnifique, il rend encore plus insupportable le démenti que trop souvent les événements nous apportent.

En répondant au prophète : "Cette vision se réalisera, mais seulement au temps fixé", Dieu lui montre qu’il n’a pas tort d’attendre, mais que seule lui manque l’échelle de mesure qui permettrait d’évaluer les délais. Et cette mesure, Dieu n’a pas intérêt à nous la remettre. Pour rester des fils confiants (des serviteurs disponibles, dira la parabole), nous devons continuer à ignorer les temps et les délais. Le Fils de Dieu Lui-même dans son humanité n’a-t-il pas accepté cette situation, Lui qui a pu dire qu’il ignorait le jour du jugement ?

Dans l’Evangile, Jean pousse l’exigence jusqu’au maximum. Ce qui fausse le jeu de nos rapports avec Dieu, c’est le sentiment qu’il aurait des comptes à nous rendre. Dieu ne nous doit rien, c’est lorsque nous en aurons conscience que nous pourrons goûter sa bonté pour nous. Servir ne nous crée aucun droit sur lui. La chance de notre vie est de nous savoir rejoints dans notre indignité profonde par sa miséricorde.
Ce sont bien les sentiments qui animent l’apôtre Paul au moment où il écrit à Timothée pour l’encourager à persévérer dans son service du Christ. "Prendre sa part de souffrance", ce n’est pas autre chose que porter vaillamment le temps du délai, accepter l’incompréhensible retard de la délivrance promise et, en attendant, travailler courageusement à l’annonce de l’Evangile.

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.