Commentaire du Père Michel Gitton

18e dimanche ordinaire C

2006

« Vanité des vanités, tout est vanité ». Cette sentence de celui qu’on appelait jadis l’Ecclésiaste, et qui a pris aujourd’hui le nom hébreu de Qohélet, est restée si fameuse que d’aucuns s’étonnerait presque de la trouver dans la Bible. Elle semble résumer la sagesse pessimiste des nations pour qui l’agitation humaine ne tourne jamais qu’à la confusion de ces pauvres hommes qui ne voient pas l’issue dérisoire de tous leurs efforts. Cette pensée a-t-elle sa place dans la Révélation chrétienne ?

Oui, incontestablement, comme un point de départ réaliste : à croire que l’homme peut par ses seules forces changer son destin et celui du monde, on court un grand risque d’illusion, qui se retourne tôt ou tard contre le rêveur. Nos possibilités sont limitées, notre liberté n’est pas entière, et nos dons coexistent avec de stupéfiantes lacunes. Depuis le péché originel, l’homme est perpétuellement ramené à son néant par une force qui le tire vers en bas. La leçon de Qohélet n’a rien de triste, elle nous pousse à ne pas nous hausser au dessus de nos possibilités, mais aussi à profiter de ces choses simples que Dieu met sur notre route et qui nous aident à vivre : le bonheur du foyer, un moment de repos etc…

Le Christ, de son côté, souligne avec une ironie impitoyable l’aveuglement du riche, qui, dans son désir d’amasser toujours plus de biens, se lance dans des constructions coûteuses et inutiles puisqu’il va bientôt mourir. La leçon n’est pas de nous enseigner la mesure, mais bien plutôt la vigilance, pour ne pas nous encombrer à l’heure où il faut répondre de toute notre vie. Donc s’il y a une vanité à courir après les biens de ce monde, c’est qu’il y a d’autres biens qui en valent infiniment plus la peine.

Saint Paul, dans une page éblouissante de l’Epître aux Colossiens, nous montre bien dans quel sens peut être ce progrès. Pour lui, si les vieilles oppositions (grec contre juif, barbare ou civilisé, etc…) sont bien de l’ordre des vanités, il y a une avancée possible et exaltante : celle qui mène au cœur du mystère du Christ mort et ressuscité. Là se trouve notre avenir que rien ne peut menacer. Notre trésor est « caché avec le Christ en Dieu ».

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.