Accueil du site > Actualités > Revue de presse > Se souvenir du génocide des Roms et en tirer les leçons

envoyer l'article par mail envoyer par mail Imprimer cette page

Se souvenir du génocide des Roms et en tirer les leçons

lundi 1er août 2011


Strasbourg, 01.08.2011 - Thorbjørn Jagland, Secrétaire Général du Conseil de l’Europe, demande aux Européens d’honorer la mémoire des Roms tués par le régime nazi pendant la Seconde Guerre mondiale en s’engageant à construire un meilleur avenir pour les générations futures.

S’exprimant à l’occasion de la commémoration de la nuit du 2-3 août 1944, au cours de laquelle plusieurs milliers de Roms ont été massacrés dans le camp de concentration d’Auschwitz-Birkenau (tragédie que les communautés roms appellent Samudaripen ou Pharrajimos), M. Jagland a déclaré qu’il faut tirer les leçons du passé.

"Une journée de commémoration nous fournit l’occasion de méditer sur ce que nous faisons pour remplir notre engagement solennel de veiller à ce que l’humanité ne connaisse "plus jamais ça". La triste vérité est que les Roms d’Europe continuent de souffrir massivement du rejet, de la discrimination et même de violences et de haine à motivation raciste.

Nous devons prendre des mesures législatives pour lutter contre la discrimination et promouvoir l’intégration des Roms dans la société. Mieux connaître la culture et l’histoire de ce peuple, et notamment les pages les plus sombres de la persécution des Roms, aide à s’opposer aux préjugés et à l’intolérance.

Le Conseil de l’Europe tient à préserver la mémoire par l’enseignement du Samudaripen dans les écoles, parallèlement aux autres efforts de promotion de la tolérance et de l’impartialité envers les Roms dans tous les pays."

M. Jagland a également encouragé les enseignants et le grand public à consulter et à exploiter la superbe base de données constituée par le Conseil de l’Europe en collaboration avec le BIDDH de l’OSCE, qui fournit aussi des informations et du matériel d’enseignement et d’apprentissage sur le Samudaripen : www.romagenocide.org

Répondre à cet article